Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/05/2014

Paulhan, village bientôt sous surveillance !

La nouvelle équipe municipale de Paulhan en avait peu parlé pendant la campagne électorale, mais elle engage désormais une politique sécuritaire dont l'opportunité reste à démontrer.

La première pierre de ce futur édifice sécuritaire a été révélée le 1er mai lors de la remise de la médaille du travail d'un policier municipal, c'est l'annonce faite par le maire de Paulhan d'avoir prochainement trois agents de surveillance de la voie publique (ASVP), ainsi qu'une secrétaire dédiée au poste de police municipale. La mission des ASVP est très limitée, essentiellement le stationnement et la circulation sur les voies publiques, mais la profusion d'uniformes bleu marine dans les rues de Paulhan satisfera quelques anxieux.

La seconde pierre sera dévoilée lors du prochain Conseil municipal du 22 mai avec une demande de subvention pour l'installation de 8 caméras de vidéoprotection (cf. ordre du jour et documents de séance sur le site Web des élus de Paulhan Avenir). Les équipements prévus sont divers : caméra fixe ou mobile, avec ou sans visualisation de plaque d'immatriculation (VPI), avec ou sans vision nocturne en infra-rouge. Les lieux couvrent l'ensemble de la commune : la zone d'activité de la Barthe, le groupe scolaire, le stade, la halle des produits régionaux, le carrefour de l'entrée-nord ainsi que la gare (cf. carte).

ASVP_Videoprotection_Courcouronnes.jpg
Un ASVP devant ses écrans à Courcouronnes (Essone)

Avec la vidéoprotection (ou videosurveillance), c'est la question de l'atteinte aux libertés individuelles qui se pose. Peut-on encore se déplacer ou évoluer librement sans avoir un Big Brother susceptible de nous surveiller ? Evidemment, c'est le dilemme entre "liberté" et "ordre" qui en découle ; et nous savons que les populations sont prêtes à sacrifier [un peu de] leurs libertés pour vivre en sécurité. Aux Etats-Unis, le Patriot Act illustre bien les concessions que des citoyens sont prêts à accepter, mais après qu'ils aient subis d'extraordinaires atteintes à leur sécurité (cf. attentats du World trade Center pour les USA). Mais en sommes-nous là à Paulhan ?

Enregistrer les plaques d'immatriculation de tous les véhicules qui entrent et qui sortent du village ou encore disposer de caméras mobiles qui induisent une surveillance humaine en temps réel, cela paraît très exagéré au regard du besoin.

Car les particuliers et les sociétés qui estiment que leurs biens sont susceptibles d'être menacés ont déjà recours à la vidéoprotection. Il suffit de se promener dans Paulhan pour voir des caméras un peu partout : au-dessus des distributeurs de billets, chez Irrifrance, à la station de Carrefour Contact et dans de nombreuses entreprises de la Barthe. Et les domiciles des particuliers sont dans certains cas protégés par des alarmes et des liaisons directes avec un service de surveillance.

cameras_paulhan.JPG

Donc, les intérêts privés étant sous la surveillance de dispositifs privés, pourquoi investir dans un dispositif de vidéosurveillance public ? Une seule réponse possible : pour la sécurité publique ... Or, les gendarmes du groupement de Lodève ont présenté les chiffres de la délinquance lors du Conseil communautaire du 27 novembre 2013 à Octon, et la commune de Paulhan fait plutôt bonne figure vis à vis d'autres communes voisines. Les gendarmes ont longuement expliqué que c'est désormais l'atteinte aux biens dans les entreprises qui focalise l'essentiel de leurs missions sur le terrain. Et à Paulhan, la société Irrifrance a fait l'objet cette année de vols importants de métaux. Il en est de même pour la déchetterie, et le Syndicat Centre Hérault a expérimenté en début d'année la vidéoprotection ; ça ne s'est pas révélé très dissuasif, mais cela a permis à posteriori de sanctionner, et voire d'arrêter quelques abonnés.

vidéoprotection,vidéosurveillance,asvp,caméras

Finalement, les policiers (PM et ASVP) et les caméras ne sont-ils pas qu'un simple prétexte pour afficher une posture ? Mais en surfant sur la thématique sécuritaire, on franchit néanmoins une ligne jaune, celle de nos libertés individuelles. Et d'être mis ainsi sous surveillance est une forme de violence à laquelle nous ne devons pas nous habituer.

Mais ne doutons pas que la municipalité engagera prochainement une concertation sur ces points, et qu'à moins de voter un budget supplémentaire (BS) sur 2014 elle profitera du débat d'orientation budgétaire (DOB) de 2015 pour prioriser tous ces investissements dans un budget qui se contractera sous l'effet des économies imposées par l'Etat.

Les commentaires sont fermés.