Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/10/2012

Société Générale : l'affaire Kerviel éclipse le scandale du Libor

Les télés et les radios ont bouclé depuis quelques jours sur le verdict par lequel la Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Kerviel à 5 ans de prison, dont 3 ans ferme, et à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts. Cet employé de la Société Générale a fait perdre près de 5 milliards à la banque en 2007 en bidonnant des opérations de placement, en créant des comptes fictifs et en étant finalement aspiré par une surenchère financière qu'aucun système de contrôle n'avait détecté. Jérôme Kerviel est coupable de quoi ? Il ne s'est pas mis ces 5 milliards d'euros dans la poche, ce trader totalement immergé dans le monde de la finance internationale a simplement été encouragé par le système lui-même, un système tellement complexe qu'il en devient opaque et que toutes les tricheries deviennent possibles.

societe_generale_logo_2010.gifMais cette actualité sur Jérôme Kerviel a occulté une autre actualité de la Société Générale que quelques journaux ont néanmoins relaté, c'est celle du scandale du Libor pour lequel la Société Générale a été citée à comparaître auprès des autorités judiciaires américaines. Mais de quoi s'agit-il ?

Le Libor est un outil financier piloté par un organisme londonien et qui fixe quotidiennement le taux d'emprunt entre les établissements bancaires pour 10 devises et pour 15 durées différentes. Par exemple aujourd'hui, le taux Libor en euros pour une durée de 12 mois est à 0,55786 %. Pour établir ce taux, la British Banker's Association (BBA) s'appuie sur un panel de 8 à 16 grands établissements financiers ; ce panel change chaque année afin qu'il soit représentatif de l'activité financière internationale. Ces établissements bancaires déclarent quotidiennement leurs volumes de transactions et les principaux chiffres clés de leur activité afin que le BBA puisse fixer des taux Libor les plus fidèles possibles avec la réalité de l'activité financière.

Ci-dessous les graphiques d'historique du Libor Euro 12 mois sur le long terme et sur la seule année 2012. Ce taux qui était entre 10 et 12% au début des années 90 est aujourd'hui en dessous de 1%.

Libor 1.jpg     Libor 2.jpg

Mais, entre 2006 et 2009, quelques-uns de ces établissements bancaires ont triché dans leurs déclarations. Certains ont minoré leurs chiffres afin de faire baisser le taux Libor et profiter ainsi de taux plus intéressants pour se refinancer. D'autres ont majoré leurs chiffres afin de se présenter plus forts qu'en réalité sur les marchés financiers et ainsi éviter des attaques spéculatives. C'est une tricherie généralisée qui voit maintenant 16 grands établissements mondiaux contraints de venir s'expliquer devant la justice (c'est presque la totalité du panel). Et parmi eux, la Société Générale ...

Le Libor rime avec Euribor, un taux européen que les Français qui contractent un crédit bancaire connaissent bien, c'est sur l'Euribor que sont indexés leurs taux de crédit. Ainsi, quand les banques trichent dans leurs déclarations pour favoriser leur position sur le marché, ce sont les consommateurs qui trinquent !

Michel Barnier, commissaire européen en charge du Marché intérieur et donc des services financiers, exige des sanctions pénales contre ces établissements financiers qu'il estime avoir trahit. Notre ancien ministre français à Bruxelles découvre brutalement que l'autorégulation du marché par lui même est une chimère, mais pendant de très longues années, c'était un dogme porté haut et fort par les libéraux de tous poils.

Mais qui se fera l'avocat des millions de consommateurs à travers le monde que cette tricherie sur le Libor a contribuer à leur ponctionner des remboursements plus importants ? Le graphique présenté ci-dessus montre bien comment, entre 2006 et 2009 alors que la crise financière s'étendait, le taux Libor a continué de croître ... Et en 2009 juste après que le scandale a été dévoilé par les autorités financières britaniques, le Libor décroche quand même de 4 points en une seule année !

Ce scandale du Libor démontre une fois de plus que le système financier mondial nous fait marcher sur la tête. Et la tentation est forte de vouloir nettoyer les écuries d'Augias en revenant à la situation où des banques nationalisées empruntaient sans intérêt auprès de la banque de France. C'est depuis l'antiquité que des usuriers prennent des intérêts sur ce qu'ils prêtent, et régulièrement la cupidité irresponsable de quelques-uns a nécessité que les Etats (ou les religions) fixent des règles plus coercitives et sanctionnent les abus. Mais aujourd'hui, l'information circule à travers le monde en un clic de souris et ce type de scandale génère du dégoût et une défiance durable envers le système bancaire ...

Et Jérôme Kerviel dans tout ça ? Le lampiste de service bon client des médias ? L'arbre qui cache la forêt ? Une enquête d'opinion commandée à chaud par le Figaro en 2008 révèle que 13 % des Français estiment que Jérôme Kerviel n'est pas le premier à incriminer pour ces pertes, tandis que 50 % estiment que c'est la direction de la banque qui est responsable et pour 27 % que c'est l'Autorité des marchés financiers Pas certain qu'en condamnant Kerviel à rembourser 4,9 milliars d'euros à la Société Générale l'opinion des français sera plus favorable à la banque ...

Les commentaires sont fermés.