Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/09/2014

Sénatoriales

Dans l'Hérault ce dimanche, le scrutin proportionnel pour le Sénat apporte des enseignements remarquables, des constats assez différents des autres départements.

Déjà, les résultats :

  Nombres d'inscrits = 2364  Nombre de votants = 2343
  Nombre de bulletins exprimés = 2305

  Liste Divers-droite de J-P. Grand = 492 [21,34 %] > Elu
  Liste Debout la République de M. Colas = 18 [0,78 %]
  Liste Bleu Marine de Marie-Christinne Aubert = 135 [5,86 %]
  Liste UMP de François Commeinhes = 447 [19,39 %] > Elu
  Liste Divers-gauche de R. Navarro = 257 [11,15 %] > Elu
  Liste Divers-gauche de Ch. Bilhac = 237 [10,28 %]
  Liste EELV de M. Comps = 50 [2,17 %]
  Liste Ext-droite de J-C. Martinez = 7 [0,30 %]
  Liste PS d'H. Cabanel = 378 [16,40 %] > Elu
  Liste Divers-droite de R. Couderc = 116 [5,03 %]
  Liste PCF de J-P. Perez = 97 [4,21 %]
  Liste PdG de R. Revol = 71 [3,08 %]

La victoire de Jean-Pierre Grand (ex-UMP), efficacement soutenu par Philippe Saurel (ex-PS), témoigne du déficit de crédibilité dont souffrent les partis politiques dans le département ; c'est par exemple beaucoup moins vrai chez nos voisins de l'Aude (où le PS officiel conserve ses deux sièges), et ceux du Gard (où l'UMP officiel gagne un siège de plus au détriment du PS).

Or, un candidat comme Jean-Pierre Grand, maire de Castelnau-le-Lez et ancien député de la 3ème circonscription de l'Hérault, n'est pas notoirement connu au delà de l'agglomération de Montpellier. Et pourtant, il arrive en tête du scrutin, et avec 23 voix de plus sa liste aurait gagné un second siège ... Cela signifie que les élus locaux s'identifient à ces profils qui sortent des sentiers battus. La très grande majorité des grands électeurs n'est pas encartée dans un parti politique, et là ils révèlent leur défiance vis à vis de formations qui privilégient plus souvent l'accès aux mandats électifs que l'accompagnement sur le terrain.

Mais alors, comment expliquer le résultat de Christian Bilhac ... qui perd de 20 voix derrière Robert Navarro ? Le réseau des maires ruraux que Christian Bilhac a longtemps animé serait moins efficace que le réseau des élus socialistes que Robert Navarro a longtemps animé en tant que 1er fédéral du PS héraultais ? Mais la différence de 20 voix n'aurait pas suscité ce paradoxe si Raymond Couderc ne s'était pas présenté ou si Jean-Pierre Grand avait glané quelques voix en plus, car seul Henri Cabanel aurait été élu à gauche.

sénatoriales,2014,hérault

A l'échelle du département de l'Hérault, c'est la droite qui devient majoritaire, et le maire de Montpellier jouera un rôle de plus en plus central dans l'issue des élections à venir (départementales et régionales de 2015). Mais c'est aussi le reflet d'un courant politique assez neutre, un mixte de Manuel Valls et de Dominique de Villepin ... et on voit bien qu'avec ces deux là le développement envisagé pour l'Hérault restera soumis aux dogmes actuels, vu depuis Montpellier, un territoire économiquement dynamique, et sans aucune vision pour le reste du département. Et cela laisse à Henri Cabanel la charge de représenter les territoires ruraux ...

A l'échelle nationale, la droite reprend la majorité au Sénat et le Front National y gagne deux sièges. Rien de très révolutionnaire dans ce basculement de la chambre haute du Parlement, et puis c'est surtout un scrutin dont nos concitoyens se fichent pas mal :=(

Il reste une question, c'est quand le changement ?

Les commentaires sont fermés.