Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/09/2014

Imposer le secret, pouvoir et citoyenneté sont-ils antinomiques ?

Combien d'affaire politico-financières se sont-elles arrêtées brutalement quand les services de l’état opposent le fameux "Secret Défense" ? France 3 diffusait cette semaine un documentaire remarquable sur le juge Renaud Van Ruymbeke, lui qui a vu certaines de ses instructions se heurter à "la défense des intérêts majeurs de l’état". Mais qui en décide ? Quel pouvoir ?

renaud_van_ruymbeke.jpg

L'extrait ci-après du documentaire de France 3 dédié à Renaud Van Ruymbeke où il s'est vu opposé le secret défense dans l'affaire des frégates taïwanaises illustre les limites de son métier de juge d'instruction, il porte un regard critique sur la relation entre les citoyens et le pouvoir, sur la citoyenneté.

"Renaud Van Ruymbeke, au nom de la loi", un film de Philippe Pichon
Une co-production France Télévisions / Octobre production

La démocratie s'arrête-t-elle au soir du scrutin ? Élire ses représentants suffit-il pour déléguer aveuglément notre souveraineté populaire ? Or, il est à mon sens assez irresponsable pour les citoyens que de laisser leurs élus administrer la collectivité ou l’État, et user de leurs contributions fiscales sans aucune transparence. Car la démocratie qui s'est substituée en France à l'arbitraire royal permet justement aux élus et aux citoyens d'accéder aux décisions du pouvoir.

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 est le texte fondateur de notre République. Et dans le contexte de cette note, je fais référence à son article 14 : "Chaque citoyen a le droit, par lui-même ou par ses représentants, de constater la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée". Il donne suite à l'article 13 : "Pour l'entretien de la force publique et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés " et il est clairement résumé par l'article 15 : "La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration".

Le fonctionnement de l’État, mais aussi celui de nos collectivités locales est de plus en plus complexe. Et en même temps, les citoyens délèguent de plus en plus, et ils délèguent trop souvent en faisant un chèque en blanc. Beaucoup de citoyens que je croise localement sont sur cette longueur d'onde : ils élisent des conseillers municipaux pour gérer la commune et ils ne souhaitent pas être embêtés pendant les 6 ans du mandat ; "on verra à la prochaine élection". Mais avec une telle attitude, Thomas Thévenoud serait encore secrétaire d'Etat, Aquilino Morel serait encore l'un des conseillers du Président de la République et Jérôme Cahuzac serait encore ministre du Budget ... Des contre-pouvoirs sont indispensables en démocratie.

Commentaires

Si nous en sommes là c'est parce que nous avons trop de magistrats corrompus par certains élus et réseaux : http://www.victime-ripou.com/victime-en-prison.htm

Écrit par : FORNEY | 04/10/2014

Les commentaires sont fermés.