Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2014

Valls et Hollande abdiquent sur le terrain des valeurs

Je critiquais récemment dans une note la participation ostentatoire du Président de la République au traditionnel dîner du CRIF, rituel institué depuis 2008 par le Président Sarkozy. Le gouvernement a dévoilé ces derniers jours son plan anti-djihad, afin de dissuader des citoyens français d'aller sur des terrains de guerres islamistes, mais aussi pour les sanctionner à leur retour pour risque terroriste. Et ce week-end, c'est le Premier ministre qui représente la France place Saint-Pierre à Rome pour les canonisations de deux papes. La communication à la tête de l'Etat semble focalisée sur les faits religieux, donnant ainsi aux cultes une place étonnante dans notre République laïque.

Valls_a_Rome.JPG

Au début du 20ème siècle, ce sont les valeurs de la République qui galvanisaient les mobilisations, depuis le coeur des institutions jusqu'aux citoyens. C'est l'école qui a été le principal vecteur de cet élan républicain, mais la loi de 1905 a aussi fortement marqué cette époque très riche en mouvements sociaux. La guerre civile espagnole entre 1936 et 1939, opposant les républicains loyalistes aux nationalistes de Franco, voit par exemple se constituer des Brigades internationales, avec des milliers de volontaires venant de dizaines de pays.

Aujourd'hui, et à la veille du scrutin du 25 mai, c'est l'Europe qui devrait susciter des initiatives et des discours mobilisateurs autour des valeurs de liberté, d'égalité, de démocratie, de respect de la dignité humaine, des droits de l'homme ou encore de l'Etat de droit. François Hollande et Manuel Valls devraient remettre sans cesse sur le métier leur ouvrage de promotion des valeurs de l'Europe. Car l'Europe, c'est un projet et un processus qui rassemble un demi-million d'habitants de 28 nations !

Alors pourquoi les hommes qui sont à la tête de notre Etat préfèrent-ils que les projecteurs se braquent sur les religions ? Les religions ont toute leur place dans notre République laïque, et l'Etat doit aider les citoyens à pratiquer leur culte, mais sans pour autant faire plus de place aux religions qu'aux valeurs de la République et de l'Europe. Mais peut-être n'y croient-ils plus eux-mêmes ? Leur attention est en effet plus attirée vers la mondialisation, la croissance économique, le capitalisme financier et tous ces dogmes de l'argent roi.

C'est l'une des leçons des dernières municipales, les citoyens ayant rejeté les incantations médiatiques et les discours politiques superficiels pour réclamer plus de proximité citoyenne et plus d'éthique. Il faut souhaiter que cette aspiration démocratique se poursuive à l'occasion des scrutins à venir et qu'elle permette enfin de renverser cette aristocratie politique constituée d'énarques et de barons locaux.

Les commentaires sont fermés.