Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/04/2013

Le Coeur d'Hérault doit changer de braquet !

A l'instar d'Hadj Madani dont les propos étaient rapportés dans les colonnes du Midi Libre de mardi 9 avril, il m'apparaît aussi que le Coeur d'Hérault est en panne. Le premier adjoint au Maire de Lodève compte sur une fusion des trois communautés de communes (Lodévois/Larzac, Vallée de l'Hérault et Clermontais) pour disposer d'une structure efficiente ; il a totalement raison et je m'en suis déjà expliqué sur mon blog. Surtout qu'avec l'évolution du mode de scrutin des communautés de communes (fléché en 2014 et certainement au suffrage universel direct en 2020), une même intercommunalité pour les 77 communes du Coeur d'Hérault serait en lien direct avec les préoccupations de ses 73.300 habitants.

Aujourd'hui, un Pays s'ajoute à trois communautés de communes, mais il faut aussi compter sur de nombreux syndicats mixtes. En réunissant le tout sous un même toit, le Coeur d'Hérault ferait d'importantes économies de fonctionnement ! Mais la dispersion des structures éloigne surtout les habitants des mandats qu'exercent leurs élus, et les élus eux-mêmes sont pris dans une spirale chronophage qui ne leur permet plus d'informer et de faire de la pédagogie. La réforme des rythmes scolaires en témoigne, mais c'était aussi le cas pour les réformes de la fiscalité locale ou pour l'impact du Grenelle de l'environnement sur le code de l'urbanisme.

L'autre point de vue sur lequel je rejoins Hadj Madani, c'est la nécessaire participation de la société civile dans les équipes municipales. Il faut sortir des clivages politiciens pour s'attacher à entendre et à répondre aux besoins de nos concitoyens. La classe politique s'est totalement disqualifiée depuis quelques années, au travers des affaires, et nous avons besoin de revenir à une relation de proximité sincère et vraie. Or, les élus locaux que je côtoie sont dévoués, ils ne comptent pas leur temps et ils ne cherchent pas une carrière en politique ; ils viennent d'ailleurs bien souvent du milieu associatif où l'on retrouve le même état d'esprit.

A Lodève comme à Paulhan, et dans toutes les communes du Coeur d'Hérault, les habitants sont attachés à leur territoire, ses paysages, son patrimoine et à ses activités. Le retour à l'emploi, la création ou la rénovation de logements, la solidarité envers les plus fragiles, les questions de mobilité et la qualité de vie sont des préoccupations largement partagées, mais il manque des espaces de projets. Les politiques publiques engagées par les grosses communes du territoire et par les principales intercommunalités sont bancales et elles subissent l'éparpillement des responsabilités. Si je prends le cas de la formation professionnelle, il est clair qu'elle n'est pas en phase avec le potentiel de développement économique du Coeur d'Hérault. Combien d'établissements de formation en hôtellerie, en tourisme, en agriculture ou dans les métiers des services à la personne ?

Quand nous regardons vers Montpellier, et demain nous aurons la métropole de Montpellier, toute l'aire urbaine de Montpellier semble se développer de façon cohérente. Il y a des pépinières d'entreprises ou des parcs d'activités répartis sur tout le territoire, le tramway accroît chaque année le maillage des communes membres, des équipements tels que des médiathèques, des crêches ou des piscines se développent de façon homogène. Je ne dis pas que c'est l'idéal et ça tiraille sur bien des sujets, je pense par exemple à l'usine de méthanisation ou à la délégation de service public pour l'eau potable, mais les habitants de l'agglomération de Montpellier sont depuis 35 ans dans une dynamique de projets qui se perpétue.

Je ne crois pas moi non plus dans la femme ou dans l'homme providentiel qui sortira le Coeur d'Hérault de sa létargie, ni même dans telle grosse commune qui serait une locomotive pour toutes les autres, je préfère miser sur des compétences, sur des ressources et sur des mobilisations en réseau. Au travers des nombreuses associations que je rencontre sur le Coeur d'Hérault, et la mobilisation contre la Salamane m'en a révélé de nombreuses, je sais qu'il y a un potentiel énorme ; l'association de configuration du Pays Coeur d'Hérault qui a produit la charte de Pays il y a 10 ans en était un embryon. Mais il faut recréer du lien et faire vivre ce réseau à construire.

Et puis nous devons surtout penser le territoire du Coeur d'Hérault au travers de sa capacité de résilience. Les infrastructures routières, le potentiel ferroviaire et l'espace agricole sont quelques-uns des atouts à mobiliser. Je serai donc un peu moins à l'heure du bilan que mon collègue de Lodève, mais surtout dans une logique de projets partagés.

Commentaires

A noter quand même qu'une unique communauté de communes sur le Coeur d'Hérault réunirait entre 112 et 126 conseillers communautaires ! Cela démontre les limites de la loi de 2010 sur l'élection des conseillers communautaires, par fléchage sur les listes municipales, et une élection au suffrage universel direct est vraiment nécessaire.

Écrit par : DUPONT Laurent | 14/04/2013

vous croyez que si tout ce monde se regroupait, tous les habitants auraient droit aux mêmes tarifs à la piscine couverte ? (j'avoue que c'est vu par le petit bout de ma lorgnette - mais c'est juste pour évoquer le votre, quelle vie égale confortable et sans drame !!! pourquoi essayeriez vous de changer vraiment le monde ? )
j'ai suivi l'émission, par hasard.

Écrit par : vieille dame | 28/04/2013

Pourquoi essayer de changer le monde ? Parce que mes enfants me rappellent chaque jour que leur avenir, mais aussi l'avenir de leurs enfants, dépend de la société que nous construisons aujourd'hui. Je ne crois absolument pas à la protection individuelle à l'américaine où une famille se dote d'un patrimoine ou de moyens qui assureront la qualité de vie de tous leurs descendants ; c'est même un modèle que je déteste. Je n'ai donc pas le choix ; si je veux que les enfants puissent trouver un travail, avoir des enfants et vivre mieux que je n'ai vécu jusqu'à présent, alors c'est maintenant que ça se passe.

Écrit par : Laurent DUPONT | 28/04/2013

Les commentaires sont fermés.