Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/11/2014

Clermontais en Coeur d'Hérault ou Clermontais sous influence de Montpellier ?

Au 1er janvier 2015, le maire de Montpellier Philippe Saurel présidera l'établissement public de coopération intercommunale (EPCI) de 31 communes qui succède à l'actuelle Communauté d'Agglomération : Montpellier Méditerranée Métropole. Sur ce périmètre qui ne change pas de taille, ce sont surtout les moyens qui changent considérablement, et particulièrement les compétences que va lui transférer le Conseil général.

Mais Philippe Saurel ne fait pas de la métropole une fin en soi, et il compte bien profiter des avancées de la loi MAPAM (loi de modernisantion de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles de 2014) pour constituer un grand pôle métropolitain. Il s'agit là de créer une synergie entre EPCI voisins afin de se donner plus de chances ensemble d'atteindre un développement soutenable. Pour Philippe Saurel, il s'agit d'une « instance de concertation transversale ». Nul besoin pour ce pôle métropolitain de se doter de moyens propres (financements, administration, ...), elle s'appuierait sur un partenariat contractuel entre EPCI (i.e. conférence territoriale) pour créer une cohérence de territoires. Philippe Saurel s'est déjà déplacé dans une trentaine d'intercommunalités et y a rencontré près de 700 maires pour leur expliquer comment établir un partenariat contractuel sur cinq axes : la santé, le numérique, le tourisme, la mobilité et l'agro-écologie alimentaire. Ce sont aussi les cinq piliers qui fondent le développement de la métropole. Des agglomérations et des communautés de communes du Languedoc-Roussillon ont déjà répondu positivement au pacte proposé par le maire de Montpellier, et l'année 2015 verra certainement se constituer une structure encore inédite en France (sur la méthode).

Vu de Montpellier, mais aussi vu par le président de la métropole qui nourrit une ambition passionnée pour un territoire qui s'étend d'Alès à Narbonne, il est légitime que la dynamique vienne de Montpellier. Néanmoins, les autres agglomérations et communautés de communes ont elles aussi des projets de territoire ; la santé à Alès, la mobilité à Béziers et la protection de l'environnement sur le bassin de Thau ne répondent pas systématiquement à des problématiques uniformes. Ainsi, la démarche de Philippe Saurel n'est pas à sens unique, elle se confrontera à d'autres politiques locales qui pourront [peut-être] aboutir à des consensus à l'issue d'une véritable concertation territoriale.

Mais je ne publie pas cette note pour expliquer le projet de nos voisins montpelliérains, je rebondis d'abord à l'invitation que les conseillers communautaires du Clermontais ont reçu pour rencontrer prochainement Philippe Saurel. Le thème de la rencontre est : « La synergie entre les différents territoires », la présentation par Philippe Saurel de la métropole sera suivie d'une réflexion sur ce projet métropolitain.

Invitation Rencontre Philippe Saurel - Métropole 05-12-14.jpg

Or, pour engager une réflexion, faudrait-il encore que nous ayons nous-mêmes un projet intercommunal à défendre. Sur la mobilité, sur la santé, sur le tourisme, sur le numérique et sur l'indépendance alimentaire, le Clermontais n'a jamais formalisé aucun projet. Aussi, le 5 décembre, nous irons écouter Philippe Saurel sans avoir nous-mêmes de projet de développement du Clermontais à lui exposer :=(

Et je regrette que cette rencontre se fasse à l'échelle de la Communauté de communes du Clermontais et non pas à celle du Pays Cœur d'Hérault. Car sur tous ces axes, le Pays a déjà une charte de développement Horizon 2025. Le Pays a par ailleurs vocation à devenir un pôle d'équilibre territorial et rural (PETR), issu comme le pôle métropolitain de la loi MAPAM.

J'invite donc tous mes collègues des trois intercommunalités du Cœur d'Hérault à ne pas céder au chant des sirènes, mais bien à mettre en œuvre notre projet local. Oui, il est responsable d'avoir avec la métropole de Montpellier une relation constructive, et dans une vision élargie de l'aménagement du territoire régional, mais en ayant d'abord quelques biscuits pour la route ...

20:19 Publié dans CCC, Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.