Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/10/2011

Avec ses primaires, le Parti Socialiste tourne la page de la politique des idées

Les partis politiques en France ont longtemps été les creusets de réflexions et de projets très idéologiques, portés par des milliers d'adhérents et de sympathisants. Cela va des monarchistes aux libéraux en passant par les communistes. Dans ce contexte là, la réflexion mûrit au sein du parti et elle est diffusée à l'extérieur pour susciter l'adhésion et le vote lors des élections.

Je mets volontairement de côté les mouvements politiques "intimistes", qu'ils portent une pensée politique radicale ou qu'ils soutiennent un homme providentiel, car ils ne sont pas représentatifs des orientations politiques des français.

Les primaires du Parti Socialiste, primaires auxquelles l'UMP pourrait faire appel en vue des présidentielles de 2017, constituent un changement remarquable. Ce n'est plus le parti politiique qui porte un projet qu'incarnerait un/e candidat/e, mais c'est l'opinion qui choisit une orientation et un/e représentant/e. Et là, on rejoint le modèle politique américain. Un point positif dans ce système, c'est qu'il deviendra de plus en plus difficile pour les personnes politiques de faire carrière ... Car on pense déjà à employer ce système des primaires pour désigner les candidats aux élections nationales et locales !

Alors à quoi serviront demain les partis politiques ? A priori, ils deviendront des partis d'élus dont le seul but sera d'organiser les élections suivantes avec des candidats choisis par le public. Est-ce que cela appauvrira le débat politique ? Non, car il se reportera sur d'autres structures comme les associations ou les lobbies. Chacun pourra continuer de militer pour une cause, mais plus au sein des partis politiques ...

Cette évolution n'est pourtant pas si rose que cela ... La politique d'opinion, c'est une politique de composition opportuniste. Il faut évaluer à un instant donné les préoccupations des électorats les plus nombreux et les plus mobilisés pour répondre à leurs attentes. Et qu'importe la réponse, vraie ou fausse, sérieuse ou loufoque, démagogique ou technique, seul compte le fait que l'opinion aura le sentiment d'être entendue. Et puis ce sera la prime aux people, à ceux qui plaisent ... dans le style des émissions de télé-réalité à la mode ...

Mais dans un monde en pleine mutation, avec des modèles socio-économiques qui datent de la seconde moitié du 20ème siècle, ces femmes et ces hommes choisis pour leur look ou pour leur parcours personnel sauront-ils  faire des choix responsables qui engagent leurs populations ? Et sur qui appuieront-ils leurs orientations politiques ?

Commentaires

je suis ok avec ton analyse "cette évolution n'est pas si rose que celà" en tant que syndicaliste pendant 30 ans ce sont les meme questions que je me suis posées quel syndicalisme???

Écrit par : françois | 23/10/2011

Les commentaires sont fermés.