Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/08/2014

Il est urgent de changer de modèle économique !

Des années et des années que les politiques promettent de résorber le chômage, de relancer l'économie et de désendetter l’État, et ça se retrouve dans le discours récurrent sur la croissance de la production intérieure. Et pour retrouver les chiffres de la croissance des trente glorieuses, les gouvernements successifs accouchent de réformes budgétaires qu'ils jugent tous salvatrices.

Or, la croissance économique mondiale croit actuellement de +3,5% par an, et avec une prévision en dessous de 2% à partir de 2050. Et en rapportant cette croissance économique à la croissance démographique mondiale, la croissance économique par habitant est de +2,5% aujourd'hui et elle passera sous le seuil de 1,5% à partir de 2050. Les graphiques proposés ci-dessus illustrent que le 20ème siècle a permis, aux travers d'innovations technologiques majeures, de voir bondir la production de richesses dans le monde entier. C'est la mondialisation ! Sauf que l'on ne peut pas extraire de notre planète plus de ressources qu'elle ne peut en fournir. Cela vaut pour l'eau potable, pour un air propre, pour des matières premières agricoles, pour  des sources d'énergie fossile, pour des métaux, etc.

Pour les pays occidentaux, d'Amérique du Nord et d'Europe de l'Ouest, la croissance de la production par habitant est aujourd'hui de 1,5%. La période 1914-1970 est très particulière en Europe, car les deux guerres ont d'abord appauvri les économies nationales avant de vivre trois décennies de reconstruction pourvoyeuses de richesses économiques.

Aussi, quand l'INSEE affiche pour le second trimestre 2014 un taux de croissance de 0%, comme pour le premier trimestre, il est étonnant qu'aucun économiste ou politique ne se soit persuadé que nous étions désormais dans une période de croissance faible. Cessons de rêver à des taux de 2 ou 3%, et contentons-nous d'un objectif de 1%.

Graph1.png

Première conséquence d'un tel scénario économique à +1% de croissance annuelle, ce n'est pas l'activité économique qui permettra de résorber un chômage endémique et de rembourser une dette équivalente à une année pleine de production intérieure. Pour le travail, la seule issue socialement juste est de le partager. Longtemps les libéraux ont clamé qu'il fallait libérer le travail de ses carcans, et en l'occurrence d'un code du travail trop favorable aux salariés, qu'il fallait faciliter la compétition pour l'emploi. L'exemple le plus souvent cité est qu'un cadre qui améliore significativement ses revenus pourra ainsi payer un jardinier pour entretenir les espaces verts de ses propriétés, payer une femme de ménage pour entretenir ses maisons, etc. Bref, la libéralisation du monde du travail est synonyme d'un retour aux sociétés du 19ème siècle ! Alors que le 20ème siècle nous promettait que des robots allaient tondre nos pelouses, nettoyer les sols de nos maisons ou encore surveiller nos animaux domestiques en notre absence. Les innovations technologiques n'auraient-elles pas été captées que par quelques usages lucratifs ?

Un autre oubli majeur de l'observation des indicateurs économiques, c'est le capital national. Nous sommes le nez sur l'indicateur du revenu national, constatant que nous dépensons plus que ce que nous gagnons chaque année, mais un État est comme une entreprise ou un ménage, il a des revenus et du capital (foncier, immobilier, financier, ...). Ce tableau issu des travaux de Thomas Piketty pour son ouvrage "Le capital au 21ème siècle" présente une situation un peu moins anxiogène que ce que la télé nous sert quotidiennement. En 2012, les dettes publiques, de l’état et des administrations publiques, correspondent à 114% du revenu national, mais les actifs publics constituent 145% du revenu national. Le capital public (patrimoine et actifs moins les dettes) correspond ainsi à 31% du revenu national. Cette approche est très théorique, car l’état va-t-il vendre la Tour Eiffel, le Palais de l’Élysée ou le château de Versailles pour se renflouer ?

Par contre, le capital privé est plus facilement "monnayable". Le total des dettes privées des ménages et des entreprises en 2012 correspond à 72% du revenu national, mais l'ensemble des actifs privés correspond lui à 646% du revenu national ! Cela équivaut à peu près à 6 fois la dette nationale ... Or, dirions-nous d'un ménage qui est endetté de 100.000 € est dans le rouge si à côté il détient 600.000 € de biens fonciers, immobiliers et financiers ?

capital.JPG

Thomas Piketty décompose le capital en quatre composantes : les terres agricoles, les logements, les autres biens industriels et financiers, mais aussi le solde entre ce que la France détient à l'étranger et ce que les étrangers détiennent en France. Il est remarquable déjà que les biens agricoles ne constituent presque plus aucune valeur capitalistique dans la France du 21ème siècle, nous constatons aussi que l'époque coloniale où la France détenait de nombreux biens à l'étranger est bien finie, et que de plus en plus de français sont désormais propriétaires de leur logement.

Une conclusion que Thomas Piketty évoque dans son ouvrage, mais il n'est pas le seul, c'est que les revenus du capital produisent plus de richesses que les revenus du travail. Et nous sommes maintenant dans une période où ceux qui détiennent du capital vont continuer de s'enrichir, alors que ceux qui se contentent de leur travail pour vivre ont peu d'espoir de bénéficier d'un ascenseur social. Les inégalités liées à ce modèle économique-là vont continuer de s'accentuer ...

Il serait assez démagogique de ma part d'associer tous les chefs d'entreprise à d'avides capitalistes, mais les données de l'INSEE sur l'investissement démontrent que les entreprises n'investissent pas. Or, quand le gouvernement accorde aux entreprises des baisses de cotisation salariale ou encore un crédit d'impôt pour la compétitivité des entreprises (cf. CICE), c'est soit pour investir, soit pour embaucher ou soit pour augmenter les salaires des employés. Et là, ces aides financières de l’État iraient plutôt dans les poches des patrons, ce que la baisse de la TVA dans le secteur de la restauration avait déjà démontré :=(

Malheureusement, il faut s'attendre à ce qu'à la rentrée le gouvernement engage de nouvelles réductions budgétaires, ne serait-ce que pour aligner le budget 2014 sur les chiffres de l'INSEE. Et c'est la Sécurité Sociale qui va encore faire les frais de ces mesures. En effet, c'est notre système de protection sociale qui grève les prélèvements publics, le passant ainsi à 57% du PIB et qui place la France en position exceptionnelle.

Un gouvernement de gauche est-il bien conforme à ses valeurs s'il décide de moins bien rembourser des médicaments, de fermer des secteurs hospitaliers, de réduire les retraites, de moins aider les familles pour leurs enfants ou pour leur logement, ... et de permettre aux plus riches de s'enrichir toujours plus ?

Les commentaires sont fermés.