Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2014

L'urgence sociale et environnementale, parlons-en dans nos communes plutôt que de se laisser hypnotiser par Mme Le Pen

La semaine qui vient de s'écouler à été riche en réactions et en analyses suite au scrutin européen de dimanche dernier, mais il faut échapper aux chroniques racoleuses, aux éditoriaux réchauffés et aux fils d'info en continue pour aller chercher des réflexions plus sérieuses. On s'en fiche que Marine Le Pen veuille faire un groupe au Parlement européen et on s'en fiche que Monsieur 3% ne soit plus locataire de l'Elysée en 2017, car autant ceux qui se sont abstenus le 25 mai que ceux qui ont voté pour le FN attendent d'autres réponses à leurs questions.

Personnellement, j'ai été intéressé par quatre réactions cette semaine, et je souhaitais en partager ici l'analyse.

logo_reporterre.JPG
L'alliance ou le fascisme (Hervé Kempf)

logo_ours_vert.JPG
Désintégration (Enzo Poultreniez)

logo_reporterre.JPG
Le parti invisible (Noël Mamère)

parlementaires.JPG
Rien ne serait pire que le déni (Libération)

Je commence par la dernière, celle des trois parlementaires écologistes qui signent une tribune dans Libération, et dans laquelle ils s'enlisent malheureusement dans la recherche d'une union de la gauche totalement anachronique. Ils essaient, avec l'espoir du condamné, de rassembler des forces qui vont du Front de gauche aux centristes, mais cela reste encore et toujours avec la grille de lecture d'une classe politique qui n'écoute pas les français.

Noël Mamère remet lui l'écologie au coeur du débat politique, évoquant le "mieux vivre" qui se substitue à la "croissance", l'écologie politique prenant le pas sur une social-démocratie moribonde et il milite pour une refondation de la gauche autour de l'écologisme, sur les ruines du productivisme. Je suis en accord avec Noël Mamère pour que se tiennent des assises ou des Etats généraux de toute l'écologie. Hervé Kempf dans Reporterre est sur le même registre : la fin du Parti socialiste et l'échec d'Europe Ecologie à incarner le renouveau de la gauche, mais il tire le signal d'alarme en appelant les forces politiques conscientes de l'urgence écologique et sociale à s'unir. Sinon, le parti de Marine Le Pen continuera de progresser comme la fièvre augmente tant qu'on ne soigne pas la maladie.

Mais c'est dans la note qu'il publie sur son blog qu'un militant d'EELV apporte une explication plus sociologique. Enzo Poultrienez aborde la fracture territoriale, les métropoles en locomotives économiques et sociales d'une part, les espaces ruraux d'autre part qui sont abandonnés autant par les pouvoirs publics que par les investisseurs privés. C'est le témoignage qu'en a fait le député Jean Lasalle pendant sa longue marche à travers la France, mais aussi des chercheurs de différents domaines (sociologie, géographie, aménagement du territoire, économie, ...). C'est la France des fragilités sociales qu'un excellent reportage de France 3 décrivait fin octobre 2013, La France en face : la carte des fragilités sociales de Jean-Robert Viallet, réalisé à partir des études des géographes Christophe Guilluy et Christophe Noyé. La réforme territoriale à venir risque de renforcer cette fracture si les territoires ruraux ne bénéficient pas d'une attention toute particulière. La classe politique est aussi en cause ; par le passé, nombre de personnalités politiques étaient originaires de ces zones rurales, et elles ne négligeaient jamais de nourrir ce lien entre la ville et la campagne. Dans l'Hérault, des personnalités comme Georges Frêche et André Vézinhet ont toujours tenu compte de la ruralité dans le développement économique de territoires plus larges. Désormais, les apparatchiks des partis politiques poussent en ville et ils ne vivent que pour ces zones urbaines si superficielles.

Un chercheur de l'Université de Montpellier-1, Jean-Yves Dormagen, a publié cette semaine dans Libération un article sur la dépression qui touche le système politique issu de la Vème République. Notre monarchie républicaine polarisée sur l'élection présidentielle doit disparaître au profit d'un système plus respectueux des courants de pensée et plus représentatif des citoyens français.

Ces lectures nous éloignent du tropisme Front National pour aborder les symptômes réels, et je retiens surtout que les mouvements politiques doivent investir les espaces les moins favorables pour entendre et répondre aux attentes des citoyens des zones rurales comme des quartiers populaires en périphérie des grandes métropoles. Et je suis persuadé que les enjeux environnementaux et sociaux sont des axes autour desquels les débats peuvent naître sur le terrain. Si le parti de Marine Le Pen exacerbe les ressentiments sur des thèmes souvent éloignés des soucis du quotidien des français (cf. les 30% obtenus en Coeur d'Hérault le 25 mai), il est un attrape-tout qui ne solutionne rien. Il est par contre un excellent thermomètre, et il nous revient de faire tomber la fièvre.

Commentaires

Mon fils est en train de faire un projet pour l'école. On cherche des informations à propos des urgences environnementales. Savez-vous ce qu'on fait chez National Vacuum?

Écrit par : Aurélie Beaumont | 31/05/2014

National Vacuum est une entreprise québécoise spécialisée dans les services de l'eau et de l'assainissement, et elle intervient sur des opérations de court terme (assistance, conseil et interventions sur le terrain).

Les urgences environnementales sont d'ordre plus global, elles touchent au réchauffement climatique, avec en amont les émissions de gaz à effet de serre, elles touchent aux pollutions sur terre, en mer et dans l'air que nous respirons, elles font écho aux atteintes à la biodiversité du vivant, elles tirent le signal d'alarme sur la finitude des ressources naturelles et donc de ce que nous laisserons aux générations futures.

En tous cas, c'est un plaisir que d'avoir des lecteurs aussi éloignés géographiquement (des bords du lac Utah ?) et aussi proches sur les enjeux de la planète.

Écrit par : Laurent Dupont | 01/06/2014

Les commentaires sont fermés.