Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2012

La culture, une nouvelle compétence pour le Clermontais

Alain Cazorla l'a confirmé en marge du débat d'orientation budgétaire le 9 février dernier, la Communauté de Communes du Clermontais va prendre une nouvelle compétence : la culture. Mais de quoi s'agit-il réellement ?

Les intercommunalités qui sont dotées de cette compétence sont essentiellement urbaines (communautés d'agglomération et agglomérations), et leur champ d'intervention porte principalement sur la lecture publique, sur les enseignements artistiques et sur le spectacle vivant. Pour le Clermontais, on ne peut pas se doter de cette compétence sans échapper à un diagnostic, à un état des lieux, et sans partager une politique culturelle qui satisfasse les vingt communes du territoire.

Par ailleurs, le Conseil général joue un rôle très important dans le domaine culturel ; le Département anime le réseau des bibliothèques de l'Hérault (236 sur tout le département et 7 sur le Clermontais), il anime aussi le réseau des écoles de musique et des écoles de danse au travers d'Hérault Musique et Danse. Et via le Domaine d'O, le Département est présent dans le spectacle vivant sur notre territoire, par exemple avec Saperlipopette.

Alors, le Clermontais souffre-t-il vraiment d'un déficit de diffusion culturelle ? Déjà, il ne manque pas d'équipements : huit bibliothèques à Aspiran, Canet, Clermont l'Hérault, Fontès, Nébian, Paulhan, Peret et St-Félix-de-Lodez, un théâtre à Clermont l'Hérault, deux salles de spectacles à Canet et à Paulhan. Il s'y ajoute un tissus associatif très dynamique (écoles de danse, de musique et de théâtre) qui repose essentiellement sur la proximité.

Je n'ai pas d'opinion à priori sur ce sujet, mais je revendique qu'une étude préalable approfondie soit menée, et qu'elle donne lieu à une véritable concertation sur tout le territoire intercommunal. Le débat ne pourra pas se résumer à des considérations purement comptables, mais il est certain que la question de la gouvernance ne pourra pas être occultée. Aujourd'hui, les communes qui en disposent ont la libre administration de leurs équipements culturels et elles sont autonomes pour établir leur programmation culturelle. C'est important à souligner car les citoyens ont tous les 6 ans un bulletin de vote pour encourager ou pour sanctionner l'action de leurs élus.

Enfin, l'urgence est-elle vraiment à acquérir cette nouvelle compétence ? La Communauté de Communes n'a-t-elle pas des actions plus prioritaires à mener dans le contexte socio-économique actuel ?

Commentaires

Ce sera certainement l'occasion de créer une ou deux vices-présidences de plus et quelque emplois supplémentaires,qui seront financés par une augmentation d'impôts!!

Écrit par : skreo | 11/03/2012

Il existe bien assez d'équipements culturels en général, ce qui manque ce sont les budgets pour les faire fonctionner ! Plutôt que de prévoir de nouveaux équipements couteux mais gratifiants pour l'élu, il faudrait se pencher leproblème de faire fonctionner ce qui existe déjà ... Evidemment c'est moins porteur au niveau communication. Comme exemple de réussite, voir l'espace culturel de Gignac devenu depuis peu le "Somnanbule" espace dédié aux musiques actuelles.

Écrit par : Laurent Trouchaud | 28/01/2013

Les commentaires sont fermés.