Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/10/2014

La classe politique est assise sur une poudrière sociale ... et elle regarde ailleurs !

J'entame mon second mandat d'élu local, et je constate que nos institutions demeurent indifférentes à l'urgence sociale qui croît. Quand nos collectivités abordent le thème du développement économique, c'est de façon très hédoniste. Le qualificatif peut surprendre, mais je stigmatise ici une recherche de l'excellence entrepreneuriale qui occulte totalement la question de l'emploi.

Quand, sur le territoire du Cœur d'Hérault, nous avons 4000 à 5000 personnes qui recherchent un emploi, les élus locaux créent des zones ou des parcs d'activité, ils financent la création de micro-entreprises et ils assurent la promotion évènementielle qui va avec (foires, salons, prix, ...). Mais la création d'entreprises concerne essentiellement des actifs en emploi qui souhaitent exercer leur métier ou leur passion de façon autonome ; les allocataires du chômage ou du RSA ne font pas eux l'objet d'une attention suffisante. Aux côtés de Pôle Emploi, il y a des structures dédiées à ces publics, comme la Maison de l'Emploi (et son pan local pluriannuel pour l'insertion et l'emploi - PLIE) et la Mission Locale, mais elles agissent dans une relative distance politique.

Les collectivités locales sont-elles impuissantes ? Pourtant, l'élaboration d'un schéma de cohérence territoriale (SCoT) répond autant à des questions de soutien à l'emploi que de soutien à la création d'entreprises (la mobilité, l'aménagement commercial, ...). Et l'élaboration d'un programme local de l'habitat (PLH) vise aussi à rapprocher les besoins de logement des besoins d'emploi. Les élus ont donc à leur disposition des outils efficaces, mais ils semblent ne pas savoir les utiliser ...

3-singes.jpg

Or, nous sommes assis sur une poudrière sociale. Si encore le chômage n'était qu'un accident dans un parcours professionnel, alors ce serait collectivement acceptable ; et à condition que les questions de formation et d'indemnisation soient pérennisées. Mais là, des familles rentrent dans la spirale de l'exclusion sociale et les espoirs de s'en sortir, pour les adultes comme pour les plus jeunes, est très aléatoire. Ces situations sociales conduisent de plus en plus au rejet de la société. Cela fait le lit du Front National, mais les jeunes sont enclins à s'exprimer plus violemment, même si cette violence se retourne contre eux.

Quels espoirs ces politiques locales donnent-elles à des jeunes à qui les médias répètent en boucle que leur avenir professionnel sera erratique et que leur situation sociale dépendra de plus en plus d'eux-mêmes ... l’État-Providence s'écrit déjà dans les livres d'histoire. Des petits trafics forts lucratifs, le besoin de reconnaissance individuelle, la brutalité du verbe et du geste, l'identification à des communautés anti-système et l'absence totale de valeurs caractérisent une dérive barbare de notre société moderne. Et si aujourd'hui cela paraît être une manifestation marginale de la crise sociale, qu'en sera-t-il dans quelques décennies ?

Dans Candide, Voltaire concluait que "le travail éloigne de nous trois grands maux, l'ennui, le vice et le besoin". Oui, le travail est un vecteur d'épanouissement social ; et d'en être privé durablement déstructure les individus et les communautés. Alors ne soyons pas des élus aveugles, sourds et muets, faisons de notre mandat un investissement au profit de tous nos concitoyens.

Commentaires

Le drame des jeunes de Lunel partis en Syrie et dont quatre au moins y ont laissé leur vie ... N'y a-t-il donc pour nos jeunes que ce type d'expérience pour donner un sens à leur vie ? Et ce n'est pas qu'une question de chômage, car l'un d'entre eux âgé de 22 ans était étudiant à l'Epitech, une grande école d'informatique.

Il y a, comme l'indique cet éducateur de Lunel Tahar Akermi qui a connu tous ces jeunes, "qu'à partir de 10 ans, puis pour tous les jeunes que je rencontre jusqu'à 25 ans, la confrontation à l'adulte est complètement absente. Si on laisse un jeune se construire à travers la télévision et internet, regardez ce que ça donne...".

Cf. http://www.midilibre.fr/2014/10/23/raphael-ce-converti-de-lunel-mort-au-jihad,1070662.php

Cf. http://www.midilibre.fr/2014/10/24/sabri-houssem-maeva,1071173.php

Écrit par : Laurent Dupont | 25/10/2014

Les commentaires sont fermés.