Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/06/2012

Centre aquatique du Clermontais, pourquoi mentir sur les chiffres ?

Ce samedi 30 juin en fin de matinée avait lieu l'inauguration du centre aquatique du Clermontais. Cet équipement intercommunal de sport et de loisir est une évidente réussite, et son intense fréquentation témoigne de son intérêt qui touche l'ensemble du Coeur d'Hérault. Il y avait beaucoup de monde pour visiter les installations, pour écouter les discours, pour assister à un très beau spectacle de natation synchronisée et enfin pour participer à un excellent buffet sur les pelouses du centre aquatique.

L'ambiance était donc conviviale dans un cadre attractif, mais les chiffres avancés par Alain Cazorla dans son discours inaugural n'étaient pas justes. Il a précisé que le projet initial [de son prédécesseur] s'élevait à 14 M€, mais qu'il avait souhaité réduire cette enveloppe à 8 M€ pour respecter les capacités financières de la Communauté de Communes. Dans la foulée, la Vice-Présidente du Conseil Régional Béatrice Négrier a rappelé avec humour les propos de Georges Frêche en 2008 qui craignait que le projet manque d'ambition s'il ne se réduisait qu'à une simple piscine couverte ; mais elle jugeait que le résultat était finalement satisfaisant. Enfin, le Sous-Préfet de l'Hérault, M. Ricardo, reprenait les chiffres fournis par Alain Cazorla pour entamer un discours où il invitait les collectivités locales à évaluer au mieux leurs futurs investissements dans le contexte financier actuel. Tout le monde, et la presse comprise, sont donc restés sur ces deux chiffres, à savoir un [insouciant] budget de 14 millions d'euros au départ, et un budget [rigoureux] d'un peu plus de 8 millions d'euros à l'arrivée.

Mais la réalité est toute autre ! Le Magazine n°30 de la CCC (toujours en ligne sur le site Web de la communauté) révèle au contraire que le budget prévisionnel du centre aquatique était de 10,856 M€, que la meilleure offre reçue à l'issue d'un appel d'offre qui s'est déroulé du 19 octobre au 14 décembre 2007 était de 12,973 M€, soit un dépassement de +19,5%, et que cet appel d'offre a donc été déclaré infructueux.

Et quel est le coût réel du centre aquatique ? Lors de la réunion de l'Assemblée Communautaire du 24 mars 2010, le budget d'investissement avait été fixé à 8 M€ (cf. délibération). Un an plus tard, lors de la réunion du 02 mars 2011, le budget d'investissement du centre aquatique était revu à la hausse pour atteindre un peu plus de 10,3 M€ (cf. délibération). Cette année, la séance du 28 mars consacrée aux budgets a porté ce montant à un peu plus de 11,3 M€ (cf. délibération). Et mercredi dernier lors de la réunion de l'Assemblée Communautaire à Cabrières, cette enveloppe budgétaire a encore été mise à jour pour prendre en compte la réalité de la facturation ; nous en sommes à 11,5 M€ ! J'ai demandé en séance si cela allait encore augmenter, et il m'a été répondu que cela dépendrait de la décision de l'assemblée pour les prochaines années, puisqu'on sait qu'il manque encore des équipements et qu'il est déjà prévu de les réaliser.

Alors simplement une question, pourquoi de telles erreurs sur ces chiffres ? Bernard Soto n'avait pas donné de suite favorable en 2007 à un marché qui dépassait l'enveloppe votée par l'Assemblée Communautaire, enveloppe fixée à un peu moins de 11 millions d'euros HT. Aujourd'hui, la construction du centre aquatique a coûté un peu plus de 11 millions d'euros HT. A l'arrivée, le projet arrivera au même résultat financier, à quelques équipements près et sans oublier que le projet précédent s'inscrivait dans le cadre d'une délégation de service publique (et donc moins risquée pour les finances de la Communauté).

Photo0231.jpg

J'avais produit deux notes sur ce blog au lendemain du Conseiil Communautaire de Cabrières, sur la base de quelques désaccords féconds, et je ne pensais pas revenir sur la question du centre aquatique. Mais là, c'est un devoir.

15:56 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2012

ZAC de la Salamane : Création d'emplois ?

Hier, lors du Conseil Communautaire à Cabrières, l'un des points à l'ordre du jour portait sur la vente d'une parcelle de 2,4 ha à la SOCAH pour y installer ses nouveaux locaux. Mais la SOCAH est déjà installée aux Tannes Basses, et elle ne fait donc que se déplacer de quelques centaines de mètres avec ses salariés et elle ne crée aucun emploi nouveau.

Aussi, et me rappelant des incantations d'Alain Cazorla sur la création de 500 emplois, j'ai donc demandé combien d'emplois cette installation de la SOCAH allait créer. Le Président Cazorla a alors fait le décompte ; sur une ZAC de 70 ha dont 50 ha sont vendus à des entreprises, Système U allait créer entre 100 et 120 emplois et près de 400 emplois serait créés sur les 30 ha restants. Bon, sauf que sur ces 30 ha, il y  a déjà 2,4 ha qui créent zéro emploi. Il reste donc 400 emplois à placer sur 27,6 ha ; c'est physiquement possible puisque cela représente 1 emploi pour 700 m2, sauf que l'économie moderne est quand même très peu pourvoyeuse d'emplois salariés et que si la Salamane se remplit d'entrepôts alors il sera difficile d'atteindre les objectifs ...

14:17 Publié dans CCC, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salamane, socah

Communauté de Communes : Hausse des impôts locaux à prévoir en 2013.

Aux informations relatives à l'ordre du jour du Conseil Communautaire de ce mercredi 27 juin à Cabrières, le Président de la Communauté a éclairé les délégués sur deux questions qui lui ont été posées (car autrement nous n'en saurions toujours rien ;-).

La première question de Christian Bilhac portait sur un courrier adressé par Alain Cazorla à tous les maires de la Communauté pour leur annoncer la suppression du service de police rurale. Comme l'un des deux gardes-champêtres a demandé un congé bonifié et qu'il est plutôt onéreux de le remplacer, le Président Cazorla a préféré reléguer le second garde-champêtre au service des déchets ménagers. Les maires des communes rurales ont vivement réagi hier soir, car ces garde-champêtre intercommunaux étaient là pour faire appliquer les arrêtés des élus, mais aussi par exemple pour dresser des procès-verbaux de conformité en matière d'urbanisme. Autour du Salagou, cette police rurale était assermentée pour verbaliser les délits (véhicules à moteur, stationnements, camping sauvage, ...). Et quand Christian Bilhac a proposé au Président de solliciter le Centre de Gestion pour effectuer un recrutement, ce dernier a rétorqué que même le Centre de Gestion avait un coût.

C'est moi qui ait posé la seconde question sur la piscine de Clermont l'Hérault dont nous n'entendions plus du tout parler depuis deux ou trois réunions de l'assemblée communautaire. Et Alain Cazorla nous a informé qu'il avait décidé de fermer définitivement la piscine de Clermont l'Hérault. Il a expliqué que l'ouverture pour deux mois de cet équipement coûtait 120 000 euros, et que la proximité sur Clermont l'Hérault du Centre Aquatique lui permettait de faire cette économie.

Mais c'est autour du FPIC (*) que cette session de l'assemblée communautaire a mis en évidence les conflits d'intérêts entre les communes et l'intercommuanlité. Voilà en effet qu'au détour d'une loi de finances votée à l'Assemblée Nationale en décembre 2011, c'est une recette nouvelle de plus de 129 000 euros qui arrive dans le budget de la communauté. Mais la loi de finance prévoit qu'en droit commun cette dotation soit répartie entre la communauté de communes et ses communes membres. Seule façon d'y déroger, présenter un scénario dérogatoire voté à l'unanimité. Or, les communes ont aussi besoin de cet argent et elles ne voyaient pas toutes d'un bon oeil être délestée du reversement de droit. Alain Cazorla a donc fait travailler ses services pour que soit présenté en séance un "Projet Jeunes" destiné aux ados de 12 à 16 ans, et qui coûe exactement 129 000 euros ;-)

Il n'était même pas nécessaire que le projet soit présenté car de nombreux délégués de Canet, de Péret et Paulhan avaient déjà annoncé qu'ils voteraient contre. Et ça n'a pas raté, quelques mains levées en contre ont vite convaincu le Président Cazorla de renoncer à son hold-up communautaire.

Ces quelques épisodes de la séances de Cabrières révèlent la fragilité des finances de la Communauté. Derrière des investissements colossaux (Salamane, Estagnol, Centre Aquatique) qui endettent les futures générations, ce sont les habitants actuels du Clermontais qui payent la facture. Et Christian Bilhac a ennoncé hier en séance le détail des feuilles d'impôts locaux où la colonne "Intercommunalité" prend le dessus sur la colonne "Commune", mais sans la contre-partie attendue. Et d'ici à ce que l'an prochain Alain Cazorla fasse voter une augmentation des impôts ... je n'en serai pas surpris.

- - - - - - - - - - - - -
(*) Fond national de Péréquation des ressources Intercommunale et Communales : mécanisme national au travers duquel les collectivités locales les plus riches abondent un fond qui est reversé aux collectivités les moins riches.

14:02 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (1)