Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/06/2013

Le Front National, le père Fouettard de la politique française ... Mais l'essentiel est ailleurs.

Dans le folklore du Nord et de l'Est de la France, mais aussi en Belgique et dans quelques pays d'Europe du Nord, le père Fouettard est ce personnage qui vient punir les enfants turbulents quand Saint-Nicolas apporte des cadeaux et des bonbons aux enfants sages. J'ai connu dans mon enfance à Calais le défilé de la Saint-Nicolas, et avec un peu plus loin derrière le funeste père Fouettard. Et on prédisait aux enfants qui faisaient des bétises que le père Fouettard viendrait leur donner un coup de martinet :=(

st-nicolas-pere-fouettard-et-les-enfants.jpg

Alors pourquoi ce rappel folklorique et pourquoi l'associer au Front National ?

Il y a tout d'abord cette interrogation personnelle : pourquoi dans la critique qu'ils font du système dominant le Front de gauche et le Front National ne rencontrent-ils pas le même succès dans les urnes ? Et ma sensibilité de gauche ainsi qu'un minimum de lucidité politique m'incitent à penser que Jean-Luc Mélenchon apporte quand même des réponses plus sérieuses et plus responsables que celles de Marine Le Pen. Alors pourquoi, par exemple à Villeneuve-sur-Lot, le candidat du FN arrive à 26,04% quand la candidate du FdG ne fait que 5,08% ? Dans cette législative partielle, il était prévisible que l'abstention serait forte et il était tout aussi prévisible que le PS comme l'UMP seraient sanctionnés pour la situation politique nationale, mais pourquoi le FN fait-il cinq fois plus de voix que le FdG ou que de toute autre formation de gauche non gouvernementale ?

Les arguments récurrents du FN sur l'insécurité, sur l'immigration et sur la préférence nationale seraient-ils suffisants ? Je ne le crois pas. Il me semble surtout que depuis plus de 20 ans le Front National est diabolisé dans le paysage politique français, et que chaque scrutin est l'occasion de médiatiser le spectre d'un Front National qui viendrait punir les sortants de droite comme de gauche pour leur mauvaise gestion de l'Etat et des collectivités locales. Et quand Nicolas Sarkozy et François Hollande font campagne comme des Pères Noêl, Marine Le Pen ne cache pas son ... martinet.

Si elle ou ses amis étaient élus, Marine Le Pen promet de sortir la France de l'Euro, elle annonce qu'elle mettra des barrières douanlères qui pénaliseront les importations depuis les pays émergents, elle jure qu'elle fermera les frontières pour lutter contre une immigration qu'elle accuse de prendre le boulot des français, ... Bref, elle mettrait fin à l'aliénation de la nation française au culte de la mondialisation.

Et les électeurs jouent le jeu, renvoyant à la classe politique elle-même la menace d'un père Fouettard qui viendrait lui mettre un bon coup de pied au cul. Les Français expriment, par les urnes, qu'ils ne croient plus les promesses des uns ou des autres, mais ils attendent néanmoins que cette classe politique-là réagisse. Marine Le Pen ne fait d'ailleurs aucune promesse et personne ne voit en elle une alternative politique sérieuse ; son argumentaire économique lors de la présidentielle de 2012 a été un flop et elle s'est vite empressée de revenir aux fondamentaux du Front National.

Le front républicain que les socialistes ont affiché face à la menace d'une victoire du Front National à Villeneuve-sur-Lot accentue encore ce réflexe du père Fouettard. Plutôt que de voir l'un des partis de gouvernement annoncer puis dérouler un programme de sortie de crise, ils s'unissent dans une forme de fatalisme qui est tout autant conjoncturel (cf. la crise) que structurel. En 2002, le premier tout de la présidentielle a suffit pour que les électeurs manifestent ce ras-le-bol, mais les partis politiques n'ont toujours pas analysé les causes de ce coup de semonce et la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot voit le candidat frontiste accroître au second tour son score du premier tour. Le candidat FN réunissait 8.552 suffrages sur son nom le 15 juin, il en réunit 15.647 ce dimanche.

Peut-on continuer longtemps comme ça ? Notre modèle démocratique majoritaire qui occulte toute pluralité de gouvernance peut-il perdurer ? Tant que nous resterons bloc contre bloc, gauche contre droite, avec une alternance du pouvoir qui se révèle de plus en plus stérile, alors aucune idée nouvelle, aucune politique publique audacieuse, aucune amélioration de notre contrat social et aucune révolution économique ne surviendra. L'échec est toujours la faute du précédent et l'espoir est entre les mains du prochain ... Quand je lis que Nicolas Sarkozy prépare son retour pour 2017, cela illustre bien comment l'intérêt de quelques personnalités prime sur l'intérêt général ; la politique devient un théâtre.

Alors nous finirons peut-être comme aux USA avec une participation d'un électeur sur deux (mais tous les Américains ne s'inscrivent pas sur les listes électorales), et avec une alternance entre démocrates et républicains sans que ni les premiers ni les seconds ne désirent choisir une autre voie que l'American way of life. La mondialisation, Disney et les grands accords économiques bilatéraux finiront peut-être de nous américaniser, et ceux qui ne veulent pas de ce modèle iront vivre en marge d'une société consumériste qui continuera de se faire peur au JT de 20h devant les images d'inondations, de banquise qui disparaît sous les pattes des ours polaires, d'attentats terroristes et d'épidémies qui se propagent au rythme du trafic aérien.

Personnellement, et je milite dans ce sens, je crois que notre culture révolutionnaire qui traverse tous les domaines (science, architecture, culture, politique, arts, ...) est un atout pour bousculer le système ; la France doit être l'épine dans le pied de cette mondialisation qui sinon détruira la terre. La jeunesse est à l'avant-garde pour demander un autre monde, et là ça touche toute la planète. Ce qui s'est réalisé en Tunisie ou en Egypte il y a deux ans se poursuit en Turquie comme au Brésil, et l'étau de Tian'anmen commence à moins peser sur la jeunesse chinoise.

Alors jouons à nous faire peur avec le père Fouettard Le Pen, mais ce sont les enfants du monde entier qui demain nous rappelerons à l'essentiel : partager les fruits de l'activité humaine, préserver la planète et que les progrès scientifiques profitent à tous.

- - - - - - - - -
Severn Cullis-Suzuki a aujourd'hui 33 ans et elle continue de militer. Son discours au sommet de la Terre à Rio en 1992 a inspiré le réalisateur français Jean-Paul Jaud avec le film documentaire "Servern, la voix de nos enfants".

Commentaires

Au lendemain de la grosse frayeur de Villeneuve sur Lot, que disent nos hauts dignitaires ?

"Nous aurons à tirer toutes les leçons de ce scrutin, et du second tour et du premier tour", a déclaré le chef de l'Etat.

"Le score du FN a Villeneuve par rapport à celui de 2002 appelle une profonde analyse et un sursaut politique", posté sur Twitter par Ségolène Royal.

La ministre des affaires sociales, Marisol Touraine, s'est "réjouie que le sens républicain l'ait emporté".

Pour Cécile Duflot, il est "absolument nécessaire et aujourd'hui autant qu'hier en tant que démocrate dire qu'il faut appeler à faire battre le Front national, et voter pour un candidat de droite quand il n'y a plus que ce duel là. Mais je pense que ce n'est pas une réponse suffisante".

Eric Coquerel, du Parti de gauche, souligne qu'"en menant une politique d'austérité et de l'offre pour répondre aux exigences de Bruxelles, le tout au nom de la 'gauche', en organisant la désespérance sociale, le président de la République cultive le terreau sur lequel pousse les mauvaises herbes de l'extrême droite. Ce n'est plus supportable".

L'ancien premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a fait le constat que le FN se retrouvait au second tour quand le PS était au pouvoir ...

Selon Rachida Dati, députée européenne UMP, "la gauche est totalement hors sol et déconnectée des Français ! Les appels au front républicain ont été vains [...] car ce n'est ni un programme ni une ambition pour la France ! C'est un moyen cynique de ne pas assumer ses échecs pour se maintenir au pouvoir à tout prix en méprisant le choix des électeurs, y compris quand ils votent FN. A droite, nous aurions tort de nous satisfaire de ce résultat [...]. Le FN ne serait rien si nous avions un projet crédible, audible et incarné. [...] Nous avons un travail urgent à faire à droite. Nous avons perdu ce qui a toujours fait notre force, notre connexion aux Français."

Bon, on va voir ce qu'on va voir ;-)

Écrit par : DUPONT Laurent | 24/06/2013

Laurent Ruquier a le mieux résumé le problème du Front National ce samedi 29 juin face à Najat Vallaud-Belkacem dans son émission "On n'est pas couché" ; à revoir sur Dailymotion (http://www.dailymotion.com/video/x11e88p_najat-vallaud-belkacem-vs-caron-polony-t-v-ruquier_news) à partir de la 12ème minute. Alors que la porte-parole du gouvernement explique qu'il faut faire de la pédagogie en détricotant chacune des propositions du Front National, Laurent Ruquier estime que même le Président Hollande fait de la "politicaille" en calculant déjà quels accords électoraux lui seraient favorable en 2014, alors que selon l'animateur la meilleure réponse contre le Front National est d'engager des politiques qui améliorent la qualité de vie des français.

Écrit par : Laurent Dupont | 30/06/2013

Brecht disait : " Puisque le peuple vote contre le gouvernement, il faut dissoudre le peuple"...

Écrit par : puzzle | 30/06/2013

Puzzle qui cite un anti-fasciste, on aura tout vu. Un début de guérison ? A moins que ce ne soit pour continuer à semer la pagaille ... Allez, moi aussi je vais balancer une citation pour faire genre : Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. Nelson Mandela

Écrit par : davidcohen | 30/06/2013

Le gaullisme de gauche n'est pas un fachisme, pas plus que le fn dont le programme social qui me plait est plus a gauche que celui du ps...
Par contre vous savez sans doute que la plupart des cadres de Vichy; Deat, Doriot, Laval, etaient d'anciens dirigeants socialiste, communiste, ou radical, avocat de la cgt... Et je parle pas de Mussolini, instituteur et socialiste...
Ni du Papa de Francois, ami de Tixier Vignacourt, ni d'un autre Francois decoré de la francisque recipiendaire n°2202...
La liste est trop longue...
Je suis un ecologiste, laic, de gauche qui aime son pays... Comme des millions de francais, qui aiment la liberte, malmenee de nos jouirs et la securité (premiere des liberte) pour les plus fragiles...
Faudra faire avec, plutot que repeter en boucle les anathemes ecules...
Amicalement.

Écrit par : puzzle | 01/07/2013

Les commentaires sont fermés.