Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2011

Les camions sont le talon d'Achile de la chaîne logistique !

Ce sont des centaines de camions qui entreront et sortiront de la plate-forme Système U à a Salamane, et ces camions dont certains transporteront des produits hautement inflammables et toxiques sont le talon d'Achille de la chaîne logistique. Les experts du secteur logistique peuvent apporter les meilleures garanties possibles sur les entrepôts, ils ne peuvent par contre rien assurer concernant les camions. L'actualité témoigne des accidents les plus banals aux plus farfelus, mais presque toujours avec de funestes conséquences. 

Midi Libre du 17 juin relate l'incendie de ce camion transportant 7 tonnes de faines animales. Le feu est parti de l'essieu du camion et il a provoqué un bouchon énorme sur l'A9 :

C’est l’essieu, avant de l’engin, qui a d’abord pris feu.

Midi Libre du 1er février relate l'accident de ce camion-citerne rempli de vin et qui est arrivé trop vite sur le giratoire de sortie de l'A75 à la Salamane et qui s'est couché sur le côté :

camion_couche_salamane.jpg 

Et on ne peut pas oublier l'accident du tunel du Mont-Blanc en mars 1999 dont l'origine vient d'un camion qui transportait de la margarine, le feu ayant pris dans le moteur du camion, et où 39 personnes ont péri :

 

 

Le Coeur d'Hérault a-t-il besoin de faire courir autant de risques à ses habitants et à ses visiteurs ? Je suis persuadé que non !

Commentaires

je rejoins tout à fait votre colère sur le gachis que représente l'implantation de cette zone Seveso dans une zone agricole irrigable ! mais à quel tunnel pensez-vous ? à celui de l'Escalette ?

Écrit par : vieilledame | 25/06/2011

Le mélange des matières et substances dangereuses et combustibles sur un même camion est tout aussi préoccupant. La plateforme prévue à la Salamane prévoit un flux de chargements homogènes (ceux qui viennent du fournisseur) et un flux de chargements hétérogènes (ceux qui quittent la plateforme pour approvisionner les magasins et dépôts secondaires). Pour les premiers il est impossible d’identifier le risque industriel qu'ils présentent en cas d'accident (feu ou déversement) pour exemple un mixte de nitrate d'ammonium (qualité engrais); des torches; du bois, de l'huile mélangée pour les tondeuses, avec de l'essence et du naphta lourd; du mobilier de jardin, de l’alcool dit de bouche à 40°. Un cocktail explosif qui interdit par exemple l'idée d'une extinction par de l'eau. Le ballet de camions qui circulerait sur nos giratoires incomplets (la sortie vers Béziers ou Bordeaux) qui emprunteront les ronds-points existants dissémine le risque. L'autorisation pour une installation ICPE Seveso concernerait que l'entrepôt pas le trafic autour.

Écrit par : Perrinjaquet | 25/06/2011

Les commentaires sont fermés.