Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/07/2011

Prise de parole publique ou activisme politique ?

Dans leur point presse du jeudi 7 juillet, et depuis leur site de Vendargues, les patrons de Système U Sud n'ont pas hésité à qualifier les opposants aux projet de plate-forme logistique sur la Salamane d'activistes ! Et l'aspect politique de cette jacquerie étant sous-entendu, il est intéressant de se reporter à la définition que donne Wikipedia de ce terme.

Marc Prou (à g.), le président de Système U et le directeur général, Bertrand Gardès.
Marc Prou (à g.), le président de Système U et le directeur général, Bertrand Gardès. (B. C.)

Mais étrangement, c'est le même terme qu'emploient tous les puissants du monde pour pointer du doigt leurs opposants. Dans les deux cas, il n'y a nulle reconnaissance d'un droit d'expression démocratique ; ceux qui veulent prendre la parole sont stigmatisés, minorés, taxés d'être manipulés de l'extérieur et diabolisés par des pouvoirs qui ont cessé d'écouter leurs populations. De son côté, le pouvoir en place (institutionnel ou capitaliste) avance au pas du rouleau compresseur, sans émotion.

Or, les conflits d'usage de l'espace et l'expression des désaccords contribuent, selon André Torre, aux dynamiques territoriales. André Torre est économiste, directeur de recherche à l’INRA AgroParisTech. Rédacteur en chef de la Revue d’Économie Rurale et Urbaine, président de l’Association de science régionale de langue française (ASRDLF), ses domaines de recherches incluent la proximité, l’innovation et les conflits d’usage de l’espace. Ci-joint l'article qu'il publient dans Métropolitiques du 20 juin 2011 :

Lettre au patron du SDIS

Voilà une réflexion qui mériterait d'être diffusée à tous les élus locaux ; ceux qui prennent la parole dans le cadre de grands projets d'équipements ou d'infrastuctures ne sont pas des opposants systématiques et leurs propositions méritent d'être perçues positivement.

Jeudi soir à Fontès, dans le cadre de la phase de concertation de l'Agenda 21 intercommunal, c'est l'exemple de la médiation scolaire qui a été au coeur des discussions. Et de là, c'est le thème du "Vivre ensemble" qui était à l'ordre du jour ... (sic).

Les commentaires sont fermés.