Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/06/2013

Le Pays Coeur d'Hérault prépare sa nouvelle charte 2013-2023

C'est le 10 juillet que le Syndicat de Développement du Pays Coeur d'Hérault organise son prochain séminaire sur l'élaboration de la charte de Pays 2013-2023. Le Pays est une structure intercommunale qui repose sur les lois Pasqua de 1995 et Voynet de 1999, il constitue un territoire de coordination des projets de développement économique respectueux du patrimoine et de l'environnement.

Or, l'élan décentralisateur de la fin du 20ème siècle qui visait à rapprocher les projets des citoyens, via des Conseils de développement mais aussi au travers d'une concertation de plus grande proximité, n'a pas été poursuivi. D'ailleurs, la montée en puissance des intercommunalités (communautés de communes, communautés d'agglomération, agglomérations et métropoles) a constamment mis en péril l'avenir des structures "pays". Et dans le premier volet du projet de loi de décentralisation adopté le 6 juin 2013 par le Sénat, le législateur a introduit les "Pôles ruraux d'Aménagement et de Concertation". Dans une réponse à une question orale du député Frédéric Roig le 24 janvier 2013, la ministre de la décentralisation Marylise Lebranchu confirmait que les Pays allaient inspirer la création d'outils pour le développement des zones rurales.

Le Pays Coeur d'Hérault, c'est un budget de 1,13 M€ en 2013, abondé pour moitié par ses trois communautés de communes membres, à 24% par le Département, à 16% par l'Europe, à 4% par le Conseil Régional et à 3% par l'Etat. Pour 2012, les trois intercommunalités du Clermontais, du Lodévois et Larzac, et de la Vallée de l'Hérault ont contribué pour 594.000 € aux recettes de fonctionnement du Pays. En retour, le Pays a mobilisé 7.219.000 € de soutiens financiers essentiellement européens (6,107 k€ pour le Contrat de Pays et 1,112 k€ du Programme Leader). Cela signifie que pour 1 Euro dépensé par les communautés de communes, les différents programmes sur le territoire du pays Coeur d'Hérault ont été aidés à hauteur de 12 Euros. Dans cette approche par le retour sur investissement, c'est une vision "guichet" qui s'exprime ; c'est nécessaire, mais ce n'est pas suffisant.

L'éfficacité financière du Pays n'est plus à mettre en cause, reste ensuite à en mesure l'efficacité opérationnelle. Parce que la question qui vient immédiatement, c'est où vont ces 12 euros d'aides pour 1 euro dépensé par les intercommunalités ?

logo_pays_coeur_herault.png

La charte de Pays 2003-2013 fait l'objet d'une évaluation depuis environ 6 mois (cf. évaluation) sur les 4 axes qui avaient été définis il y a dix ans et qui ont encadré les actions du Conseil Syndical, à savoir la Gouvernance (axe 1), un Urbanisme cohérent (axe 2), la Cohésion sociale et le cadre de vie (axe 3), et Créer l'emploi et la richesse localement (axe 4).

Une évaluation très globale constatera que les objectifs de 2003 sont loin d'être atteints, même si en allant dans le détail des objectifs (une douzaine d'objectifs sur les quatre axes), il peut se trouver quelques satisfactions. Néanmoins, en matière d'urbanisme, de paysages, de logements, d'emplois et de création de richesses, les habitants du Coeur d'Hérault ne peuvent pas être pleinement satisfaits.

D'où l'importance du séminaire du 10 juillet où de nouveaux axes vont être proposés aux différents acteurs du territoires (associations, professionnels, partenaires institutionnels, citoyens, élus locaux). Et sous le slogan "Quels défis pour le Coeur d'Hérault à l'horizon 2015 ?", il s'agira de donner du contenu à des défis tels que la destination touristique et culturelle que constitue notre territoire, les jeunes comme priorité, une économie des ressources naturelles (eau, paysage, biodiversité, énergie), l'économie et l'emploi, l'agriculture, l'urbanisation liée aux questions du logement et la mobilité, mais aussi la gouvernance ainsi que la mutualisation et la cohérence des actions engagées.

Pour celles et ceux qui le souhaitent, n'hésitez pas à me transmettre vos avis, vos idées et vos initiatives pour que je puisse m'en faire l'écho ce 10 juillet.

29/06/2013

Dotations et péréquation, le budget des collectivités locales reste incertain ...

En début d'année, le gouvernement a annoncé que les collectivités locales devaient s'associer à l'effor de rigueur budgétaire ; cela s'est traduit par un gel des dotations de fonctionnement en 2013, une baisse de 1,5 milliards en 2014 et encore une baisse de 1,5 milliards en 2015. Les discussions ont été longues avec les associations de collectivités locales pour savoir lesquelles porteraient plus ou moins la charge de cette rigueur, certaines comme les Régions arguant qu'elles ne disposaient plus d'aucun levier fiscal.

En 2012, les dotations de fonctionnement pour les collectivités locales (régions, départements, communes et leur EPCI) s'élevaient à 41,3 milliards d'euros ; 13,5 milliards étaient destinés aux communes et 7,2 milliards à leurs regroupements intercommunaux.

Au final, le Comité des Finances Locales qui s'est réuni en début de semaine à Paris à décidé de la répartion suivante :

Baisse_dotations_par_collectivite.JPG

Les communes verront donc leurs dotations baisser de 588 M€ sur 1,5 Md€. En 2014, cela représentera -4,36% de la dotation de 13,5 Md€ ; cela représentera -4,55% de la dotation de 12,9 Md€ en 2015. Ces éléments permettent de prévoir la baisse de dotation que subira la commune de Paulhan :

DGF.JPG

C'est sur cette perspective difficile que j'ai abordé le Conseil Communautaire du mercredi 26 juin où nous avions à délibérer sur la répartition du fond de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC). En juin 2012, cette délibération avait été mouvementée car le Président Cazorla proposait carrément que les 129 871 € de FPIC aillent intégralement à la Communauté afin de financer les projets jeunesse. Les débats ont été arbitrés par un vote des élus communautaire et c'est finalement la règle de droit qui a prévalu. Cette année, le législateur a modifié la règle de droit afin de mieux prendre en compte le coefficient d'intégration fiscale pour la répartition entre la communauté et les communes, mais aussi le potentiel financier par habitant pour la répartition entre communes.

Mais le gouvernement a aussi prévu d'augmenter ce FPIC, c'est à dire que les collectivités les plus riches vont payer plus et que les plus pauvres vont recevoir plus. Christian Bilhac, Maire de Péret en membre du Conseil Communautaire est aussi membre du Comité des Finances Locales et il participait la veille du Conseil Communautaire à une réunion à Paris sur les nouvelles répartitions pour la DGF et pour le FPIC ; les précisions qu'il a apporté à l'assemblée communautaire étaient donc de premier ordre (cf. document de travail du CFL). Pour le Clermontais, le versement de 313 k€ en 2013 passera à 497 k€ en 2014 et à 700 k€ en 2015. Et pour Christian Bilhac, à propos des intercommunalités de notre taille, le FPIC va compenser la baisse de dotation de fonctionnement, voire même avec un solde positif en 2014.

Le tableau présenté au conseillers communautaires le 26 juin, pour les années 2012 et 2013 permet d'anticiper les années 2014 et 2015 (cf. tableau prospectif). Pour Paulhan par exemple, la baisse de la DGF sur les années 2013-2015 se monte à -102 k€ quand la hausse du FPIC pour la même période est de +98,6 k€. C'est donc bien un bilan nul comme l'indiquait Christian Bilhac, et cela traduit le fait que les communes devront désormais trouver d'autres ressources pour financer leurs investissements.

La construction immobilière s'effondre en 2013

L'année 2012 avait été marquée par une très forte baisse du marché immobilier, avec un recul de 30% du nombre de transactions immobilières sur l'aire de Montpellier. Et dans le bâtiment, une baisse de 38% du nombre de logements autorisés de novembre 2012 à janvier 2013 dans le Gard et l'Hérault et une baisse de 34% à l'échelle régionale pour les trois premiers mois de l'année.

A l'échelle de la commune de Paulhan, c'est le nombre de permis de construire délivrés qui témoigne de cette très mauvaise santé du secteur de la construction :

Permis_de_construire_2008_2013_V2.JPG

Seulement deux permis de construire ont été délivrés à Paulhan pour ce premier semestre 2013, alors que le nombre de permis de construire délivrés au premier semestre variait, de 2008 à 2012, entre 15 et 30. Attention, un permis de construire ne signifie pas nécessairement la création de logements ; une extension supérieure à 40 m2, les sanitaires d'une école ou un abris sur des bennes de boues nécessite un permis de construire.

Mais ces mauvais chiffres de 2013 signifient sans ambiguïté une baisse d'activité pour les professionnels du bâtiment, et c'est comme cela qu'une spirale de récession économique se développe : pas d'activité donc pas de redistribution en salaires et donc pas de pouvoir d'achat pour construire.

Les collectivités locales restent le dernier rempart contre un effondrement total du secteur de la construction, mais leurs ressources financières liées à la fiscalité sont fragiles et le recours à l'emprunt doit être mesuré. La commune de Paulhan a mis en chantier le groupe scolaire en 2013, avec un budget autour de 2 M€, mais à l'inverse l'annonce du gouvernement de ne pas réaliser le tronçon de ligne à grande vitesse (LGV) entre Montpellier et Perpignan est une très mauvaise nouvelle.