Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/04/2012

2011-2012, l'écologie politique sort du champ électoral ...

"Entre la gauche molle qui ne promet rien et la gauche folle qui promet tout, je représente la gauche raisonnable" ... Voilà qu'elle se met aux petites phrases choc Eva, la fin de son long chemin de croix lui donnant finalement envie de ressembler aux autres :-(

Décidément, l'écologie politique aura beaucoup perdu pendant cette campagne des présidentielles, avec une candidate que la direction du parti écologiste a porté comme un cache-sexe sur des ambitions politiques personnelles de Cécile, de Jean-Vincent et de quelques autres. Et que dire des législatives qui vont venir ... Avec la soixantaine de circonscriptions réservées sur lesquelles va se concentrer toute l'énergie des instances nationale et régionales, cela donnera un désert militant et médiatique sur les 400 autres circonscriptions nationales.

Prenons le cas de l'Hérault et ses neuf circonscriptions. Europe Ecologie Les Verts est soutenu par le PS sur la 1ère. En retour, Europe Ecologie Les Verts n'a pas présenté de candidat sur les 6ème et 7ème circonscription (à noter que sur la 6ème, c'est un représentant d'EELV qui est le suppléant de la candidate socialiste). Dans ce contexte, une campagne autonome peut-elle prendre tout sa place dans les six autres circonscriptions ? Peut-on imaginer un instant Cécile Duflot ou Jean-Louis Roumégas venir soutenir un(e) candidat(e) opposé(e) à un(e) socialiste quand eux-mêmes sont soutenus [de façon très fragile] par le Parti Socialiste dans leur circonscription ? Et quels messages passeront dans les média ? Surtout si en plus certain-e-s rêvent d'un ministère ...

Or, la planète et ses 7 milliards de bipèdes égoïstes vont de plus en plus mal ... Même si ce n'est pas une préoccupation prioritaire des Français, l'écologie reste le seul espoir de laisser aux générations futures un monde dans lequel ils pourront vivre au moins aussi bien que nous (lire l'article du Monde du 07 avril 2012 : La planète brûle, et ils regardent ailleurs). Heureusement, cette exigence de développement durable s'inscrit de plus en plus dans les politiques publiques des collectivités locales. L'écologie n'est plus la chasse gardée de quelques militants alarmistes, elle se banalise auprès des élus locaux. C'est beaucoup plus vrai dans les grandes villes ... et le comportement de certains élus ruraux tranche d'autant plus.

Bon, vivement l'été !

Les commentaires sont fermés.