Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2014

Le pacte ... d'irresponsabilité du Président Hollande

Il n'est pas le premier à faire ce pari ; François Hollande veut donner de l'oxygène aux entreprises afin qu'elles puissent créer de l'emploi. C'est ainsi qu'un autre François avait mis en place en 2009 l'exonération progressive des cotisations patronales pour les salariés payés moins de 1,6 fois le SMIC. Le chômage n'a pas baissé malgré ... la réduction Fillon.

De même pour les zones franches urbaines qui se sont créées depuis 1996 ; via des exonérations fiscales et sociales, les entreprises qui s'installent dans ces ZFU sont incitées à embaucher localement. Or, le bilan qui est fait aujourd'hui de ce dispositif est assez négatif. Néanmoins, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) propose de reconduire ce dispositif en le rendant plus performant. Une fuite en avant ?

Et le fameux CICE, le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi qui donne 20 milliards d'euros aux entreprises en fonction de leur masse salariale ? Encore un coup d'épée dans l'eau ... Ce dispositif n'est assorti d'aucune condition, toutes les entreprises y sont éligibles. Avant Noël, il y avait bien Michel-Edouard Leclerc pour se féliciter du dispositif ; ses calculs l'ont conduit à annoncer que les 2 milliards d'Euros qui vont aller à la grande distribution, et dont son enseigne représente 20% des parts de marché, permettront à son réseau de 500 magasins de créer 5000 emplois en 2013 et 2014. Et ces milliers de nouveaux emplois génèreront à leur tour crédit d'impôt pour les années à venir.

Tout ça me rappelle la suppression de la taxe professionnelle, cet impôt que beaucoup jugeaient "imbécile" car taxant l'investissement des entreprises. La loi de finances pour 2010 avait remplacé la taxe professionnelle (TP) par la contribution économique territoriale (CET), dans le but de soutenir l'emploi et l'investissement des entreprises. L'allègement de la charge fiscale devait représenter 12,3 milliards d'euros en 2010, puis 6,3 milliards chaque année suivante.

Enfin, le mythique taux de TVA dans la restauration achève la démonstration qu'une décision prise à l'Elysée ou à Bercy ne crée pas systématiquement de l'emploi. Passé au taux réduit de 5,5% en 2009, justement pour pouvoir baisser les prix, augmenter les employés, embaucher et donc développer leur activité, le secteur n'a pas tenu les promesses de ses représentants. Et ce constat d'échec a permis au Gouvernement de remonter progressivement le taux de TVA (7% en 2012 puis 10% en 2014), la hausse allant se répercuter sur le tarif des consommations.

Alors que cache ce pacte de responsabilité dévoilé par le Président de la République lors de sa conférence de presse ? Aucune entreprise ne va créer des emplois pour voir ses charges baisser, une entreprise n'embauche que pour une seule raison, pour répondre à un surcroît d'activité. Et la seule question qui vaille encore, c'est de savoir si la croissance généralisée de l'activité économique est encore possible dans nos pays modernes.

Le graphique ci-après répond clairement à la question :
52-evolution-pib-par-habitant-an-france.jpg

La consommation des ménages est encore le seul facteur favorable, l'investissement des entreprises est en berne, les dépenses des administrations publiques sont en baisse et la balance du commerce extérieure est plombée par les importations d'énergies fossiles. Mais la consommation des ménages se porte sur de gros volumes de produits importés, alors qu'il faudrait qu'elle se fixe sur des produits locaux de qualité (circuits courts, économie circulaire, sobriété, ...).

00:09 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.