Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/04/2017

Dernière semaine électorale inédite sous la Vème République ! Mais passionnante ...

Dans sa dernière étude d'opinion de fin de semaine dernière pour le journal Le Monde, l'institut IPSOS apporte des éléments très intéressant sur l'électorat de Marine Le Pen. Déjà, 85% des personnes qui indiquent voter pour elle au premier tour déclarent que leur choix est définitif. Mais en même temps, quand on demande à tous les autres électorats quel serait leur second choix, elle ne récupère que 4% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, 1% des électeurs de Benoît Hamon, 2% des électeurs d'Emmanuel Macron et 6% des électeurs de François Fillon. Elle est, parmi les quatre premiers dans les sondages la seule à bénéficier de si peu de seconds choix ! Elle a donc un solide électorat de premier tour, mais sans capacité d'aller très au-delà des projections actuelles.

François Fillon est quasiment dans la même situation que Marine Le Pen, avec seulement 12% des électeurs de premier tour d'Emmanuel Macron qui le placent en second choix, et puis 4% des électeurs de Marine Le Pen. Tout comme Marine Le Pen, François Fillon ne dispose plus que de son socle électoral actuel, étendu peut-être à de potentiels abstentionnistes pour accroître le nombre des suffrages de premier tour ...

2nd_choix_tableau.jpg

Jean-Luc Mélenchon est le second choix pour encore 53% des électeurs de premier tour de Benoît Hamon, pour 30% de ceux d'Emmanuel Macron et pour 26% de ceux de Marine Le Pen. Pour un candidat qui est en dynamique positive, ce sont des gisements de voix à gauche et dans l'électorat populaire très appréciables. Par ailleurs, cette étude IPSOS indique que 34% des électeurs n'envisagent pas encore d'aller voter le 23 avril ; ce taux monte à 42% chez les moins de 35 ans ! Ces abstentionnistes potentiels seront donc la cible principale de cette dernière semaine de campagne, avec à la fois un vote d'adhésion à un projet et à celui (celle) qui l'incarne, mais aussi un vote utile tactique pour éviter telle ou telle issue.

Je reste persuadé que le second tour verra s'affronter un candidat du système dominant (Macron ou Fillon) et un(e) candidat(e) alternatif (Mélenchon ou Le Pen), parce que ce serait à l'image du clivage politique qui prévaut aujourd'hui. Or, les électorats ne se sont pas encore cristallisés sur l'un(e) ou l'autre des candidats de chacun des deux cercles, et tout peut arriver. Mais un second tour Le Pen / Mélenchon ou Fillon / Macron se traduirait par une abstention massive et donc sur un défaut de légitimité démocratique du (de la) futur(e) locataire de l’Élysée.

Il reste une semaine de campagne qu'un évènement international ou que l'édition du 19 avril du Canard Enchaîné peut encore bouleverser ; restons zen et surtout restons fidèles à nos valeurs.

18:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ipsos, mélenchon

Les commentaires sont fermés.