Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/08/2013

La religion séduit les jeunes français ...

Ce jeudi matin sur le chemin de mon travail, j'ai été étonné du nombre impressionnant de voitures qui se garaient sur les terre-pleins et sur les trottoirs des rues du quartier de PierresVives, avec tous ces jeunes adultes qui se rendaient à la mosquée Averroès pour la première prière de l'Aïd el fitr à 9h. La fréquentation inattendue de la mosquée de Montpellier avait été notoire, dès les premiers jours du ramadan, avec 2000 fidèles lors de la prière du soir.

Mais l'église catholique connait aussi un regain de fréquentation pratiquante, et le flash-mob de la mi-avril à Béziers, qui avait réuni 700 jeunes catholiques pour danser sous la musique et les paroles du chanteur Grégoire avec "Soleil", démontrait lui aussi cette attirance des jeunes pour la religion. Et la loi ouvrant droit au mariage pour tous a été le catalyseur d'une réaction qui continue de faire long feu au sein de la communauté catholique.

les-cathos-veulent-faire-le-buzz_561042_510x255.jpg

La religion est souvent le recours de populations qui ne retrouvent plus dans l'Etat ou dans les institutions publiques les instruments du vivre ensemble. En Amérique du Sud, en Afrique, au Moyen-Orient comme en Indonésie, des Etats corrompus ou dictatoriaux poussent leurs populations à renouer avec les églises. C'était le cas au Mali où les rebelles touaregs ont choisi cette orientation pour résister au pouvoir central de Bamako, mais l'Egypte et bien d'autres pays illustrent quotidiennement ce recours à la religion, et dans certains cas au radicalisme religieux.

Alors pourquoi la France connait-elle un même engouement pour les religions ? Pourquoi l'idéal républicain avec ses valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité ne séduit-il plus ? La classe politique elle-même alimente ce divorce républicain au travers de ses conflits stériles. N'importe qui regardant la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale se rend compte de la vacuité des débats. Et par exemple sur la question du port du voile islamique dans les universités, deux ministres du gouvernement de J-M. Ayrault affrontent leurs positions dans la presse sans pour autant répondre sur le fond.

Il n'est pas possible de faire ces constats d'échec de notre République sans ne rien faire d'autre que de stigmatiser le communautarisme. L'école, la justice, la sécurité, la santé ou encore la solidarité sont les principales missions de la République, mais leur exercice fait plus souvent écho aux stratégies politiciennes des gouvernants qu'à la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

437px-Le_Barbier_Dichiarazione_dei_diritti_dell'uomo.jpg

La situation économique est totalement anxiogène, en même temps que les inégalités et que les injustices s'accroissent. Les Français en l'occurrence se défient de plus en plus de leurs dirigeants politiques, les sondages enchaînant d'ailleurs les mauvais chiffres de confiance. Le sursaut viendra en partie de l'échelon local, les élus, les associations, les clubs sportifs et les citoyens pouvant pérenniser un lien social de proximité. Cela peut paraître dérisoire, mais des expériences de covoiturage, d'auto-partage, de quartiers ou de jardins solidaires, de monnaie locale ou encore de démocratie participative permettent de tisser des liens que notre vie moderne avait effacés.

Mais ces initiatives locales qui se multiplient mettent elles aussi en péril le pacte républicain qui repose sur le principe de République une et indivisible sur l'ensemble du territoire national. Or, ce sont des communautés locales qui se constituent désormais, allant même ici et là jusqu'à officialiser l'emploi de langues régionales. La décentralisation y contribue aussi. Un nouveau pacte répubicain est à bâtir rapidement.

Les commentaires sont fermés.