Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/11/2011

SCOT du Coeur d'Hérault, à deux ou à trois ?

Alors que la Communauté de Communes de la Vallée de l'Hérault a déjà délibéré à plusieurs reprises pour la mise en place d'un Schéma de Cohérence Territoriale, la Communauté de Communes du Lodévois-Larzac a voté fin septembre contre une telle démarche (cf. Midi Libre). Les conseillers communautaires du nord de notre territoire préfèrent mettre leur ruralité à l'abri des élans urbanistiques de la grande aire de Montpellier.

La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 a pourtant posé le principe d'une généralisation des SCOT à l'ensemble des communes d'ici 2017. A cette échéance, les communes qui ne sont pas couvertes par un SCOT ne pourront plus modifier ou réviser leur Plan Local d'Urbanisme (PLU) en vue d'ouvrir de nouvelles zones à l'urbanisation, sauf dérogation préfectorale. Or, la mise en oeuvre d'un SCOT et sa répercussion sur les PLU des communes concernées prend 5 à 6 ans. Donc même le Lodévois-Larzac n'échappera pas à cette contrainte et il est urgent de démarrer la démarche. Et surtout pour la ville de Lodève !

Mais qu'est-ce dont qu'un SCOT et pourquoi cela fait-il si peur ? Un SCOT est un document d'urbanisme opporable qui s'impose aux documents d'urbanisme des communes. Dit comme ça, on peut y voir un côté dirigiste ... mais le SCOT est réalisé et adopté avec la participation de tous les acteurs locaux ; il prend en compte les spécificités des différents pôles qui structurent un territoire. Ainsi, à l'échelle du Pays, le caractère rural du Lodévois-Larzac peut constituer un axe structurant. Le SCOT part d'un diagnostic territorial pour anticiper les besoins en logements, en routes, en moyens de transport, en équipements publics, etc.

Or, le Lodévois-Larzac est étroitement lié à ses deux communautés voisines du Clermontais et de la Vallée de l'Hérault. Du lycée à l'hôpital en passant par les zones commerciales, les habitants du Coeur d'Hérault ne connaissent pas ces frontières administratives. Et c'est encore plus vrai pour l'emploi. Sans oublier que nous avons déjà des structures intercommunales qui nous réunissent (Syndicat Mixte pour la Gestion du Salagou, Syndicat Mixte du Centre Hérault pour les déchets, Syndicat de Développement du Pays Coeur d'Hérault, ...). Alors quel sens cela aurait-il de faire d'un côté un SCOT sur le Clermontais et la Vallée de l'Hérault, et de l'autre côté un SCOT sur le Lodévois-Larzac ?

Sans oublier que le territoire du Coeur d'Hérault est entouré d'intercommunalités qui ont déjà adopté ou engagé une démarche de SCOT : Pic St-Loup, Montpellier Agglomération, Bassin de Thau, Bittérois, Montagne du Haut Languedoc. Cf. démarche Inter-SCOT dans l'Hérault. Faut-il donc que le Préfet intervienne pour imposer le périmètre le plus pertinent ou les élus seront-ils assez responsables pour faire le meilleur choix eux-mêmes ?

Commentaires

je trouve qu'il devrait exister un conflit d'intérêt rendant impossible le lien familiale entre une agence immobilière et un Maire, Présidente de Communauté de Communes de surcroit, pas vous ? je suis trop puriste ?

Écrit par : vieilledame | 19/11/2011

Quel/le maire n'a pas dans sa famille un/e président/e d'association, un/e commerçant/e, un/e professionnel/le qui travaille dans l'habitat (architecte, artisan, ...), etc ? Dans l'exercice d'un tel mandat, tout peut se révéler propice à un conflit d'intérêt. Mais on attend avant tout de nos élus de la probité, ainsi que de privilégier l'intérêt général avant les petits intérêts particuliers. Les élus qui seraient pris les doigts dans le pot de miel s'exposent à des sanctions pénales, raison de plus pour faire gaffe. Dans tous les cas, il ne faut pas alimenter une telle suspicion car les élus locaux exercent leur mandat avec beaucoup d'abnégation.

Écrit par : Laurent Dupont | 19/11/2011

Les commentaires sont fermés.