Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/01/2013

Au Sahel, il faut combattre ... l'injustice !

L'une des régions les plus pauvres du monde dispose de ressources naturelles très convoitées : pétrole, gaz, or, phosphates, diamants, cuivre, fer, charbon, nickel, zinc, bauxite, uranium, plutonium, manganèse, cobalt, argent, chrome, étain, sels minéraux, bois précieux, etc. Je parle ici du Sahel, cette longue bande qui sépare le Maghreb et l'Afrique sub-saharienne, et qui traverse le Sénagal, la Mauritanie, l'Algérie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigéria, le Tchad, le Soudan et le Cap-Vert.

Le journal Le Monde consacre une infographie du Sahel qui donne toutes les clés pour mieux comprendre les enjeux humains, historiques et économiques de cette région qui fait aujourd'hui notre actualité (cf. vidéo).

C'est essentiellement la question des Touaregs qui est sous-jacente au conflit actuel au Mali. Voilà un peuple dont la zone de peuplement se situe au nord du Mali et du Niger, ainsi qu'au sud de l'Algérie et de la Lybie ; elle se situe en plein centre du Sahel dans une zone historiquement traversée de couloirs d'échanges commerciaux. Mais aux commerces du sel, d'épices, d'étoffes et de nourritures, ce carrefour commercial voit désormais s'échanger des armes, de la drogue et d'autres produits de contrebande. On parle de zones de non-droit pour évoquer ces zones sahéliennes de la même façon que l'on pointe du doigt les quartiers de nos banlieues où les trafics de drogues sont les seuls ressorts économiques.

Azawad_Sahel.JPG

Dans cette zone, la France a des accords de coopération militaire avec la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, elle dispose de bases militaires à Abidjan et à N'Djamena, mais elle s'appuie aussi sur Aréva pour exploiter les mines d'uranium d'Arlit (Niger) pour approvisionner les centrales nucléaires de l'hexagone. La France coloniale a occupé ces territoires toute la première moitié du 20ème siècle, et son implication militaire au Mali depuis quelques jours rappelle cette période ...

10% de la population du Mali se trouve au nord, dans cet espace que les Touaregs du MNLA ont appelé l'Azawad. Mais c'est toute l'Afrique qui est ainsi découpée par des frontières héritées des guerres tribales et des conquêtes coloniales du 19ème siècle.

Alors faut-il laisser les groupes islamistes croître sur un terrain qui leur est si propice ? Des occidentaux diabolisés parce qu'ils exploitent indûment les ressources de pays pauvres et des États corrompus ne laissent pas d'autre choix aux populations démunies que de rallier la loi islamique et ses leaders. Cela fait des décenies que les États exploiteurs laissent la situation se pourrir, et ils interviennent ici comme une brigade de CRS intervient dans un quartier de banlieue après quelques violences. Mais sans jamais essayer de résoudre les problèmes en amont, en s'attaquant aux causes et non aux conséquences.

Pour l'Afrique, il faut que les Nations-Unies lancent une concertation avec les pays concernés pour rendre aux peuples leur identité et leurs biens. Il n'est plus supportable que cette colonisation économique de quelques grands groupes industriels internationaux génère autant de souffrances. Ce n'est pas le terrorisme qu'il faut combattre, c'est l'injustice !

Commentaires

Plutôt qu'Areva verse 26 millions d'euros à l'Etat du Niger pour qu'en retour il achète des avions français, Areva serait mieux inspiré de faire profiter les populations locales des bénéfices colossaux générés par l'exploitation de l'uranium.

Ce petit film pour se faire une idée :
http://www.dailymotion.com/video/xww2x4_mali-contamination-a-l-uranium-decouvrez-les-vrais-terroristes-edifiant_webcam#.UPu5iPLlmxc

Écrit par : Laurent Dupont | 20/01/2013

Les commentaires sont fermés.