Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2017

François Bayrou, discret paramètre de la séquence présidentielle ... mais déterminant !

En ce dimanche d'hiver où se déroule le premier tour de la primaire de « La Belle Alliance populaire », l'issue du scrutin ne revêt pas de réel enjeu politique ; les médias comme les citoyens y portent bien peu d'intérêt, à l'opposé de l'effervescence du premier tour de la primaire de la droite l'automne dernier. Et c'est vrai que le résultat final, le 29 janvier, ne changera pas grand chose à la dynamique électorale. Fin novembre 2016, la primaire de la droite devait désigner le futur Président de la République, quasiment assuré d'être face à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle ; ici, la gauche socialiste doit désigner un(e) perdant(e), ce qui n'est pas très mobilisateur ...

Mais à mon avis, c'est le positionnement de François Bayrou (et du Modem) qui pourrait changer radicalement la donne. François Bayrou est donné entre 5 et 10% au premier tour de la Présidentielle, mais plus proche de 5 que de 10. Il y a donc un risque financier pour le Modem, et la perspective d'avoir un groupe de parlementaires est très incertaine.

Bayrou_Macron_Col_Hors_Categorie.jpg

François Bayrou négocie donc avec les autres candidats un ralliement gagnant-gagnant. Avec François Fillon, les discussions n'ont pas l'air très simples, surtout que Fillon a déjà une négociation en cours avec les centristes de l'UDI. Même s'il n'a pas toujours été tendre avec Emmanuel Macron, François Bayrou aurait bien plus à gagner en négociant avec celui-ci. Un tel rapprochement pourrait porter Macron à 25% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, c'est à dire à égalité avec Fillon et Le Pen. Et dans une telle configuration, l'aile droite du PS (et surtout ses députés sortants) aurait tout intérêt à soutenir Macron.

Sondage_BVA_Janv_2017.jpg

Le fil d'actualité politique est ces temps-ci une source constante de surprises, et la perspective que Macron emporte l'élection présidentielle est un scénario à prendre en compte. Le seul problème pour lui serait de passer pour celui qui recycle « les politiciens du système », tant il se veut porteur d'une nouvelle ère politique, où le projet provient du terrain et que ses représentants doivent se renouveler. Mais s'il réussit à donner de la visibilité à ses marcheurs, par exemple en assurant l'élection de nouveaux députés issus de la société civile et représentatifs de la diversité citoyenne, il peut  pérenniser son mouvement et établir les fondations d'un futur Parti Démocrate dont Manuel Valls aurait tant être aimé être le papa ...

15:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Vous aussi ? pub pour Macron ?
j'avais failli l'oublier ! (hum) !

Écrit par : vieille dame | 24/01/2017

Les commentaires sont fermés.