Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2013

Retraites, la réforme de Sarkozy que Hollande va poursuivre ...

En 2010, nous étions nombreux dans la rue pour manifester contre la réforme des retraites de Sarkozy. En gros, face au déficit prévisionnel du régime des retraites, le gouvernement UMP a passé l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans, il a passé de 65 à 67 ans l'âge à partir duquel le système de décote ne s'applique plus si la personne n'a pas le nombre de trimestres requis, il a rallongé de 41 ans à 41 ans et demi la durée légale de cotisation et se sont ajoutées d'autres mesures financières pour trouver de l'argent ici et là, comme par exemple l'augmentation du taux de retraite des fonctionnaires de 7,85% à 10,55%.

Toute la gauche s'est mobilisée contre cette réforme et de nombreuses grèves et manifestations se sont déroulées à l'automne 2010 (cf. ma note sur ce blog à cette époque).

Mais aujourd'hui, le Président socialiste qui se trouve à l'Elysée, celui que la gauche a choisi le 6 mai 2012, va continuer l'oeuvre de son prédecesseur. Nous connaissons les arguments (cf. rapport du 19 décembre 2012 du Conseil d'Orientation des Retraites - COR). Tout d'abord que le système pourrait connaître un déficit de 20 milliards d'euros d'ici 2020, et que les seules options qui peuvent être utilisées sont la hausse des cotisations, la baisse des pensions ou l'allongement de la durée de cotisation, et à condition d'un retour de la croissance du PIB (évalué par le COR à +0,8% pour 2013, alors que le chiffre pourrait finalement être négatif, puis à +2% dès 2014). Les questions comme la pénébilité au travail ne sont pas oubliées, mais de même que sous Sarkozy ça fera l'objet de propositions ultérieures ...

vieux-retraite.jpg

Or, comme en 2010, les mêmes interrogations sont posées. La baisse du chômage ne serait-elle pas un objectif plus juste socialement ? Les experts prétendent d'ailleurs qu'une hausse de +5% du taux d'emploi de la population active équilibrerait le système (critère d'ailleurs non pris en compte dans le dernier rapport du COR). Alors, pour un Président qui assure inverser la courbe du chômage en 2013, ce serait pas mal d'avoir un peu de suite dans les idées ;-)

Le problème de fond pour le financement du régime des retraites, c'est qu'il est basé sur les salaires. Or, si le nombre de salariés n'augmente plus et qu'en même temps la redistribution des plus-values économiques bénéficie de moins en moins aux salariés, et avec un nombre croissant de pensionnés, alors le système est inévitablement en danger.  Je l'ai par exemple répété souvent sur mon blog, c'est anormal que les plus-values générées par les gains de productivité du travail n'alimentent pas les régimes sociaux.

Mais le gouvernement social-libéral de François Hollande assume désormais sans complexe sa préférence pour les entreprises et pour leur rôle clé dans l'avenir de notre pays ; et il ne doit rester qu'un idéaliste comme Philippe Poutou pour déclarer sur un plateau de télévision que la richesse d'une entreprise réside dans ses employés ... Mais à ce rythme, ma génération née dans les années 60 partira à la retraite à taux plein à 70 ans. Peut-on à cet âge-là enseigner à une classe, conduire des engins et des autocars, exercer un métier dans la sécurité publique, travailler sur des chantiers ou dans les champs, c'est à dire dans un grand nombre de métiers où il vaut mieux avoir 30 ans que 65 ans. Et d'ailleurs les employeurs ne s'y trompent pas puisque le taux de chômage des plus de 55 ans ne cesse de croître.

Je ne dis pas que l'on ne peut plus peindre un mur, conduire un engin, encadrer un groupe d'adolescents, élaguer un arbre ou recevoir du public après 65 ans, mais pas au rythme exigé par une entreprise dont la viabilité repose sur la productivité de son personnel. Par contre, ce serait une mesure très appréciée que les personnes de plus de 55 ans qui ont du mal à retrouver un emploi puissent percevoir la même indemnité quand ils participent activement au mouvement associatif.

Un autre contrat social doit s'imposer et les régimes sociaux doivent cesser de reposer sur les salaires. Ce qui valait en 1945 au lendemain de la guerre, avec la perspective de la reconstruction du pays et donc d'une augmentation aussi évidente que nécessaire des actifs avec emploi, ne peut plus servir de socle au système social à inventer 68 ans après ; c'est le système qui doit prendre sa retraite ;-)

Personnellement, je reste très attaché au revenu universel, et rien ne m'a encore convaincu qu'un tel système n'était pas viable. Et le RSA (revenu de solidarité active) n'en est-il pas l'ersatz ? Faisons d'un tel revenu une règle générale ; tout citoyen pourrait par exemple recevoir un revenu de 1000 €, et ceci de sa naissance à sa mort. Mais chaque euro perçu serait soumis à l'impôt sur le revenu, et c'est le barême progressif de l'impôt sur le revenu, prélevé à la source, qui garantirait l'équilibre du système. Et plus besoin de ces multitudes d'outils d'aide sociale et des coûts de gestions exorbitants, ce qui permettrait du même coup de réduire les dépenses de fonctionnement de l'Etat et de ses agences.

Une telle révolution sociale ne viendra pas des cerveaux formatés des gouvernants du PS ou de l'UMP, alors faut-il une autre révolution ? La démocratie est-elle un moyen d'y parvenir ? Je l'espère ...

Commentaires

1.000 € par mois pour 65 millions de français, ça fait 780 milliards d'euros (780 Md€).

Mais il faut en déduire les dépenses qui ne seront plus à faire :
- 92 Md€ que l'Etat consacre aux prestations familliales (28,4 Md€), à l'aide au logement (12,4 Md€), à l'action sociale (10,4 Md€), aux allègements fiscaux (25,7 Md€), aux avantages différés en matière de retraite (15 Md€)
- 34 Md€ de dépenses des départements en faveur de la solidarité nationale (RSA, APA, PCH, ...)
- 4 Md€ pour Pôle Emploi

L'impôt sur le revenu rapporte aujourd'hui 45 Md€ à l'Etat, et il faudra donc l'augmenter à concurrence des sommes versées pour le revenu universel.

Écrit par : Laurent Dupont | 18/05/2013

Les commentaires sont fermés.