Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/05/2016

Europe Ecologie Les Verts Languedoc-Roussillon - Une obligation de résultats !

Ils sont nombreux les chroniqueurs, les observateurs, les politiques et tous ceux qui préfèrent dire que faire, que ce parti Europe Écologie Les Verts vivait ses derniers jours ... Mais s'il venait à disparaître, alors quelle formation politique serait en mesure de défendre nos écosystèmes vitaux et de porter des orientations qui aspirent à un autre monde que celui d'une mondialisation dérégulée, d'un capitalisme financier vorace, d'un consumérisme qui vire à la pathologie et d'un productivisme qui ne veut être freiné par aucune contrainte environnementale ?

La baisse du nombre des adhérents d'EELV est pointée du doigt, illustration d'un soi-disant désaveu politique, mais cela provient en partie de départs organisés ainsi que d'adhérents désabusés par certains comportements délétères. La plupart des opportunistes de la politique sont partis ; certains avaient fait leurs classes depuis pas mal de temps au sein du parti (Jean-Vincent Placé, François de Rugy, Barbara Pompili, ...), et d'autres étaient arrivés en 2010 quand à la suite des européennes de 2009 le parti Les Verts a souhaité s'ouvrir à ses coopérateurs (Emma Cosse, Christophe Cavard, ...). Sont alors arrivés d'anciens socialistes, d'anciens radicaux de gauche et mêmes d'anciens communistes pour qui l'avenir dans leur ancien parti s'était obscurci. Que tous ceux-là soient partis est un bienfait pour l'écologie politique, car leurs seules aspirations étaient d'écologiser la gauche et de verdir le PS. Et pourquoi ? Juste pour s'assurer une circonscription, un strapontin dans l'arène politique ... Ils avaient fait du parti une fin en soi alors qu'il ne doit être qu'un outil de la démocratie.

En Languedoc-Roussillon, et [certainement] pour la première fois de son histoire régionale, une seule et unique motion d'orientation a présenté à son congrès du 13 mars une liste plurielle pour diriger pendant 2 ans son conseil politique régional (CPR). Les sensibilités demeurent, mais le souci partagé de disposer d'un outil politique dynamique l'a emporté. Et ces sensibilités ont eu le loisir de s'exprimer samedi 28 mai à Marseillan à l'occasion du Congrès national décentralisé du parti (en gros le premier tour du Congrès national du 11 juin à Pantin).

Trois sensibilités ont présenté des candidats pour aller au Congrès national ainsi que pour siéger pendant 3 ans au Conseil fédéral du parti écologiste. La sensibilité du Secrétaire National actuel, David Cormand, a rassemblé 66,2% des suffrages. Une seconde sensibilité affichant son ancrage à gauche a obtenu 25,5% des suffrages. La dernière sensibilité qui reste favorable à des accords avec le PS n'a réuni que 8,3% des votes.

DC.jpg

Ces assemblées des 13 mars et 28 mai ont à chaque fois été des moments très conviviaux, mais aussi des opportunités pour débattre et pour se remobiliser. Il n'y a plus de « Leader Massimo » à EELV-LR, et c'est sur ses militants que le parti fonde son renouveau. Nous disposons pour cela d'élus régionaux très engagés et d'un réseau de groupes locaux qui maille totalement le territoire régional. A l'occasion de la campagne des régionales, nous avons mis en œuvre une démarche collaborative pour produire le Projet en commun et ensuite pour construire un Nouveau Monde. Et nous savons que nous sommes attendus au tournant ... tous ces engagements pris pendant la campagne de 2015 devront nécessairement être suivis d'effet. Et pour cela nous sommes nous-mêmes très exigeants vis à vis de nos nouveaux élus régionaux.

Comme beaucoup au sein d'EELV, je milite activement pour être au rendez-vous des élections locales de 2020. La commune et l'intercommunalité sont les structures les plus propices pour être dans l'action, pour mobiliser dans la proximité et pour réellement transformer nos comportements. C'est à cette échelle que l'on peut proposer d'autres modes de déplacement, favoriser d'autres circuits alimentaires, promouvoir d'autres énergies, ... et pratiquer une éducation populaire qui suscite de la citoyenneté, de la responsabilité et des solidarités. Et dans un contexte technico-administratif de plus en plus complexe, de plus en plus exigeant, nos militants sont autant d'acteurs locaux de la transformation écologique sur nos territoires. C'est dans cette perspective-là que l'exécutif régional d'EELV s'investit, car pour récolter il faut d'abord semer ;-)

Mais il nous faut aussi inventer d'autres fonctionnements ; il est fini le temps où les courants « faisaient des cartes » pour gagner une investiture ou un bon accord. Désormais, les projets politiques s'élaborent par petits bouts et il faut agréger des réflexions et des initiatives qui s'affirment sur de multiples terrains. Et ce n'est pas nouveau. Il y a cinquante ans, ce sont les syndicats de travailleurs et de salariés qui nourrissaient les programmes des partis de gauche ... et puis les partis ont privilégié les tactiques conjoncturelles aux stratégies de long terme. C'est ce que les citoyens reprochent très justement aux partis, et il nous faut retrouver un lien plus étroit avec le réel.

Les commentaires sont fermés.