Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2015

Les élus du Coeur d'Hérault doivent passer d'une politique de guichets à une politique de projets !

Des voix s'élèvent depuis quelques jours sur le Lodévois, depuis la décision de Marie-Christine Bousquet d'arrêter le festival des Voix de la Méditerranée. Il est évident que Madame le maire de Lodève n'a pas pris cette décision de gaité de cœur, mais la perte d'une subvention de 150.000 € qui est un paramètre non négligeable peut-il sonner le glas d'un festival qui contribue à la renommée culturelle de Lodève et du Cœur d'Hérault ?

voix.jpg

Et pour enterrer un peu mieux cette décision inattendue, Marie-Christine Bousquet avance les baisses colossales de dotations de fonctionnement que l’État verse aux collectivités locales (cf. communiqué de la CCLL). Il est annoncé pour le Lodévois-Larzac une baisse cumulée de cette dotation globale de fonctionnement (DGF) de 1,9 millions d'euros sur la période 2015-2017. Mais c'est la même baisse qui a été annoncée pour la Communauté de communes du Clermontais (CCC) lors de son débat d'orientation budgétaire (DOB) du 21 janvier dernier (cf. note). Je suis par contre un peu plus sceptique sur les autres chiffres avancés par Madame Bousquet pour la Communauté de communes du Lodévois-Larzac (CCLL). Passer de 1 million d'euros de DGF en 2015 à 150.000 € en 2017 est une évolution étonnante. Nous allons passer sur le Clermontais, pour cette même période de 2015 à 2017, de 1 560 351 € à 919 819 €, soit à l'arrivée un peu moins de 50% de la DGF de 2014. Pour la CCLL, l'annonce qui alimente toute la presse locale fait état d'une DGF 2017 équivalente à 11% de la DGF de 2014 ! Je doute ...

On ne peut pas occulter non plus le fond de péréquation intercommunale (FPIC) par lequel les intercommunalités les plus riches reversent aux plus pauvres. Je ne connais pas les chiffres de la CCLL, mais ce FPIC atténue un peu la baisse de la DGF. Ci-après le tableau récapitulatif où j'ai utilisé les ratios de la CCC pour calculer les projections de la CCLL :

Sans titre.jpg

Mais quel que soit la réalité de ces chiffres, il n'en reste pas moins que la baisse des dotations de l’État touche toutes les collectivités, les intercommunalités comme les communes. Et ce sont de multiples associations et de très nombreuses entreprises qui pâtissent dans la foulée de cette austérité budgétaire. Madame Bousquet serait donc désormais plus en phase avec le nouveau parti de gauche majoritaire à Athènes, Syriza, que du Parti Socialiste ? Il n'est jamais trop tard pour ouvrir les yeux ;-)

Néanmoins, la démarche de rationalisation des budgets des communes et des intercommunalités va dans le bon sens. Et il ne faut pas le vivre comme un boulet, mais au contraire comme une bonne opportunité de s'améliorer. Et c'est là où les structures intercommunales révèlent mieux encore leur efficience. Il faut pour cela sortir de la logique de guichet ! Trop souvent, les élus sollicitent des partenaires financiers comme autant de guichets pour des aides financières : le Conseil général, le Pays Cœur d'Hérault qui coordonne les aides européennes, le Syndicat Centre Hérault qui gère nos déchets (cf. fermeture de la déchetterie de Cabrières), l'Agence de l'Eau, l’État, etc. Il est par exemple dommage que la CCLL présidée par Madame Bousquet n'ait pas souhaité participer à la réalisation du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) du Cœur d'Hérault. Il faut passer du guichet au projet, et nous avons sur le Coeur d'Hérault un projet de territoire qui est sur les rails ; il a été voté à l'unanimité au Caylar en décembre 2013 au travers de la Charte "Horizon 2025".

charte.jpg

Nous avons donc un outil, c'est le Pays Coeur d'Hérault. Rendons le plus efficace ! Première opération, il faut se mettre en conformité avec la loi MAPTAM et le transformer en Pôle d’Équilibre Territorial et Rural (PETR). Ce PETR a été voulu par le législateur afin de contrebalancer en milieu rural le pouvoir des  métropoles et des pôles métropolitains. Faisons collectivement front face à Philippe Saurel, et cessons de succomber individuellement aux sirènes de la capitale régionale ...

Et puis approprions-nous la charte de Pays, mettons-là en œuvre et agissons de façon concertée à l'échelle du Cœur d'Hérault. Cette charte comporte un objectif 1.4 qui est "Penser le Coeur d'Hérault comme un territoire culturel" ; la réponse qu'apporte la charte pour "Une terre d'accueil et de rencontres" c'est entre autres une "coordination des moyens financiers et logistiques du territoire dans les domaines culturel, artistique et touristique". Oui, ce sont beaucoup de mots, mais rien ne nous interdit de les faire vivre ensemble.

Les commentaires sont fermés.