Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/04/2014

Le nouvel exécutif du Clermontais sera élu mardi 15 avril à Paulhan.

C'est le mardi 15 avril à partir de 18h dans la salle des fêtes de Paulhan que se tiendra le premier conseil communautaire de ce nouveau mandat 2014-2020, et à l'ordre du jour l'élection de l'exécutif (présidentE et vice-présidentEs). Les 51 conseillers communautaires sont désormais tous connus (cf. tableau), avec la moitié de nouveaux et seulement 16 femmes (31%).

Pour remplacer Alain Cazorla à la tête de l'exécutif intercommunal, nous sommes trois candidats. Je viens en effet de porter à mes 50 collègues une lettre où j'explique les raisons de ma candidature. Les deux autres candidats sont le maire de Clermont l'Hérault, Salvador Ruiz, et le maire de Ceyras et ancien 1er vice-président aux finances, Jean-Claude Lacroix. Une réunion des maires du Clermontais s'est tenue en début de semaine, histoire d'évoquer les candidatures entre pairs. Or, la loi a changé la donne et les conseillers communautaires ne représentent plus des communes mais des citoyens ; et un conseiller comme moi représente 599 électeurs quand par exemple Yvan Poncé à Clermont l'Hérault en représente 1 269. Il est donc essentiel que l'assemblée communautaire prenne toute sa place dans le processus décisionnel et que nous sortions du cercle trop fermé des maires. Et le conseiller Laurent Dupont est légitime à revendiquer les mêmes mandats que ses collègues maires.

candidats_CCC_15_avril_2014.JPG

Cette élection et ce mandat s'inscrivent dans le cadre de la transformation territoriale évoquée hier au Parlement par le 1er ministre : division par deux du nombre de régions, suppression des départements, modification de la carte intercommunale, baisse de 10 milliards d'euros des dotations de l'Etat aux collectivités locales d'ici 2017, etc. Les intercommunalités sont au coeur de cette réforme, elles vont récupérer des compétences à la fois des communes (par exemple les Plans locaux d'urbanisme) et des départements (action sociale, culture, environnement, ...). C'est donc plutôt à une révolution qu'il faut se préparer, et pour cela il faudra faire les bons choix aux bons moments.

Je n'oublie pas l'élection des vice-présidentEs dont le nombre est limité à 30% de l'effectif communautaire, sans dépasser le plafond de 15. Ils étaient 8 lors du mandat précédent : Jean-Claude Lacroix aux finances et au personnel, Jean-Noël Satger à l'environnement et à l'agenda 21, Francis Gairaud aux travaux, François Lieb au développement économique, Bernard Coste au sport, Gérald Valentini au tourisme, Olivier Brun à la petite enfance et à la jeunesse, et Bernard Foulquier-Gazagne à la prospective territoriale. Personnellement, j'estime que le rôle des vice-présidents a été totalement dévalorisé dans le précédent mandat, caricaturé dans leur rôle de lecteurs atones de rapports que tous les conseillers avaient déjà sous les yeux depuis plusieurs jours. Au vu des chantiers qui attendent l'intercommunalité, il sera urgent de constituer un exécutif plus opérationnel sur les thématiques économiques (tourisme, agriculture, commerce, artisanat, industrie), mais aussi sur l'urbanisme et le logement.

Car le risque est grand de laisser les fonctionnaires décider seuls des politiques publiques mises en oeuvre. En effet, nous avons dans nos communes, dans les intercommunalités et dans les syndicats mixtes des fonctionnaires territoriaux très compétents, mais aussi très investis dans leurs missions. La facilité serait donc de les laisser faire ... Mais les dossiers deviennent de plus en plus complexes et ils exigent un engagement politique affirmé. Or, ceux qui rendent des comptes à l'issue de leur mandat, ce sont bien les élus, mais qui ne doivent pas pour autant devenir des experts !

22:53 Publié dans CCC, Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bravo et tous mes voeux de réussite
GS

Écrit par : gilles sainati | 09/04/2014

Le PS étant aujourd'hui, sauf à vouloir nier les évidences, un parti de droite, et EELV un parti un tout petit peu de gauche, mes voeux de sâle marxiste vous accompagnent. Mais ne reste-t-il pas encore trop d'élus socialistes pour que nous soit évitée une continuation du système? Rêvons! Car il faut rêver; seuls les morts ne rêvent plus.

Écrit par : yvon bernard | 10/04/2014

Les commentaires sont fermés.