Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/01/2015

La grande distribution au régime ... elle aussi !

C'est la Lettre M du 13 janvier qui apporte ces deux informations complémentaires (cliquer sur l'image pour l'agrandir dans une autre fenêtre) :

Systeme_U.png

Mouton.png

Voilà de bonnes nouvelles pour les citoyens, car enfin ces enseignes comprennent que leurs magasins doivent s'intégrer dans la ville. Il est fini ce temps où les consommateurs allaient toute une demi-journée dans un parc commercial pour faire plusieurs magasins en famille (bricolage, jardin, vêtements, chaussures, alimentaire, ...). Une des principales causes de cette désaffection pour les zones commerciales, c'est la vente en ligne. Les soldes de cet hiver en témoignent, il y a un choix bien plus large sur la toile, les visites virtuelles ne nécessitent pas de prendre la voiture, tous les membres de la famille prennent le temps chacun de naviguer sur les sites correspondants à ses besoins, et on se fait livrer à domicile.

Pour survivre, la grande distribution a donc besoin d'être dans la proximité, de proposer une offre dans les quartiers et dans les villages. Et c'est intéressant pour l'urbanisation des communes, car ces implantations commerciales peuvent faire renaître des services complémentaires de proximité. C'est par contre dommage quand l'ambition devient de l'aveuglement :=(

Les collectivités locales ont à faire des choix cruciaux, soit continuer à financer des zones commerciales à 4 ou 5 km des centres villes, soit aider les communes à intégrer des espaces de commerces et de services au cœur des villes et des villages. Et si les galeries marchandes s'éloignent du coeur des villes, alors les usagers demanderont aux collectivités de mettre en place une desserte en transports collectifs ; c'est déjà le cas à Clermont l'Hérault avec le Transport à la demande (TAD) qui évoluera en 2015 vers un circuit de desserte pour couvrir le centre-ville et les Tanes Basses (cf. Midi Libre). Et puis il faudra des arrêts de bus, et un distributeur de billets, etc. En terme d'investissement, ce n'est pas neutre. La plate-forme de Système U à la Salamane rapportera 400 k€ de recettes fiscales à la Communauté de communes cette année, et c'est donc une recette qui vient compenser l'endettement [provisoire] lié aux difficultés de commercialisation des lots. Et si demain Système U décidait d'arrêter son activité à Clermont l'Hérault (comme à Miramas il y a 3 ans pour justement venir à Clermont l'Hérault) ? Car pour ces grands groupes, une plate-forme logistique n'est qu'un maillon dans une chaîne de distribution, et un maillon ça se change.

Alimentons d'abord des petits ruisseaux pour espérer voir couler de grande rivières ;-)

Les commentaires sont fermés.