Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/10/2015

Aujourd'hui, Europe-Ecologie-Les-Verts redevient un parti de militants !

Pourquoi aujourd'hui ? Parce que se tiennent ce samedi à Paris les premières rencontres nationales des « écologistes ! » dans les locaux de l'Assemblée Nationale :

Rencontres_ecologistes.jpg

Ah, et et quels écologistes ? Parce que nous connaissions déjà les écologistes de centre droit, c'est à dire le mouvement Cap21 de Corinne Lepage. Et puis il y a aussi Génération Ecologie, la formation d'Yves Pietrasanta affiliée au PRG pour participer à toutes les listes électorales sociales-libérales où la présence d'un(e) écologiste est utile. Alors kesako ces écologistes-là ?

En réalité, il s'agit souvent d'anciens Verts (du parti Les Verts devenu Europe Écologie Les Verts), et dont l'avenir politique au sein des assemblées où ils (elles) sont élu(e)s dépend exclusivement du Parti Socialiste. Chez les parlementaires, je peux citer Jean-Vincent Placé, François de Rugy, Aline Archimbaud et aujourd'hui Véronique Massoneau. Il y a aussi des ex-adhérents du PS ou du PCF qui avaient rejoint Europe Écologie en 2010, pensant que l'herbe y était plus verte pour leur carrière ; toujours au Parlement, je peux citer François-Michel Lambert, Eric Loiselet et Christophe Cavard. Et dans les Conseils régionaux qui seront renouvelés au mois de décembre, certains sortants EELV qui n'avaient pas été réinvestis par leur parti voient là une occasion de faire un mandat de plus dans le sillage du PS ; Christophe Rossignol (Région Centre), Laure Lechatelier, Jean-Marc Brûlé et Robert Lion (Région IdF), Christophe Porquier (Région Picardie), Laurent Martinez (Région Pays de la Loire), etc. Et il y a aussi des élus comme le maire de Sevran Stéphane Gatignon (ex-PCF et ex-EELV) qui préfèrent être du bon côté du manche ... Bref, que des alimentaires :=(

Pour EELV, c'est là une véritable clarification qui s'opère, car l'image du parti de l'écologie politique a trop longtemps été écrasée par celle de ses élus nationaux. Et les militants vont enfin pouvoir exister pleinement, sans que sur les marchés ou dans les manifestations on les réduise sans cesse à la petite phrase de Placé, de Duflot ou d'un(e) autre.

Désormais, il y a d'un côté des écologistes d'accompagnement des pouvoirs en place, qui se contentent de verdir un peu les programmes socialistes, et de l'autre des écologistes de rupture avec le modèle économique qui fait chauffer la planète, engagés aux côtés d'autres formations pour qu'émerge une alternative politique responsable et solidaire. A noter que tous les écologistes ne sont pas rangeables dans une catégorie ou une autre, et je pense par exemple à José Bové qui n'est adhérent d'aucun parti politique mais qui est un élu-militant déterminé, indépendant et courageux.

JB.jpg

19:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.