Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2015

Régionales 2015, les stratégies sondagières restent incertaines à gauche

Deux sondages en ce mois de juillet 2015 tentent de dessiner les contours de la future majorité régionale du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, mais sur des stratégies qui sont encore en train de s'affiner, et surtout à gauche. Le premier sondage IFOP du 3 juillet n'avait pas évalué un premier tour où EELV et le Front de gauche pourraient faire liste commune ; le second sondage PollingVox du 30 juillet évalue un premier tour où le PS et le PCF font liste commune et où Philippe Saurel s'associe au PRG. Or, toutes ces options ne sont pas arrêtées.

Telles que les discussions avancent entre les diverses formations politiques, il devrait y avoir cinq listes faisant plus de 10% au soir du premier tour, menées par : Louis Aliot pour le Front National, Dominique Reynié pour la droite et le centre, Carole Delga pour le PS et pour le PRG, Gérard Onesta pour EELV et le Front de gauche et Philippe Saurel pour les Citoyens du midi.

Sondage_IFOP_03_juillet_2015_1er_tour.JPG

Sondage_30_07_2015_1er_tour.jpg

Si à l'extrême-droite et à droite ces deux sondages témoignent d'une certaine stabilité, les chiffres sont plus incertains à gauche. Ainsi, Marie-Pierre Vieu, représentante du PCF pour cette élection, a publié un communiqué aujourd'hui pour infirmer le scénario retenu par Valeurs Actuelles d'une liste PS/PCF. De son côté, Gérard Onesta estime que l'alternative à gauche est désormais possible (cf. communiqué).

Pour le second tour, je suis persuadé que Philippe Saurel se maintiendra. La lecture de son livre est sans ambiguïté sur ses objectifs, et il préfèrera avoir une douzaine de conseillers régionaux qui pèseront dans les votes plutôt que d'avoir à s'allier avec un parti de gauche ou de droite. S'il est sous la barre des 10% le soir du 9 décembre, je pense qu'il renoncera à tout accord de second tour. Si Philippe Saurel réussit à constituer ses 13 listes départementales, il y intègrera certainement des sympathisants de gauche comme de droite ; donc même s'il était tenté, cette configuration l'empêchera de tout accord à droite comme à gauche.

Sondage_IFOP_03_juillet_2015_2nd_tour.JPG

Sondage_30_07_2015_2nd_tour.jpg

L'extrapolation des chiffres du premier tour, pour la gauche, met le PS/PRG au coude à coude avec EELV/FdG, dans une fourchette de 18% (+/-2%). Les dynamiques qui sont mises en œuvre cet été vont être déterminantes pour le leadership à gauche. Pour EELV et le Front de Gauche, cette dynamique repose sur la plateforme Internet leprojetencommun.net, sur laquelle les citoyens peuvent déposer leurs contributions et apporter leur soutien. C'est à la fin de l'été que les formations politiques qui ont appelé à promouvoir ces démarches citoyennes feront la synthèse programmatique et la soumettront à leurs adhérents. Pour le PS et le PRG, le bras de fer qui a prévalu ces dernières semaines a été assez démobilisateur dans les rangs des militants socialistes ; quelques réunions en haut lieu ont écorné des processus internes de désignation des candidats, dans le seul objectif d'occuper des places et sans jamais aborder les orientations programmatiques ...

Un autre point sera préjudiciable pour les socialistes et pour les radicaux de gauche, c'est la position de cumul de mandats. Carole Delga a déjà annoncé qu'elle cumulera ses mandats de Présidente du Conseil régional et de député jusqu'au printemps 2017 ... La taille de la nouvelle région et les compétences que lui confie la loi NOTRe rendent impossibles l'exercice de ces deux mandats en même temps. Mais d'autres parlementaires suivront l'exemple de leur tête de liste, comme Virginie Rozière, député européenne qui sera la tête de liste de l'Hérault, avec le député Christian Assaf à ses côtés. Idem pour la député Sylvia Pinel qui a négocié la première vice-présidence, en même temps qu'elle conservera son mandat au palais Bourbon. Dans le Gard et dans les Pyrénées-Orientales, les députés Fabrice Verdier et Jacques Cresta sont eux aussi en position éligible.

Mais il reste un peu plus de quatre mois pour faire campagne, et je suis persuadé que le mouvement qui se constitue aujourd'hui à gauche du PS est en mesure de mobiliser les électeurs pour que les politiques économiques que mettra en œuvre la prochaine majorité régionale se feront pour les citoyens (i.e. bénéficiaires), avec les citoyens (i.e. contributeurs) et sous le contrôle des citoyens (i.e. évaluateurs).

Ne quittez pas cette note sans aller sur la plateforme contributive :

leprojetencommun.net

Et vous ne pourrez pas dire à la fin de l'année que les citoyens n'ont pas été sollicités, très en amont de cette campagne ;-)

Les commentaires sont fermés.