Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/08/2011

Mesdames Aubry et Pécresse complètement à côté du problème ...

La première s'en prend aux niches fiscales et à la défiscalisation des heures supplémentaires tout en promettant la création de 300.000 emplois jeunes, et la seconde propose pour 2012 de faire 2 milliards d'euros d'économie sur les dépenses de l'Etat ... En gros, elles se focalisent sur la fuite d'eau au fond de la baignore sans se préoccuper du robinet qui ne se ferme plus.

Bien sur qu'il faut revenir à l'équilibre du budget de l'Etat, mais il y a des questions de fond qui se posent en amont : le poids de la dette, le rythme de l'activité économique et l'Euro. Tant que nous n'aurons pas un cadre plus vertueux, alors nous serons toujours à essayer de colmater des brèches.

Concernant la dette des États, mais de tout les États du monde, il faut un moratoire international. Et il ne faut plus laisser le Fond Monétaire International ou la Banque Mondiale s'en occuper, il faut une véritable résolution de l'ONU comme cette institution sait en prendre quand des populations sont menacées. On pourrait par exemple geler toutes les dettes des États, c'est à dire stopper les remboursements du capital et des intérêts pendant un an ou deux, et continuer à autoriser les États à emprunter pour financer des projets structurants. Un emprunt pour construire un réseau de tramway ou une université, oui, mais pas pour acheter des avions de chasse, des sous-marins et des équipements industriels sur des marchés confidentiels. On ne peut pas effacer toutes ces dettes souveraines d'un coup car cela poserait des problèmes d'équité ; pourquoi effacer tout ou partie des dettes d'un Etat et pas d'un autre ... Mais en retirant cette épée de Damoclès que cette dette fait porter au dessus de nos têtes, soit quand même 1.682 milliards d'euros pour la France et 14.598 milliards de dollars pour les USA, on libère immédiatement plus de 100 milliards d'euros par an (pour la France) qui correspondent au service de la dette (remboursement des intérêts et du capital), et qui équivalent à la totalité des recettes fiscales directes de l'État (impôts sur les sociétés et sur les revenus, ISF, ...).

Sur l'activité économique, et là je laisse de côté le PIB qui n'est qu'un indicateur productiviste, il faut relocaliser et écologiser ! En taxant les produits importés de pays qui font du dumping social et environnemental, on régule de façon équitable les échanges commerciaux internationaux. Et cela nous donne de l'oxygène pour implanter des entreprises, qu'il s'agisse d'industries ou de producteurs agricoles locaux. On le sait bien, quand les entreprises ont des commandes et que le chômage est plus proche de 5% que de 10%, alors les recettes fiscales (directes et indirectes) et sociales alimentent des budgets équilibrés. Et mettre fin à la règle de suppression d'un poste de fonctionnaire sur deux qui partent à la retraite, c'est assurer la continuité du service public tout en donnant du pouvoir d'achat à des jeunes qui galèrent pour trouver un job.

Enfin, il faut régler le problème de l'euro. Nous nous sommes arrêtés au milieu du gué en 2002 quand nous avons adopté la monnaie européenne, alors soit on fait marche arrière, soit on poursuit la traversée. Revenir en arrière ne signifie pas nécessairement de revenir au franc, mais par exemple de réduire le cercle des pays qui utilisent l'euro à ceux qui ont des économies semblables. Et la question à se poser est de savoir si l'allemagne et quelques autres pays n'imposent pas des règles insupportables pour les autres ... A l'inverse, aller au bout de la démarche signifie clairement d'abandonner une part de notre souverainneté budgétaire pour la placer entre les mains de la Banque Centrale Européenne. En fin de semaine dernière, Jean-Claude Trichet aurait imposé à l'Italie un certain nombre de mesures économiques et sociales que Sivio Berlusconi a adopté sans sourciller. La monnaie est un puissant levier de régulation économique, mais aujourd'hui nous en sommes dépossédés. Alors soit nous en retrouvons un usage exclusif, soit nous le déléguons à l'échelon européen, mais on ne peut pas rester en l'état.

Voilà trois axes programmatiques majeurs pour la campagne de 2012, trois thèmes qu'il faut aborder en priorité. Et ne nous laissons pas amuser par les passes d'arme des responsables politiques de l'UMP et du PS, ayons enfin le débat politique qui nous fera sortir de la crise actuelle. Et n'ayons pas peur de dire qu'il s'agit là d'une véritable révolution dont la France doit être l'ambassadrice à l'international. Notre révolution de 1789 et l'ère des lumières ont fait écho à travers le monde pendant deux siècles, il n'y a donc aucune raison de pas pouvoir renouveler l'expérience ...

Les commentaires sont fermés.