Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/06/2013

Législative de Villeneuve-sur-Lot, le signal d'un nécessaire sursaut !

Ce dimanche 16 juin, seulement 46% des électeurs sont allés aux urnes pour désigner le successeur de Jérôme Cahuzac à l'Assemblée Nationale, car c'est bien de l'élection d'un député dont il s'agit. Les médias ont focalisé leurs reportages sur le cas Cahuzac, mais après le dégoût vient le moment démocratique de l'élection d'un député, c'est à dire d'un représentant du peuple qui vote les lois.

législative partielle villeneuve sur lot

Que l'UMP et le PS ne réunissent sur leur candidat que respectivement 12,55% et 10,35% des électeurs inscrits, cela démontre le naufrage de ce modèle démocratique où siègent au Palais Bourbon des élus qui d'un côté adoubent la politique du gouvernement et de l'autre s'opposent par principe. Le spectacle des questions orales au gouvernement, en séance télévisée, est l'un des plus mauvais feuilletons de la télé française.

Mais pourquoi le rejet de ce système, par l'abstention ou par le faible score des partis de gouvernement, ne s'exprime-t-il que dans le vote pour le Front National ? Le candidat FN arrive en seconde position avec 11,38% des électeurs inscrits ? Le candidat du Front de gauche et celui d'Europe Écologie Les Verts arrivent derrière avec respectivement 2,22% et 1,22% des inscrits, alors que ce sont ces deux partis qui aujourd'hui apportent les alternatives les plus réalistes dans le contexte social, environnement et économique actuel ?

Les électeurs déçus sont plus attirés par les diatribes de Marine le Pen et de ses lieutenants que par les propositions argumentées des opposants de gauche. Ce décalage a até constaté lors de l'élection présidentielle en mai 2012, mais il se confirme maintenant scrutin après scrutin. Et cela conduit la France dans une impasse : le PS et l'UMP mènent les mêmes politiques dictées par l'oligarchie financière mondiale avec les nationalistes en embuscade qui revendiquent que la France revienne à son statut d'avant 2002. Il n'y aurait donc pas d'autre alternative que la fuite en avant, aveugle, ou qu'un retour à un souverainisme anachronique ? Un front républicain conformiste contre un nationalisme galvanisateur ?

Sur la réforme des retraites, sur l'accord transatlantique, sur le crédit d'impôt compétitivité-emploi, sur le pacte de croissance européen, sur le rôle de la France en Europe, sur Notre-Dame-des-Landes symbole des grands projets inutiles, sur la transition énergétique qui refuse le tout nucléaire ou le mirage des gaz de schiste, sur l'emploi et le pouvoir d'achat, sur le système de protection sociale et ainsi sur de multiples sujets qui inquiètent les Français alors qu'ils devraient les mobiliser, il est urgent que les forces politiques de gauche qui portent un vrai projet alternatif se fassent entendre.

Or, ce ne sont pas les médias qui feront passer les messages ou qui confronteront les idées. Et s'il existe un réel intérêt des français pour toutes ces questions, cela se constate dans les réunions publiques, comme dans une récente assemblée du mouvement des colibris à Paris où les participants ont investi les rues et les parcs du voisinage faute de place dans la salle, il manque cette articulation entre la prise de conscience et l'élection démocratique de représentants. Les réseaux sociaux y contribuent, mais il manque un symbole de rassemblement. Et je préfèrerai que ce symbole ne soit pas incarné par un homme, comme Barack Obama en novembre 2008 aux USA ou Beppe Grillo en février 2013 en Italie. En France, nous avons Marianne ; elle symbolise la République et toutes les valeurs humanistes des Lumières.

Les commentaires sont fermés.