Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/03/2011

Cantonales à Clermont l'Hérault - Qu'en dit Google ?

La question se pose pour une très grande partie de l'électorat : "Qui sont vraiment ces candidats ?". Cette question se pose pour tous les nouveaux arrivants sur le territoire, mais elle se pose aussi à l'intention des candidats les moins connus. Et pour y répondre, nous sommes de plus en plus nombreux à le demander à Google.

J'ai donc saisi le prénom et le nom de chaque candidat/e dans le célèbre moteur de recherche sur Internet, et dont les robots indexent régulièrement des milions et des millions de sites Web. Pour évaluer la visibilité de nos 6 candidats aux cantonales de Clermont l'Hérault, j'ai analysé la première page de réponse de Google qui présente 10 résultats. Une note sur 10 est donc facile à produire ; un point par bonne réponse.

Bernard Soto 10/10 Les réponses de Googletd>
  Son site Web de campagne apparaît dans les premiers résultats, de même que son site de campagne pour les municipales de 2008, mais c'est une page Wikipedia qui est en première position (information plutôt institutionnelle). Dans l'ensemble, les résultats portent sur les actions du candidat à l'occasion de ses mandats et c'est donc une image plutôt positive qui s'en dégage.

 

Myriam Hubert 6/10 Les réponses de Google
  Les résultats retournés portent sur les engagements politiques de la candidate, et son site de campagne sort en première position. A noter deux résultats relatifs à son activité professionnelle. De façon générale, ces résultats donnent plutôt envie de cliquer dessus pour aller plus loin.

 

Alain Cazorla 10/10 Les réponses de Google
  Pas de site de campagne pour Alain Cazorla, donc pas non plus de communication véritablement ciblée pour le Web. On retrouve dans les résultats des informations relatives à ses mandats, mais quatre résultats sur dix sont à charge pour le candidat, ils portent sur la Salamane ainsi que sur les relations tendues au sein de sa majorité municipale. Bref, la communication n'est pas une priorité pour ce candidat.

 

Michel Capron 0/10 Les réponses de Google
  Peut-être une multitude d'homonymes, mais surtout l'absence de communication ciblées sur le Web justifient que Google ne connait pas du tout ce candidat là. On obtient quand même 6/10 en précisant "Michel Capron Hérault" dans Google, mais là non plus il n'y a pas véritablement de communication politique.

 

Julien Ruche 0/10 Les réponses de Google
  Aucun résultat non plus pour ce candidat qui obtient 7/10 quand on ajoute "Hérault" dans le moteur de recherche. Mais en dehors d'avoir son nom cité dans la liste des candidats (sur les blogs et les journaux en ligne), ce candidat reste un parfait inconnu.

 

Marie-Agnès Vailhé Sibertin-Blanc 10/10 Les réponses de Google
  Avec un patronyme aussi long, il y a peu de chance de tomber sur des homonymes et la recherche Google tombe forcément juste. Son site de campagne donne deux résultats et la candidate apparaît sur les blogs et sur les journaux en ligne. Sa qualité de Maire de Popian ressort à plusieurs reprises, ainsi que son métier d'avocate et son appartenance à l'UMP. C'est globalement une communication bien positionnée dans ce contexte électoral.

Les liens intitulés "Les réponses de Google" renvoient vers des copies d'écran, car les résultats changent très vite et cette note pourrait ne plus avoir aucun sens dans quelques mois ou dans quelques années si j'avais mis des liens directs vers Google. En conclusion, ces résultats reflètent assez bien la réalité. Les candidats qui disposent de mandats exécutifs (Bernard Soto, Alain Cazorla et Marie-Agnès Vailhé Sibertin-Blanc) en récoltent les fruits médiatiques. Les candidats plus militants (Myriam Hubert et Michel Capron) restent cantonés à leurs actions politiques ; plus ils sont actifs et plus on parle d'eux. Quant au candidat du FN, souhaitons que les urnes resteront aussi discrètes à son sujet que ne l'est Google.

Les commentaires sont fermés.