Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/03/2013

Elu local, il y a loin de la coupe aux lèvres

Si l'ambition de l'élu local se limite à toucher une indemnité, exister socialement et gérer les affaires courantes, alors ce statut enviable suscite naturellement des convoitises. Mais si l'élu local a l'ambition de servir l'intérêt général et d'engager des politiques publiques qui préparent un développement durable pour les générations futures, alors le mandat produit plus de frustrations que de satisfactions.

Ce sont les mandats de Maire et de Président d'un EPCI ou d'une collectivité territoriale qui offrent de réelles opportunités. Ainsi, Edouard Chaulet, Maire de Barjac dans le Gard, démontre à tous comment l'échelon municipal peut porter un projet de transformation économique et sociale. Et c'est Noël Mamère, Maire de Bègles en Gironde, qui a célébré le premier mariage entre deux hommes en juin 2004. Chacun a son point de vue sur le mariage pour tous, mais cet acte administratif jugé a posteriori illégal démontre comment les Maires peuvent influer sur le cours des choses.

A l'inverse, ce sont des Maires et des Présidents d'intercommunalités, de Conseils généraux et d'un Conseil régional qui ont décidé il y a trente ans de construire un nouvel aéroport à Notre-Dames-des-Landes. Et leurs successeurs ont sans cesse remis le couvert ... Et je pourrai bien évidemment citer d'autres exemples en Languedoc-Roussillon (plate-forme Système U sur la ZAC de la Salamane à Clermont l'Hérault, l'usine d'huile de Palme à Port-la-Nouvelle, l'Hinterland de Poussan qui permet à la ville de Sète d'offrir ses quais aux investisseurs immobiliers, aéroports locaux subventionnés, ...).

Le constat que chacun fait depuis quelques années, c'est que les élus investis de la représentativité démocratique des citoyens ont bien du mal à améliorer le quotidien de leurs contemporains. Quelques personnalités et quelques organisations des sphères industrielles et financières font la pluie et le beau temps à l'échelle mondiale, nos parlementaires et nos élus locaux étant plutôt démunis pour peser dans les orientations stratégiques nationales et locales. Alors l'avenir pour nos enfants et pour les enfants de leurs enfants est vraiment incertain, quand le contexte mondial à l'horizon 2050, voire fin de siècle, est assez catastrophique (changement climatique, alimentation de 9 milliards d'humains, guerres et terrorisme, accès à l'eau potable, ...).

Or, et à l'échelle d'une vie humaine, un mandat d'élu est dans la majorité des cas bien insuffisant pour engager des actions capables d'améliorer la vie des autres et de préserver l'avenir des générations à suivre (ne serait-ce que ses propres enfants et petits-enfants). Et quand on sait les conflits politiciens qui jalonnent la durée du mandat et les chausse-trapes élaborées par ses pairs, l'élu local est surtout un compétiteur ; d'où aussi le peu d'engouement des femmes.

Et personnellement, je m'interroge pour un second mandat ... N'y a-t-il pas d'autres opportunités où je serai plus utile et plus efficient ?

13:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.