Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/12/2011

Depuis le milieu des années 80, l'Etat accumule les cadeaux fiscaux !

Le graphique ci-dessous est extrait du blog www.les-crises.fr ; la note présente plusieurs graphiques qui détaillent les budgets (en dépense et en recette en % du PIB) de l'Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale. Et le seul budget qui ne croît pas en même temps que croït l'activité économique (ie. le PIB), c'est celui de l'Etat.

Déficit des administrations centrales Maastricht

Ce qui est remarquable, ce n'est pas tant que ce budget décroîsse, mais surtout que les recettes baissent plus vite que les dépenses. L'Etat a régulièrement transféré des budgets vers la sécurité sociale (cf. la CSG en 1990) et vers les collectivités locales (cf. lois de décentralisation) ; et la note sur le blog d'Olivier Berruyer en témoigne. Mais au final, c'est le déficit public de toutes ces administrations publiques qui s'installe durablement.

Or, le Produit Intérieur Brut (PIB) de la France a été multiplié par 41 en un demi-siècle ! Le chiffre de 2.000 milliards d'euros échappe à notre endettement commun, mais c'est la richesse produite par l'économie française cette année.   

Je n'ajoute pas à cette analyse le détail des éléments relatifs à l'épargne ou au patrimoine des français (et de l'etat), mais la situation globale de la France n'est pas si noire que ce qu'on veut nous faire croire. Et en nous focalisant de façon paroxystique sur la dette, et sur cette fameuse crise de la dette, c'est comme s'alarmer sur la fièvre d'un patient sans se pencher sur son état général.

Alors laissons la dette de côté et oublions cette note AAA dont personne ne parlait il y a encore un an ou deux, et exigeons que l'Etat renoue avec un budget équilibre. Et pas au travers d'une politique de rigueur qui va contracter l'activité économique intérieure et tirer notre contrat social vers le bas. L'Etat doit revenir aux niveaux de prélèvements fiscaux d'il y a 10 ans et récupérer ainsi des dizaines de milliards d'euros qui ont le plus souvent attéri dans les poches des plus aisés, et donc de ceux qui en avaient le moins besoin ...

Les commentaires sont fermés.