Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/07/2014

Réforme territoriale, la probable seule réforme de François Hollande d'ici 2017

C'est le Président Hollande lui-même qui a déterminé les 14 nouvelles régions du territoire métropolitain, et il a ainsi donné le top départ d'un processus parlementaire qui conduira le territoire de la République à une nouvelle organisation administrative. Mais en réalité, qui cette réforme territoriale intéresse-t-elle ?

Les citoyens ont de leur côté mille autres préoccupations : la prochaine rentrée scolaire, leur emploi, l'avenir de leurs enfants, le prix des produits alimentaires et de l'énergie, la tranquillité publique, leur accès aux soins, bref tout ce qui fait la qualité de la vie au quotidien. Dans un pays riche comme la France, cinquième puissance économique mondiale, ces sujets ne devraient pas être des problèmes, juste des arbitrages conjoncturels.

Mais c'est la réforme territoriale qui fera l'actualité du second semestre 2014, éclipsant plus de 5 millions de demandeurs d'emploi et une activité économique qui continue de stagner sur les fondamentaux du 20ème siècle. Alors la presse et les élites politiques y vont de leurs sondages ; ainsi, la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées n'aurait pas la faveur des populations languedociennes ... Et l'attachement aux Conseils généraux seraient indéfectible ...

Autour_de_la_Correze.JPG

Mais quels citoyens se soucient de savoir si les espaces naturels sensibles feront l'objet de politiques publiques départementales ou régionales ? Quels citoyens préfèrent que les services d'incendie (SDIS) soient départementaux plutôt que régionaux ? Et les routes, seront-elles mieux entretenues par la Région que par le Département ? Les collèges rejoignant les lycées dans le giron des régions seront-ils moins bien entretenus ? Il y a tellement de strates administratives que les citoyens ne savent pas toujours qui gère quoi ... Qui s'occupe des déchets par exemple ? Le Département définit le schéma départemental et le bloc communal s'occupe de l'opérationnel, entre commune, communauté de communes et syndicat mixte.

Quant aux fonctionnaires territoriaux qui seront au cœur de cette réforme, qu'en pensent-ils ? Tant que l'objectif est de rendre plus efficace le service public, les fonctionnaires ne s'inquiètent pas vraiment de la collectivité où ils seront affectés d'ici quelques années, leurs missions resteront toujours les mêmes. Mais si derrière cette réforme se cache un projet de réduction des effectifs, alors les politiques devront s'armer d'arguments plus convaincants.

Le Conseiller régional de Midi-Pyrénées Gérard Onesta, ex-député européen écologiste, a publié au mois de juin une analyse très détaillée : "L'impossible réforme ?" (à télécharger au format PDF). Son expérience de vice-président du Parlement européen lui donne la vision globale requise pour ce type de réforme ; les comparaisons européennes sont éclairantes, mais les particularités françaises ne sont pas des anomalies.

Aujourd'hui, ce sont les élus locaux de tous bords qui allument des contre-feux sur cette réforme (cf. ses premiers pas au Sénat), car les structures locales actuelles sont autant de bastions en péril. Au bout du chemin, les citoyens verront peut-être des services publics pérennisés et les fonctionnaires auront certainement leurs missions confirmées, et seuls les élus devront rebattre les cartes d'un jeu électoral dont ils font une tempête dans un verre d'eau. N'oublions pas que dans notre démocratie représentative, ils ne sont que l'expression de la souveraineté populaire ; et quelque soit la configuration territoriale qui sera décidée, les citoyens auront toujours la primauté démocratique.

16:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Oui mais la conclusion est boiteuse car la démocratie représentative est en difficulté. Le but de la réforme ne devrait pas être les économies ou la gestion du territoire, mais l'efficacité sociale et économique d'un côté et de l'autre l'introduction d'une bonne dose de démocratie participative pour redynamiser la citoyenneté

Écrit par : François Saint Pierre | 09/07/2014

Les commentaires sont fermés.