Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/04/2014

Lycées en Coeur d'Hérault, au croisement de la ruralité et de la performance !

L'Education nationale produit chaque année les indicateurs sur les lycées d'enseignement général et technologique, ainsi que les lycées professionnels, mais c'est la première catégorie sur laquelle le quotidien régional Midi Libre a choisi de faire son classement. Parmi les indicateurs retenus par Midi Libre, il y a le taux de réussite au baccalauréat, le taux de réussite au bac pour les élèves qui rentrent dans le lycée en seconde et en première, mais aussi la proportion de bacheliers parmi les élèves qui quittent le lycée. Tous ces indicateurs permettent de mesurer si le lycée forme bien ses élèves tout au long de la scolarité et s'il continue de les former en cas d'échec au baccalauréat. Le classement ne repose donc pas sur l'unique indicateur de réussite au bac, il prend en compte tout le travail pédagogique effectué par les équipes enseignantes et administratives du lycée.

Et parmi les 54 lycées d'enseignement général et technologique du département de l'Hérault, les lycées de Pézenas (Jean Moulin), de Clermont l'Hérault (René Gosse) et de Lodève (Joseph Vallot) se classent respectivement aux 5ème, 6ème et 7ème places. C'est un résultat qui doit s'interpréter bien au-delà de la seule scolarité au lycée, il faut bien évidemment prendre en compte les périodes de scolarité au collège et à l'école. Et il s'y ajoute le cadre familial, les conditions de vie, les transports et la restauration scolaire, la qualité de vie et tous ces éléments de contexte qui favorisent (ou non) la réussite scolaire.

Classement_lycees_Coeur_Herault_2013.JPG

Mais sur ces trois lycées, c'est pour l'année 2013 un total de 708 élèves de terminale (331 à Pézenas, 198 à Clermont l'Hérault et 179 à Lodève) qui ont obtenu le baccalauréat. Or, à partir de là, nous manquons d'indicateurs pour savoir quelle suite ces bacheliers ont donné à leur scolarité et si les orientations retenues après le baccalauréat les amènent à plus ou moins long terme à un emploi, puis à une carrière professionnelle.

Il reste que c'est une immense satisfaction que notre territoire rural se révèle aussi fécond en bacheliers, que cela témoigne d'un cadre de vie favorable à la réussite scolaire ; j'espère que ce tremplin pour la vie active conduit à des horizons professionnels réussis.

Commentaires

vous ignorez que les notes au bac sont "pondérées" lors d'ultimes réunions des examinateurs pour que les taux de réussites soient à peu près les mêmes partout ?
Vous ignorez que certains lycées ont une "cote" pour permettre une entrée dans une classe prépa ?
Vous ignorez qu'un bac S avec mention TB ne garantit pas à un boursier au mérite d'entrer en internat-prépa à Fermat selon l'endroit où ce bac a été obtenu ?

Écrit par : vieille dame | 10/04/2014

Et que signifie une évaluation de lycée qui ne se base pas sur la réussite ultérieure des élèves ? (taux d'entrée en prépa... taux d'entrée dans les universités prestigieuses... taux de réussite dans la carrière professionnelle...)

Écrit par : vieille dame | 10/04/2014

Non, je n'ignore rien de tout ça, mais nous disposons avec ce classement de Midi Libre d'une indication intéressante : les 700 bacheliers qui sortent chaque année de nos lycées ont de vraies capacités théoriques acquises dans un contexte favorable.
J'étais lundi soir au Conseil d'administration du collège de Paulhan où la discussion sur le compte financier de 2013 donnait une vision locale pessimiste pour une année donnée, mais c'est tous les ans les mêmes arguments financiers. Or, les résultats pédagogiques sont bons, au collège de Paulhan comme dans les lycées du bassin de vie.
Il est donc essentiel d'apprécier en même temps les données budgétaires des établissements et les résultats scolaires.

Écrit par : Laurent Dupont | 10/04/2014

Les commentaires sont fermés.