Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/09/2017

Fin du PTZ en zone rurale, l'opportunité pour mettre fin aux lotissements d'entrée de village, hideux, et pour révonver nos centres anciens

Nous pouvons nous gargariser de « décentralisation » ainsi que de « démocratie locale », il n'en reste pas moins que lorsque l’État n'arrive pas à obtenir ce qu'il veut, alors il ferme le robinet à pépètes. Je l'ai déjà expliqué sur ce blog pour les dépenses de fonctionnement des collectivités locales ; ces dernières restant sourdes aux injonctions de l’État, ce dernier leur a baissé les dotations de fonctionnement tout en mettant en place un fond de soutien à l'investissement local (FSIL) afin qu'elles consacrent leurs investissements dans des thématiques choisies par l’État lui-même (mobilité, tourisme, ...). Et pour sauver les apparences, chacun se contente de son sort, et en s'auto-congratulant au moment des inaugurations.

Le logement est le dernier épisode de ce jeu de dupes ; la situation nationale est connue et inchangée depuis très longtemps, Au 1er janvier 2016, la France comptait 34,5 millions de logements (cf. INSEE). Et en 2012, la France comptait 28,3 millions de ménages (cf. composition des ménages selon l'INSEE). La France a bien plus d'habitations qu'elle n'en a besoin, mais elles ne sont simplement pas au bon endroit :=(

L’État a laissé les collectivités locales établir leur SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale), leur PLH (Programme Local de l'Habitat) et autres documents stratégiques de planification urbaine, mais le constat demeure : il manque toujours des constructions dans les zones en tension (région parisienne, métropoles, territoires littoraux et touristiques, ...), alors que le dépeuplement des zones rurales libère toujours plus de logements qui deviennent sous-occupés.

Alors pour réussir à mieux orienter les constructions nouvelles, le gouvernement a glissé dans son Plan Logement (dévoilé le 20 septembre) l'abandon du Prêt à Taux Zéro (PTZ) en 2018 pour la zone C (rurale), et en 2019 pour la zone B2 (périurbaine). Le PTZ prend en charge les intérêts d'emprunt et il est est accordé, sous conditions de ressources, aux familles achetant une résidence principale pour la première fois. 

zones_ptz.jpg

Les communes du Cœur d'Hérault se situent en zone C, et les familles modestes qui veulent devenir propriétaire de leur logement ne pourront plus bénéficier du PTZ à partir du 1er janvier 2018. A noter que ceux qui sont les plus touchés par cette décision sont les constructeurs de maisons individuelles, tous ces aménageurs qui enlaidissent nos villages de leurs horribles lotissements.

Je considère au contraire que cette décision est un atout pour la rénovation de nos cœurs de village. C'est par exemple ce qui s'est passé à Aniane, où le droit à aménager a été suspendu pour des problèmes d'eau, ce qui a conduit la mairie à privilégier la rénovation des habitations anciennes. Et on le voit quand on passe à Aniane, le village se rénove autour de son centre ancien. L'Agence Nationale pour l'Habitat (ANAH) est l'un des acteurs-clés qui accompagne les propriétaires souhaitant rénover leur construction ; les dispositifs et les partenaires locaux ne sont pas assez rendus publics, et c'est bien dommage car cela permet de redonner quelques éclats au patrimoine de nos villages.

Par ailleurs, la préservation des espaces agricoles, et donc la densification de l'habitat sont des orientations que j'approuve vivement. Et mettre fin au PTZ en zone rurale est une opportunité à saisir pour investir dans nos quartiers anciens.

Écrire un commentaire