Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/10/2014

Départementales des 22 et 29 mars 2015 : les partis politiques contre les nouveaux édiles ?

Ce qui ressort des élections de l'année 2014, c'est évidemment l'arrivée de maires qui ne sont pas encartés dans un parti politique et qui ont une influence remarquable. Deux grandes villes de l'Hérault ont ainsi échappées aux partis politiques, ce sont Montpellier (avec Philippe Saurel) et Béziers (avec Robert Ménard), mais de nombreux gros bourgs sont eux aussi passés hors influence des partis. A Juvignac, le patron départemental de l'UMP a été battu au second tour par un candidat "divers". A Murviel-les-Montpellier, une liste "divers" gagne dès le premier tour contre une gauche divisée. Mais en Coeur d'Hérault aussi, des communes comme Gignac, Clermont l'Hérault, Saint-André-de-Sangonis, Paulhan, Aspiran, ... échappent aux appareils politiques traditionnels.

L'élection sénatoriale du 28 septembre a donné le coup de grâce aux formations politiques, un sénateur "divers droite" et un sénateur "divers gauche" ont été élus pour le Palais du Luxembourg au travers d'un vote fortement influencé par les grands électeurs "divers" ... Et à 6 mois des départementales, cette vague alternative rend les stratégies électorales très incertaines.

Et c'est sans oublier le vote Front National qui a atteint 30% des suffrages exprimés dans l'Hérault lors de l'élection européenne du 25 mai, un scrutin où seulement 45% des électeurs se sont déplacés pour voter. Or, une élection départementale pour laquelle les électeurs auront bien du mal à percevoir les enjeux d'ici mars 2015 risque de renouveler le scénario des européennes. Le Front National va investir des candidats dans tous les cantons, et comme il faut faire 12,5% des inscrits pour aller au second tour, ces candidats pourraient se retrouver dans des duels de second tour dans une très grande majorité de cantons.

L'UMP sera-t-elle tentée de faire des alliances avec le FN pour prendre le Département de l'Hérault ? Pas certain que le FN y soit favorable s'il souhaite continuer de croître sur la vague UMPS pour les élections à venir.

Carte_definitive.PNG

La tentation pour des électeurs "un peu perdus" serait donc de voter pour leur maire. A Montpellier comme à Béziers, à Gignac comme à Clermont l'Hérault, voilà des premiers magistrats qui pourraient fêter leur première année de mandat municipal avec une entrée dans l'assemblée départementale. Ce serait alors la préfiguration d'une assemblée départementale que certains voient en chambre haute des intercommunalités.

Mais le Département verra prochainement ses compétences clarifiées et son avenir confirmé, ce qui légitime une campagne départementale par les formations politiques qui souhaitent y siéger. Et puis ce scrutin départemental sera aussi une sorte de premier tour pour les élections régionales de novembre ou décembre 2015.

14:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.