Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2018

Quel est l'état de l'Europe, et pour quelle Europe voterons-nous en 2019 ?

Les élections législatives dimanche en Italie ont marqué la victoire des anti-européens ; c'est ce qui revient dans tous les commentaires des journalistes. En Autriche, en Pologne ou encore en Hongrie, la nationalisme a pris les rênes du pouvoir ; et dans de nombreux autres pays européens, l'essor des partis souverainistes s'est désormais banalisé. Par ailleurs, la Pologne et la Hongrie sont les deux États les plus réfractaires à une construction de l'Europe transférant des compétences dites régaliennes, comme pour la protection des frontières de l'UE, ou vis à vis des valeurs de l'Europe en matière de droit.

Europe_Pigeons.jpgEt c'est dans ce contexte-là que la présidence bulgare de l’Union européenne s'est donnée comme priorité l’adhésion des six pays des Balkans occidentaux ; en plus de la Slovénie et la Croatie qui sont déjà membres de l’Union européenne, mais ce sont deux États qui demeurent fragiles. La Serbie est certainement le candidat le plus sérieux, quand le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie, la Macédoine et le Kosovo sont encore très loin des critères d'adhésion ; sans oublier le conflit des Balkans dans les années 90 qui est encore dans toutes les mémoires et dont les plaies ne sont pas encore cicatrisées.

La corruption gangrène aussi nombre de ces pays, comme en Slovaquie où le journaliste Jan Kuciak et sa compagne, Martina Kusnirova, ont été assassinés à leur domicile fin février 2018. La corruption, au plus haut niveau de l’État, est aussi à l'origine de l'assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia en octobre 2017 à Malte dans l'explosion de sa voiture, piégée, devant son domicile.

En ce début d'année 2018, c'est la Roumanie que la Commission européenne a mise en garde, suite à une réforme de la justice adoptée le mois dernier qui serait trop indulgente vis-à-vis des élus ou des dirigeants accusés de corruption. Plus d’un quart de siècle après la mort du tyran Ceaucescu, la Roumanie est encore minée par l’enrichissement personnel de ses dirigeants (cf. article du JDD). La Bulgarie, pays le plus pauvre de l'UE, est elle aussi toujours minée par un système de passes-droits hérité de l'époque communiste.

Et dans ce tumulte européen, il n'est pas possible de ne pas évoquer le Royaume-Uni, l'un des États les plus eurosceptiques de l'Union qui la quitte au début de l'été 2019, alors que le Royaume-Uni en est l'un des plus anciens membres (adhésion au 1er janvier 1973 avec l'Irlande et le Danemark pour rejoindre les six pays fondateurs de l'UE). Quant à l'Europe des régions qui permettrait à la Catalogne, à l’Écosse ou à la Flandre d'accéder à leur indépendance au sein d'une Europe fédérale, c'est le cauchemar de tous les nationalistes

europe-dechiree-24d2d.jpgAlors qu'est-ce que l'Europe aujourd'hui ? Pouvons-nous nous contenter de n'y voir qu'un marché, ou de n'y voir que la liberté de déplacement des personnes, des biens et des capitaux ? Existe-t-il un peuple européen ? Des valeurs européennes ? Portons-nous une identité européenne qui  soit véhiculée dans le monde entier ? Il devient donc très malhonnête de se déclarer pro ou anti-européen quand on ne sait pas définir l'objet que l'on soutient ou ce que l'on conteste.

Et comment promouvoir alors un projet politique pour l'Europe quand sa réalité varie tant d'un État à l'autre ? Car c'est l'expression du vote italien de ce dimanche ; l'Italie ne s'en sort pas, dix ans plus tard, des affres de la crise économique et financière. Et puis elle n'est pas épaulée par le reste des États membres face aux vagues migratoires de la méditerranée. Alors pourquoi un peuple qui se sent autant abandonné serait-il europhile ? Il en est de même pour la Grèce, étrillée par les institutions européennes et contrainte de dilapider des pans entiers de son patrimoine public. Qu'apporte donc l'Europe à ces pays-là ?

Alors l'élection du Parlement européen à l'été 2019 sera-t-elle le couperet qui mettra fin à cette Europe-là, avec une assemblée majoritairement souverainiste et europhobe ? Dans ce cas-là, le Conseil européen serait incapable de faire élire son(sa) candidat(e) par le Parlement européen ... Une situation de blocage entre le Conseil et le Parlement ouvrirait alors la voie à la négociation de nouveaux traités, voire à de nouvelles formes de coopération européenne.

Aussi, avant de poursuivre cette fuite en avant aveugle et de se retrouver au pied du mur, il est nécessaire de redéfinir un projet européen, et voire l'Europe bien au-delà de simple traités.

Les commentaires sont fermés.