Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/02/2015

4ème circonscription du Doubs, la démocratie représentative est en panne

C'est ce dimanche que le siège de Pierre Moscovici à l'Assemblée nationale faisait l'objet d'une élection législative partielle, sur la quatrième circonscription du Doubs.

Election législative partielle 4e circonscription du Doubs

La première leçon de ce scrutin est la très faible participation, 39,5% ce 1er février contre 73,4% en juin 2012. Le gouvernement espérait que l'élan citoyen qui a vu des millions de Français défiler dans les rues le week-end des 10-11 janvier se transformerait dans cette circonscription du Doubs par un même élan électoral, mais non. Il semble que les Français distinguent bien d'une part ce qui relève de la République, ses valeurs, ses principes, ses symboles, sa constitution et ses institutions, et d'autre part la politique menée par le gouvernement de Manuel Valls. L'électorat de gauche ne mobilise pas, très certainement avec le moral dans les chaussettes, mais l'électorat de droite non plus. Et pour l'UMP, c'est un échec ; la formation de Nicolas Sarkozy ne porte pas encore un projet politique suffisamment mobilisateur.

La seconde leçon est que le Front National confirme sa place de premier parti politique. Et c'est d'ailleurs le FN qui porte la participation, même s'il perd un gros millier de suffrages entre les deux scrutins. Il se retrouve au second tour face au PS, un scénario qui lui est bien plus favorable que face à l'UMP. Il va être intéressant de voir qu'elle consigne de vote donnera la formation de Nicolas Sarkozy.

La troisième leçon porte sur la place du Parti Socialiste, et on peut même évoquer une honorable seconde place dans le contexte actuel. L'UMP n'accède pas au second tour, signe que l'électorat de droite doute de l'efficacité d'envoyer un nouveau député UMP à l'Assemblée nationale. Et il faut noter que la droite partait pourtant en ordre moins dispersé que la gauche. Mais une semaine après la victoire de Syriza en Grèce, la vague d'une autre gauche plus sociale n'est pas encore arrivée dans le Doubs. Néanmoins, le candidat socialiste ne dispose pas d'une réserve de voix très importante à gauche. L'issue du second tour est donc très incertaine.

La quatrième leçon concerne la dispersion des candidatures de gauche, configuration tant contestée ces derniers jours par les leaders socialistes. Déjà, je note qu'il y a cinq candidats écologistes et de gauche ce 1er février 2015, contre sept en juin 2012. Et il ne faut pas, comme pour le 21 avril 2002, que le PS reproche toujours au reste de la gauche d'occulter sa propre faiblesse.

doubs,législative partielle,février 2015

Cette séquence électorale est bien utile dans la préparation des prochaines départementales des 22 et 29 mars. Le niveau de participation devrait être autour de 40%, réduisant en même temps le risque de triangulaires. Le FN devrait arriver très souvent en tête, conduisant ainsi à des duels FN/UMP ou FN/PS. Enfin, la dispersion des candidatures ne devrait donc pas être trop préjudiciable aux socialistes.

Mais à part ça, cette élection législative partielle changera-t-elle quoique ce soit à la politique que mène le gouvernement socialiste ? Non. Seul le Front National tire quelques profits de ce scrutin, renforçant ainsi sa position dans notre paysage politique, et confortant de plus en plus l'impasse dans laquelle se trouve la démocratie représentative en France.


Les résultats de ce premier tour sont les suivants :

Inscrits 66825
Abstention 40389 (60,44 %)
Votants 26436 (39,56 %)
Blancs 446 (1,69 %)
Nuls 281 (1,06 %)
Exprimés 25709 (97,25 %)

Mme Sophie MONTEL [FN] 8382 (32,60 %)
M. Frédéric BARBIER [PS] 7416 (28,85 %)
M. Charles DEMOUGE [UMP] 6824 (26,54 %)
M. Vincent ADAMI [FdG] 941 (3,66 %)
M. Bernard LACHAMBRE [EELV] 799 (3,11%)
M. Michel TREPPO [LO] 404 (1,57%)
M. Alde VINCI [Parti de la France] 315 (1,23 %)
M. Jean-Claude BONNOT [Indépendant] 152 (0,59%)
M. Yannick HERVÉ [UPR] 147 (0,57 %)
M. Ismaël BOUDJEKADA [Indépendant] 137 (0,53 %)
M. Antonio SANCHEZ [Communistes] 127 (0,49 %)
M. Marc O  [Indépendant] 40 (0,16 %)
M. Nicolas ROUSSEAUX [Indépendant] 26 (0,10 %)


Rappel des résultats de juin 2012 :

  Au 1er tour, avec une abstention de 26,6%, 

  M. Pierre MOSCOVICI [SOC] 16.421 (40,81%)
  Mme Sophie MONTEL [FN] 9.605 (23,87%)
  Mme Chantal ADAMI [FG] 1.252 (3,11%)
  M. Antonio SANCHEZ [EXG] 154 (0,38%)
  M. Charles DEMOUGE [UMP] 9.341 (23,21%)
  M. Ilker CIFTCI [DVG] 961 (2,39%)
  M. Bernard LACHAMBRE [VEC] 801 (1,99%)
  M. Didier KLEIN [PRV] 673 (1,67%)
  M. Jean-Claude DURUPT [CEN] 409 (1,02%)
  M. Daniel JEANNIN [EXG] 230 (0,57%)
  M. Michel TREPPO [EXG] 208 (0,52%)
  M. Guillaume REFFAY [ECO] 182 (0,45%)

  Au 2nd tour, avec une abstention de 27,5%,
 
  Mme Sophie MONTEL (FN) 9.581 voix soit 24,47%
  M. Charles DEMOUGE (UMP) 10.260 voix soit  26,21%
  M. Pierre MOSCOVICI (SOC) 19.311 voix soit  49,32%

Les commentaires sont fermés.