Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/08/2011

"Le coup des 11 milliards d'euros", nouvel épisode de la reconquête du pouvoir par le Général Sarkozy ...

Quand on sait que la dette nationale est aujoud'hui d'un peu plus de 1.600 milliards d'euros et que le déficit annuel du budget de l'Etat était d'environ 150 milliards d'euros pour 2010, l'annonce faite ce jour par le Gouvernement d'une économie de 11 milliards d'euros n'est qu'une annonce conjoncturelle dont le seul objectif est de rassurer les agences de notation. Pour retrouver l'équilibre budgétaire, pour réduire l'endettement de la France et pour continuer néanmoins à créer de la richesse, il faudra bien plus que ces mesurettes.

bonaparte_pont_arcole.jpg

Tel le Général Bonaparte sur le pont d'Arcole, notre Président Sarkozy a entrepris depuis quelques mois la reconquête de son siège à l'Elysée. Comme en 2008 alors qu'il présidait l'Union Européenne, l'actuel Président du G20 va surfer sur la vague de la crise financière pour redonner du souffle à sa courbe de notoriété. Les rencontres avec Angela Merkel et les sommets internationaux dédiés à cette crise devraient se multiplier dans les mois à venir.

La situation internationale autour de la Méditerranée devrait aussi profiter à notre Président ; reconnaissons lui au moins le mérite d'une réelle pugnacité et de beaucoup de réalisme dans la révolution Lybienne. Il efface au passage les erreurs de Michèle Alliot-Marie en Tunisie ...

Mais cet activisme médiatique ne répond pas aux problèmes de fond. Et les questions à long terme portent sur notre démographie, sur le taux d'activité et le taux d'emploi de la population, la productivité du travail (boostée par le progrès technologique et par l'organisation sociale), par la durée du travail tout au long de la vie (et les questions connexes sur l'emploi des jeunes et des séniors), sur les taux d'intérêts qui conditionnent l'investissement des ménages et des entreprises, sur la parité euro/dollar qui joue sur notre balance commerciale, sur le taux d'inflation qui peut accroître un peu artificiellement la croissance tout en plombant le pouvoir d'achat des ménages, et enfin sur les prévèvements fiscaux et sociaux (taxes, impôts, cotisations sociales). Le Gouvernement a décidé de ne se focaliser que sur ce dernier point, c'est à dire les prélèvements sur les ménages et sur les entreprises, mais l'économie réelle dépend de tous les autres points cités ci-dessus. Et ce sont tous ces points qui devront être abordés lors la campagne des présidentielles.

Plutôt qu'un Général d'artillerie, la France aurait besoin d'un plombier ... qui lui n'irait pas réparer une fuite dans la tuyauterie sans d'abord régler l'arrivée d'eau.

Les commentaires sont fermés.