Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2014

Elections départementales de mars 2015 : porter des valeurs communes plutôt que de négocier des places pour quelques uns

Alors que la fédération socialiste de Loire-Atlantique ne proposait dans ses négociations avec EELV qu’un simple « processus politique et démocratique soit réinstauré sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes afin de favoriser l’échange et le dialogue », les adhérents EELV réunis en assemblée générale ce 13 décembre ont préféré l’autonomie. Ils présenteront leurs candidats aux départementales de mars 2015, et ils s’ouvriront à des candidats citoyens et/ou d’ouverture auprès de partenaires de gauche dont les intentions de défendre les valeurs et les positionnements communs avec EELV sont clairement identifiés (cf. Ouest France et Presse Océan). Et parmi ces positionnements, il y a l’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes !

EELV, Elections départementales, autonomie, urgence écologique, urgence sociale

La Loire-Atlantique est un département emblématique pour ce combat mené contre l'un de ces grands projets inutiles qui ne profiteraient toujours qu’aux mêmes, comme le Tarn où les écologistes défendront leur projet politique face à une gauche institutionnelle classique (PS, PRG, PC et DVG rassemblés), mais ce mouvement d’autonomie se constate abondamment au fil des assemblées départementales d’EELV qui investissent leurs candidats.

Pour l’Hérault, c’est cette même stratégie que je défends. Il n’y a pas un jour qui passe sans que les leaders du Parti Socialiste n’alimentent la corne d’abondance des déceptions de gauche. Cette semaine, c’est le ministre des Finances Michel Sapin qui a sabordé les négociations européennes pour la mise en place d’une taxe sur les transactions financières. Alors que ce projet ne réunissait déjà plus que 11 des 28 pays de l’Union, et qu’il ciblait autant les actions et les obligations que les produits dérivés, taxés respectivement à 0,1% et à 0,01% pour générer de 30 à 35 milliards d’euros par an, Michel Sapin n’a eu de cesse depuis un mois que d’écarter les produits dérivés de cette taxe pourtant voulue en 2011 par la France et l’Allemagne. Afin de protéger les banques françaises qui ont exercé un lobbying efficace, le ministre socialiste a rompu les discussions. Adieu la taxe Tobin, la Finance a résolument vaincu !

Yves Logghe/AP/SIPA
Droits : Yves Logghe/AP/SIPA

Et si encore nous trouvions localement des militants socialistes indignés, de ces frondeurs qui résistent comme au Parlement à la victoire du social-libéralisme, alors nous pourrions envisager des campagnes électorales partenariales. Mais il n’en est rien, les adhérents socialistes sont comme des fantômes qui errent dans une société mondialisée qui leur échappe. Ils rêvent encore de croissance et ils espèrent que les grands projets bâtis sur le consumérisme vont créer des milliers d’emplois, tout en vendant l’aéroport de Toulouse-Blagnac à un groupe sino-canadien très contestable … Et ça va continuer, car le ministre Macron prévoit de vendre pour 5 à 10 milliards de bijoux de famille.

Non, l’urgence sociale et l’urgence environnementale que chacun peut constater, localement sur le terrain comme à l’occasion des grandes conférences nationales et internationales, nous oblige à rompre avec ce modèle de développement. Il faut une révolution ! Alors on ne parle plus aujourd’hui de révolutions en armes pour prendre des bastilles, mais bien de révolutions coperniciennes ; il faut révolutionner la représentation que nous nous faisons du monde et de son développement, quitter notre nombril pour appréhender cette évolution de l’anthropocène à l’échelle de la planète.

Je plaide donc dans l’Hérault pour que nous cessions de négocier pour remplir des cases dans un échiquier électoral, mais que nous rassemblions autour de nous les militants de gauche et les citoyens qui se reconnaissent dans ces enjeux. Et surtout dans le contexte de réforme territoriale, dans l’incertitude qui anesthésie les assemblées d’élus comme les fonctionnaires, il est essentiel de faire prévaloir nos valeurs. Nous ne savons pas encore quel chemin nous allons emprunter, mais nous devons conforter la façon dont nous allons cheminer. Et il n’est pas question de cap ou d’objectif, accordons nous déjà sur les valeurs communes, sur les principes fondamentaux de notre pacte républicain. C'est comme un navire où les membres de l'équipage ne parleraient pas la même langue, il n'irait pas bien loin ...

J'espère convaincre les adhérents héraultais d'Europe Ecologie Les Verts ce lundi soir, car ce serait un message politique salutaire que de pouvoir profiter de ces élections départementales pour construire une alternative politique qui mette l'Homme et son Environnement au coeur des politiques publiques, et que nous cessions d'être guidés par les aléas d'une conjoncture économique et financière qui creuse les inégalités sociales. Car sinon, elle ne sera pas que copernicienne la révolution.

Les commentaires sont fermés.