Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2013

La pause estivale révèle plus encore l'absurdité (du reste du temps) ...

Vous aurez remarqué que la période estivale s'accompagne d'une pause générale dans toutes nos activités habituelles ; et c'est encore plus symptomatique avec les médias qui programment des contenus décérébrés spécifiques à l'été, quand ils n'abusent pas des remakes de l'année écoulée. Beaucoup profitent de la période pour faire un vrai break, se vider la tête et oublier les soucis laissés au boulot ou à la maison ; mais attention, tout le monde n'a pas cette chance.

Pour moi, la pause estivale rime avec "vide". Voilà deux mois pendant lesquels l'inactivité me renvoie l'absurdité de notre quotidien. Et je pense à Sisyphe, ou plutôt au Mythe de Sisyphe. Camus ne voit pas dans Sisyphe poussant sa pierre une sanction divine, une peine absurde qui se réitère jour après jour, mais il assure au contraire qu'il faut "imaginer Sisyphe heureux", car il s'épanouit pleinement dans ce quotidien qui remplit sa vie. Et c'est ainsi que Camus décrit ce héros absurde, le héros d'un quotien qui se répète sans cesse mais dont il gagne une maîtrise, une perfection et donc une satisfaction exclusive.

Syphist.jpg

Un boulanger qui se lève dès potron-minet, tous les jours de sa vie, peut effectivement être un Sisyphe heureux ; il produit le pain dont tous ses concitoyens pourront se nourrir. Mais combien de chauffeurs de bus, d'agriculteurs, de policiers, d'éleveurs, d'enseignants, de maçons accomplissent chaque jour le même ouvrage dans un monde devenu totalement absurde ? Alors Camus répondrait qu'en dehors du suicide ou de la croyance, il ne reste comme seule issue à l'homme absurde que la passion de son engagement, une forme d'aliénation consciente à l'absurde, mais c'est cette prise de conscience de l'absurde qui constitue sa révolte intérieure.

Mais je suis de nature plutôt épicurienne, et la sobriété heureuse de Pierre Rabhi contribuerait par exemple à rendre le quotidien un peu moins absurde. Je suis d'ailleurs plus attiré par le Mythe de la paresse que par celui de Sisyphe ;-) Alors je vais profiter de cette pause estivale, libéré des nombreuses sollicitations habituelles pour programmer une rentrée tranquille, conscient néanmois que dans le cheminement d'une vie il y a quelques absurdités auxquelles il faut se soumettre.

Commentaires

Merci à la chaîne de télévision ARTE de continuer à exciter nos neurones. Après le documentaire "Planète Alu" la semaine dernière, ce sont deux documentaires sur la consommation de viande et sur les végétariens qui ce soir nous révèlent ... la folle absurdité du monde :=(

L'industrie agro-alimentaire mondiale ruine des millions de paysans en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, les obligeant à rejoindre les bidonvilles des mégapoles ; et ce sont toujours les mêmes qui en profitent. Produire de la richesse pour les 1% des humains en exploitant les ressources de la planète ...

Mais voir dans ces reportages des enfants mourir à cause de l'aveuglement cupide de quelques uns, c'est bien un sujet de révolte qu'aucun Sisyphe ne pourrait occulter !

Écrit par : DUPONT Laurent | 30/07/2013

Les commentaires sont fermés.