Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/02/2013

Clermontais, une situation socio-économique préoccupante !

La Maison de l'Emploi du Coeur d'Hérault présentait jeudi 21 février au centre aquatique de Clermont l'Hérault les analyses de cinq années d'observation du territoire Coeur d'Hérault. Devant un public d'élus communautaires et d'agents des services sociaux du territoire (mission locale, pôle emploi, ...), la chargée de mission de la Maison de l'Emploi, Mme Jeanjacques, a enchaîné une cinquantaine de graphiques et tableaux.

Maison_emploi.JPG

La population du Coeur d'Hérault connaît une croissance constante de +2,6% par an, soit 15.000 nouveaux habitants entre 1999 et 2009, mais c'est une croissance 4 fois plus forte qu'à l'échelle nationale ; c'est le Clermontais qui voit sa population augmenter le plus (+33% en 10 ans). La population du Coeur d'Hérault est plus jeune que dans le reste de la France et même de l'Hérault, elle compte moins d'actifs en emploi mais plus de chômeurs, d'inactifs et de retraités.

Il y a 9.838 entreprises dans le Coeur d'Hérault au 1er janvier 2013, mais le territoire est marqué par une forte proportion de très petites entreprises (TPE) : agriculteurs, commerçants, artisans, auto-entrepreneurs, etc. 21% de ces établissements professionnels n'ont pas de salarié et près de 90% ont moins de 10 salariés. Seuls 36 entreprises du Coeur d'Hérault comptent plus de 50 salariés.

Les principaux secteurs d'activité sont l'agriculture (26,2%), le commerce (12,9%), la construction (11,3%), le reste se répartit entre les activités sociales, la culture, le tourisme, le service, etc. Mais il y a une énorme distorsion entre les offres d'emploi proposées sur le territoire et les métiers recherchés par les demandeurs d'emploi. Par exemple, il y avait 218 personnes inscrites à Pôle Emploi dans les métiers du secrétariat en septembre 2012 pour seulement 10 offres d'emploi. Idem dans les métiers de l'enfance avec 335 demandeurs d'emploi dans ce secteur et 13 offres d'emploi.

Il y a avait 13,7% de chômeurs sur le Coeur d'Hérault en 2009 (et 14,2% sur le Clermontais), mais la hausse a été très forte depuis 2008 et le Coeur d'Hérault comptait 6.729 personnes inscrites à Pôle Emploi au 30 septembre 2012 (il y en avait 4764 en mars 2009). Les chômeurs de plus de 50 ans sont toujours plus nombreux (autour de +20% par an).

D'autres indicateurs illustrent la dégration du contexte socio-économique. 56,9% des foyers fiscaux du Coeur d'Hérault (et 58,4% pour le Clermontais) ne sont pas imposables, contre 45,7% en France et 51,4% dans l'Hérault. 64,8% des ménages ont des revenus salariaux ou de professions non salariés (et 62,1% dans le Clermontais) contre 69,2% en France et 64,9% dans l'Hérault ; les autres perçoivent une retraite, des allocations ou des rentes.

11.856 personnes (16,7% de la population) vivent en dessous du seuil de bas revenu (982 €) ; c'est 18,5% sur le Clermontais. Ce nombre a nettement augmenté depuis deux ans ; +7% sur le Coeur d'Hérault, +10,1% sur le Clermontais et +3,8% dans l'Hérault.

La dépendance financiaire aux allocations sociales (RSA, AAH, ASI, ASPA, ASV, ...) est elle-aussi préoccupante. 8,5% des personnes vivant en dessous du seuil de bas revenu sur le Clermontais dépendent à plus de 75% des prestations sociales ; et cela touche 32,1% des enfants de moins de 6 ans !

La balle est désormais dans le camp des acteurs économiques et politiques, les seconds devant offrir aux premiers les conditions de leur implantation et de leur développement. Et on ne peut plus se contenter de positions simplement opportunistes. Avec des milliers de demandeurs d'emploi très peu qualifiés ou mal qualifiés (au regard des secteurs d'emploi sur le territoire), il est urgent de structurer des filières d'emploi avec de la formation et des aides à l'installation. Avec sa situation géographique et ses grands sites naturels, le tourisme est par exemple un secteur dans lequel notre territoire n'investit pas assez. L'agriculture doit aussi donner lieu à plus d'initiatives.

D'autres thématiques sociales n'ont pas été évoquées en détail jeudi soir : le logement, la formation des jeunes, l'accès aux soins, les transports en commun, etc. Or, il est clair qu'une partie importante de la population risque de complètement décrocher.

Mais la multiplicité des centres de décision politiques n'aide pas à en sortir. Car on ne sait plus très bien, entre la Commune, la Communauté de communes et le Pays qui décide de quoi. A l'inverse de Montpellier par exemple, où ce sont la ville de Montpellier et l'Agglomération de Montpellier qui portent les politiques publiques favorisant le développement économique. En Coeur d'Hérault, chaque bourg centre et chaque intercommunalité voudrait faire mieux que son voisin, mais sans vraiment y réussir.

Le changement, ça doit réellement être maintenant. J'espère que les débats et que les propositions en vue des élections de 2014 prendront en considération ce contexte local, en tous cas j'y contribuerai.

20:19 Publié dans CCC, Economie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Laurent tu présentent des chiffres honteux marqués par la désinformation.Tous le monde sait très bien que Pole emploi ment du matin au soir sur la réalité du chômage.No futur sera la devise de demain.Tout s'effondre voilà la réalité.Il ne sufffit plus de travailler pour vivre et il n'y a plus de travail pour tout le monde dans le Clermontais et partout en Europe.Tout augmente sauf les revenus.Notre système est mort et les politiques le savent bien.Le peuples est agonisants et les élus qui ont profité du peuple monteront sur l'échaffaud.L'espoir se commue en populisme et la vengeance du peuple sera sanglante.Faut pas tromper le peuple car il s'en souvient toujours!

Écrit par : Hubert BORG | 07/03/2013

Les commentaires sont fermés.