Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/12/2014

Départementales de mars 2015 : Europe Ecologie Les Verts décidera lundi prochain de sa stratégie dans l'Hérault

C'est plus la défaite annoncée de la gauche au printemps prochain que le redécoupage et le nouveau mode de scrutin qui tourmente les états-majors politiques. En effet, le passage de 49 à 25 cantons et l'élection de couples mixtes sur chacun d'eux complique l'élaboration de stratégies politiques structurantes, mais ce sont d'autres inconnues qui troublent cette séquence électorale. Et en premier lieu l'abstention, comme à Troyes le week-end dernier où seulement un électeur sur quatre est allé voter ! Le risque est réel qu'une abstention record soit constatée lors des scrutins des 22 et 29 mars 2015 ...

EELV, Elections départementales, mars 2015

Il s'y ajoute la fébrilité des formations de gauche qui ne veulent pas croire à une inévitable défaite, et la fébrilité de celles de droite qui n'osent pas croire qu'elles pourraient renverser des majorités en place depuis une éternité. Et sans oublier la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) qui arrive en débat au Sénat le 16 décembre, loi qui précise les nouvelles compétences des départements, et donc les grandes lignes des campagnes électorales de cet hiver.

Dans l'Hérault, les écologistes ont des candidats dans presque tous les cantons, et c'est ce lundi 15 décembre que les adhérents du département vont décider des investitures officielles. La commission électorale départementale a reçu trois motions de stratégie électorale qui seront préalablement soumises au vote des adhérents : 1. Autonomie totale des écologistes et ouverture citoyenne ; 2. Ouverture citoyenne et accords avec les formations de gauche, hors PS et PRG ; 3. Ouverture citoyenne ainsi qu'à toutes les formations de gauche pour des accords techniques locaux.

Les négociations engagées par la commission électorale avec le Parti Socialiste et avec le Front de gauche n'ont pas permis d'aboutir à des accords concrets ; on reste dans le jeu des chaises musicales avec le PS, et le calendrier du Front de gauche reporte tout accord à janvier 2015.

Personnellement, je plaide pour un arrêt des négociations avec le PS ; les discussions s'établissent entre états-majors, sans réelle synergie sur les cantons, et sur fond de rejet de la part des écologistes de la politique sociale-libérale du gouvernement Valls. Or, les candidats EELV peuvent emporter des sièges à l'Assemblée départementale, tout simplement en portant leur propre projet. Cessons de verdir le programme des autres et agissons de façon responsable au regard de l'urgence écologique et sociale. Il y a par ailleurs des tickets possibles sur certains cantons entre EELV et le FdG, parce que localement les candidats ont déjà mené des actions ensemble, et l'élection départementale n'est alors que le prolongement politique d'une dynamique réellement de gauche.

Et puis ces départementales préparent aux régionales de fin 2015 ... Et dans l'architecture territoriale qui va prochainement encadrer les politiques économiques, sociales et environnementales, ce sont ces fameuses "Régions stratèges" qui feront des choix primordiaux pour un développement soutenable (ou non) de nos territoires. Pour nous en Languedoc (je reprends ici l'appellation historique de la nouvelle région), nous disposons de remarquables ressources naturelles qui peuvent assurer notre indépendance énergétique, mais aussi alimentaire. Ne laissons pas, comme pour l'aéroport de Toulouse-Blagnac, des capitaux internationaux venir ici creuser les inégalités sociales, marchandiser notre patrimoine culturel et détruire nos paysages.

eelv,elections départementales,mars 2015

Les commentaires sont fermés.