Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/04/2016

Glyphosate, l'Europe marche sur la tête !

Voilà le genre de texte qui interpelle sur la cohérence des politiques : « Étant donné les inquiétudes qui subsistent sur le caractère cancérigène et de perturbateur endocrinien du glyphosate, un herbicide utilisé couramment dans l'agriculture et le jardinage, la Commission devrait renouveler son autorisation sur le marché pour une période de sept ans uniquement, au lieu des quinze proposés, et seulement à des fins professionnelles ». Voilà donc un produit dont les effets sanitaires négatifs sont avérés, mais pour lequel les politiques valident sa commercialisation ... Et le 13 avril en plénière du Parlement Européen, 374 députés européens ont voté pour, 225 ont voté contre et 102 se sont abstenus !

Il faut lire chacun des 26 considérants de cette résolution 5.4.2016, tous aussi accablants les uns que les autres vis à vis de cette substance chimique, substance active du très répandu Roundup.

glyphosate.jpg

Ce vote du Parlement Européen n'est pas exécutoire, et c'est désormais à la Commission Européenne de trouver la mise en œuvre la plus sure. Les experts nationaux qui siègent au comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux (dans la section produits phytopharmaceutiques) se prononceront en mai pour adopter ou rejeter la proposition de la Commission européenne à une majorité qualifiée. Et si une telle majorité n'est pas atteinte, alors la décision reviendra à la Commission européenne. Dans son vote du 13 avril, le Parlement a proposé quelques aménagements : une étude indépendante et la publication de toutes les preuves scientifiques utilisées par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour évaluer le glyphosate, ne pas autoriser les usages non professionnels de la substance, ne pas autoriser les usages dans les parcs publics, les plaines de jeux et les jardins publics ou à proximité de ceux-ci, etc.

Pourtant, la commission Environnement du Parlement qui s'était réunie fin mars pour donner son avis sur cette résolution s'était prononcée contre la prolongation de l'autorisation de commercialisation : « Tant que les craintes subsisteront sur le caractère cancérigène et de perturbateur endocrinien du glyphosate, un herbicide utilisé dans des centaines d'outils agricoles, urbains, de sylviculture et de jardinage, la Commission ne devrait pas renouveler son autorisation ». Cf. communiqué de presse du 22 mars 2016.

angélique delahaye,parlement européen,roundup

Alors que s'est-il passé pendant cette première quinzaine d'avril pour que le Parlement adopte une résolution contraire aux attentes de sa commission Environnement ? Selon le Canard Enchainé, c'est une députée (LR) française qui aurait permis cette volte-face au travers d'un amendement déposé en plénière par le Parti Populaire Européen (PPE) dont elle est membre. Angélique Delahaye est rapporteure de ce dossier sur le glyphosate au sein de la commission Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire, et elle publie sur son site parlementaire le texte de son intervention : « Monsieur le Président, dans un souci de compromis, chers collègues, afin d'essayer de rapprocher les opinions et minimiser les divergences, je souhaite proposer l'amendement suivant à l'amendement 11, première partie : demande à la Commission de renouveler l'approbation du glyphosate pour une période maximale de sept ans ; rappelle que le règlement (CE) n° 11 07 2009 permet à la Commission de retirer l'approbation d'une substance active pendant la période durant laquelle elle a été autorisée si elle ne remplit plus les critères d'approbation ».

Angélique Delahaye est horticultrice et maraîchère en Indre-et-Loire, et les produits phytosanitaires elle les connait bien. Et dans un récent article de la République du Centre, elle expliquait que ce printemps précoce qui a vu les laitues pousser quinze jours trop tôt signifiait aussi qu'insectes et champignons favorisés par un climat propice allaient l'obliger à utiliser des produits phytosanitaires. Présidente des producteurs de légumes de France jusque fin 2012 et ex-membre du conseil d'administration de la FNSEA, Angélique Delahaye a souvent défendu le recours aux produits phytosanitaires pour que la production française fasse jeu égal avec ses concurrents européens, et sa position sur le glyphosate n'est donc pas surprenante.

PUB2393644140.jpeg

Pour Madame Delahaye, « il y a une attente des citoyens mais, à ce jour, il n'y a pas d'alternative économiquement viable et garantissant la santé humaine à proposer aux agriculteurs en terme de désherbage ». Pourtant, d'autres dangers pour la santé et pour notre sécurité ont justifié par le passé que les industriels trouvent des alternatives, et sans délai. J'ai connu l'effervescence liée au fameux trou dans la couche d'ozone, et l'utilisation des chlorofluorocarbones (CFC) qui en était la cause a été interdite dans les années 80 (cf. Protocole de Montréal) sans que l'on se bloque à l'époque sur les alternatives au refroidissement de nos réfrigérateurs ou pour la fabrique des aérosols. 76photo.jpgEt il en va de même pour le DDT qui a été largement employé comme insecticide, d'abord pour éradiquer le paludisme et ensuite de façon intensive en agriculture, avant que l'on s'aperçoive de ses effets dévastateurs sur la faune. Le DDT a été interdit dans la plupart des pays pendant les années 70-80, et en 1971 en France. Il est classé comme polluant organique persistant (POP) et des études récentes montrent que pour les français, plus explosés par le passé que dans d'autres pays, on y trouve l'origine de certains cancers et de maladies comme Parkinson et Alzheimer.

Non, cette Europe-là est véritablement vassalisée aux grandes multinationales et soumise aux règles de cette mondialisation absurde. Et si demain le TAFTA (traité de libre échange commercial transatlantique) devait être ratifié, alors toutes ces firmes pourraient demander à être dédommagées du préjudice financier qu'un minimum de bon sens nous imposerait.

Commentaires

Merci

Écrit par : F. Bonne | 27/04/2016

Les commentaires sont fermés.