Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/08/2012

Avenir de l'Europe, la fin justifie-t-elle les moyens ?

Le Parti Socialiste avait juré que le pacte budgétaire Merkozy ne serait jamais ratifié sans avoir été renégocié. Mais à la rentrée, les députés français seront invités par le Premier Ministre à ratifier ce traité en l'état. La crainte des politiques est que ce traité entraîne les Etats dans une spirale de récession, la règle d'or étant devenue le nouveau dogme de la construction européenne. L'exemple de la grèce est éloquent puisque l'Allemagne et la France lui refusent le délai de 2 ans qu'elle réclame pour appliquer son plan de retour à des budgets respectueux de son avenir au sein de la zone Euro.

Mais il y a désormais deux écoles dans la démarche de construction européenne. D'un côté, il y a ceux qui en ont marre d'avaler des couleuvres. Lionel Jospin affichait en 1997 la même détermination que celle de François Hollande à obtenir de l'Allemagne un pacte de relance de l'emploi. Mais l'intransigance de Kohl obligea Jospin à ratifier le Traité d'Amsterdam sans aucune contre-partie. Et puis il y a eu le TCE en 2005, rejeté par le peuple français mais ratifié par le Parlement. Depuis 15 ans, la construction européenne enchaîne les traités sans que l'on sache vraiment où l'on va ... Enfin si, toujours au profit des mêmes !

L'autre école propose de continuer dans le "sens de l'histoire", tous ces traités n'étant que des aléas conjoncturels, et ils voient se profiler une Europe Fédérale. Ce débat a divisé les écologistes réunis à Poitiers pour leurs journées d'été ; Dany Cohn-bendit invitait les députés à voter le TSCG, car il sera de toutes façons voté par les PS, l'UMP et le Centre, quand le député François de Rugy estimait de son côté que les députés écologistes devaient y réfléchir encore un peu.

Le problème, c'est que ce débat ne passionne que les politiques ; les français, dans leur immense majorité, s'en fichent totalement. L'europe est aujourd'huy synonyme de dette publique, de récession, de capitalisme financier, de bureaucratie et de façon générale d'incertitude sur l'avenir. Alors oui, l'Europe peut signifier autre chose et elle est même la seule issue pour une construction stoppée depuis trop longtemps. Et pour cela, il faut que les Etats qui veulent avancer vers le Fédéralisme se déclarent et y travaillent. Sinon, l'Europe deviendra le meilleur argument électoral du Front National.

22:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.