Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/03/2012

Les riches contre les pauvres ? Non, il faut simplement de la solidarité !

La campagne des présidentielles se cristallise actuellement sur des politiques anti-riches ou anti-pauvres. C'est ainsi que la droite critique la proposition de François Hollande de vouloir confisquer plus de 75% des revenus de ceux qui gagnent plus de un million d'euros par an. Et c'est ainsi que la gauche critique la politique de Nicolas Sarkozy qui accroît la paupérisation (plus de chômeurs, plus d'emplois industriels supprimés, des fonctionnaires non remplacés et donc des services publics toujours plus sacrifiés, ...). Mais au delà de ces attaques de campagne, que fait-on concrètement pour que l'indice de développement humain (IDH) de la France cesse de décroître ? La France est vingtième au classement et figure encore dans la liste  des pays ayant un IDH très élevé, mais notre pays perd six places en une année et douze sur deux ans !

Personne ne parle de cet indicateur dans la campagne, les candidats ne connaissant que le PIB comme seul thermomètre socio-économique. Mais l'IDH repose sur des critères de qualité de vie (santé, éducation et savoirs, pouvoir d'achat) qui nécessitent d'avoir une République solidaire. La fiscalité est dite redistributive quand elle contribue efficacement à la réduction des inégalités sociales ; et c'est sa progressivité qui le permet. La question est très simple, comment faire pour avoir un bon système de santé, un bon système éducatif, une bonne infrastructure de transports, un parc de logements suffisant, une recherche (privée et publique) à la pointe, des conditions de travail épanouissantes, etc ? Dans ces domaines, il faut toujours en faire plus et il est donc nécessaire que les politiques publiques favorisent ces progrès sociaux.

Les finances publiques (Etat, collectivités locales et sécurité sociale) captent la moitié de la richesse nationale (50% du PIB) ; pour 2011, le PIB de la France atteint presque les 2.000 milliards d'euros (en distinguant le PIB en valeur courante à 1.995,79 milliards d'euros et le PIB en volume à 1.804,87 milliards d'euros). Mais si cet indicateur croît d'année en année (cf. courbe), il croît spectaculairement de moins en moins (cf. courbe) ! Et rapporté aux nombre des habitants, la France perd son cinquième rang mondial pour tomber à la vingtième place (à l'opposé du Luxembourg). Cette croissance qui se raréfie nous oblige à mieux prélever et à mieux utiliser les recettes publiques, sans toutefois porter préjudice à l'activité économique et sans stigmatiser les uns contre les autres. Je répète sans relâche que le progrès social contribue à l'efficacité économique, et vice-versa. Je sais qu'en affirmant cela j'échappe au clivage gauche-droite qui prédomine aujourd'hui, et c'est en partie pour cela que je suis écologiste ;-)

Commentaires

Il ne faut pas dresser les pauvres contre les riches, ils sont si gentils et si généreux et si créateurs d'emplois ! ils ont juste un petit peu tendance à prendre une part de plus en plus grande de la richesse générée par le travail de ceux qu'ils exploitent... mais si on leur dit gentiment de partager (sous la "gauche") c'est sur qu'ils le feront !
20 % des français confisquent 80 % des revenus : c'est normal ? feront-ils un effort sous la "gauche" ou iront-ils vivre encore plus nombreux le long du lac de Genève ?

Écrit par : vieilledame | 01/04/2012

Les commentaires sont fermés.